Magazine Culture

Hell

Publié le 28 avril 2014 par Lordsofrock @LORDS_OF_ROCK

1000x1mum HellPour la petite anecdote, j’avais refusé de chroniquer ce disque pour la raison sus nommée. Et pourtant tout y est : soli incessants, voix criarde à la Rob Halford, tirade grandiloquente avec ce côté un peu cheap où une voix censée nous foutre les boules déclame sur un ton suave des trucs du genre « only the human remains » sur le ton de la vérité. Bref passons. Passons également sur les hurlements glauques et les bruits de chaînes sur "Something Wicked This Way Comes".

Une fois les intros d’une minute et les brouettes de machins « kitchisimes » passées, nous pouvons savourer pleinement le côté musical de ce disque, et ses riffs menaçants, ça n’est pas peu dire. Pourquoi ne pas commencer par les grattes ?! Andy Sneap a sa place au sein du panthéon des guitar heroes et ça n’est pas l’hallucinant "The Age Of Nefarious" qui nous fera mentir. Les soli sont posés avec intelligence compte tenu du côté théâtral du truc. Et puisque nous en sommes à parler de théâtre, il faut bien admettre que le chanteur semble revenu d’on ne sait où, non seulement du fait d’une voix hyper inspirée, mais aussi du fait d’intonations qui permettent aux morceaux de développer des ambiances épiques. Écoutez donc "Harbinger Of Death" pour vous replonger dans l’ambiance peau de bêtes et culottes de cuir, d’un certain Manowar pour vous en convaincre.

hellband Hell

Au delà du côté heavy revisité par le combo, il faut saluer le travail réalisé au mix et au master, si bien qu’on a l’impression d’écouter du heavy old school avec le son d’aujourd’hui ! Vous pigez le truc ? Ayant écouté la quasi totalité des classiques power et épique, de Manowar à Sabathon, en passant par Helloween, Rage, Primal Fear, il est indéniable que ce disque est de très bonne facture. On se doute qu’un certain Sneap y est certainement pour quelque chose, lui qui, en plus d’être un producteur légendaire dans le monde du trash mélodique, fut considéré comme un génie de la batterie, nous donne maintenant une leçon de guitare. Allez écouter l’instrumental "Deathsquad" pour vous rendre compte de la manière dont ce monsieur a habilement digéré toutes les facettes du heavy de notre enfance. Tout y est.

C’est donc un disque intéressant que je vous suggère d’aller découvrir si cela n’est pas encore fait.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lordsofrock 14222 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog