Magazine Entreprise

Le concept urbain « La Jeune Rue », une invitation au ‘Mieux – Vivre ?’

Publié le 28 avril 2014 par Darkplanneur @darkplanneur

La « Jeune Rue » c’est le projet gargantuesque du millionnaire Cédric Naudon, qui veut créer une « rue gourmande » dans le IIIe arrondissement de Paris. Ce subtil mélange de design, de « feel good food » et de culture s’étendra sur les rues Vertbois, Volta et Notre Dame de Nazareth. Une belle ambition et une belle expérience de vie qui nous a donné envie d’y jeter un oeil empreint de curiosité…

la-jeune-rue

1/ La Jeune Rue ou l’idée du mieux vivre ensemble

 L’idée : faire du neuf avec du vieux, recycler les boutiques de prêt à porter, qui sont légion dans le quartier, pour en faire des temples du beau et du bon goût. Une à une les boutiques des rues Vertbois, Volta et Notre Dame de Nazareth, mettent la clé sous la porte et font peau neuve. Doucement mais sûrement, la vague Naudon progresse, emportant avec elle près de 36 boutiques. On pourrait craindre, et ce à juste titre, la création d’un énième îlot « BoBo » (Eric Zemmour si tu nous entends..), mais il n’en sera rien. L’investisseur se défend de toute main mise sur le quartier et dit vouloir faire de cette belle endormie un nouveau marché de bouche accessible au plus grand nombre. L’objectif, mêler qualité et juste prix pour faire de ces lieux à manger et à vivre, des espaces de rencontre, d’échange et de sensibilisation au mieux vivre pour mieux être.

2/ La Jeune Rue ou  la transformation du Marais

la-jeune-rue-designboom

 Au cœur de ce fantastique projet, le besoin de revenir à la terre, l’envie de faire la part belle aux produits de qualité, respectueux de l’environnement, éco-responsables et issus de l’agriculture durable. Plus qu’une simple rue culinaire, La Jeune Rue sera une passerelle reliant culture et bien être, un lieu de vie harmonieux où le ‘bon ira de paire avec le beau.’

Les plus grands designers et architectes internationaux se mettront au service de cette belle aventure en apportant « des éclats de modernité esthétique pour soutenir la vision éclairée de paysans engagés. » Au gré des envies il vous sera possible d’entrer dans le restaurant italien designé par Patricia Urquiola, le restaurant japonais inventé par Jaime Hayon, l’épicerie de Tom Dixon, le glacier du français Vincent Darré, et bien d’autres encore. Véritable lieu à vivre, l’expérience se prolonge au delà de la simple dimension culinaire en mêlant aux lieux de bouche raffinés, des lieux de culture ouverts à tous, parisiens ou voyageurs de passage. Le lieu se veut accessible et non ethnocentré. Du cinéma (partenariat avec MK2) à la galerie d’art, en passant par un concept store dirigé par le magazine britannique Wallpaper, il y en aura pour tous les goûts.

LA_JEUNE_RUE_02

 Nous avons donc hâte de voir ce que donnera la rencontre entre boboland et l’agroécologie. Débouchera-t-elle vraiment sur un nouvel art de vivre accessible à tous ? Et si oui quelle belle utopie !

Curiosité by la Darkpadawan Melissa Lazzari (linkedin)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Darkplanneur 69696 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte