Magazine Société

Aux USA, la psychiatrie est au service du Pouvoir...

Publié le 29 avril 2014 par Philippejandrok

duanemichals.jpgD'après un article de la revue NaturalNews, nous savons que la psychiatrie est une institution dont chacun peut jouir à volonté, pour soigner des troubles véritables, et des pulsions, considérées comme des pathologies, faisant de l’être humain, un patient à part entière pour chacune de ses actions et de ses comportements.

On imagine aisément les dérives auxquelles ces types de pathologies peuvent conduire, et bien aujourd’hui, c’est fait, il a fallut du temps, mais la machine de guerre médico-financière est désormais lancée aux USA.

"La psychiatrie est officiellement devenue une véritable discipline de corruption au service de l’état, qui, désormais, cherche à rendre démoniaque et déclarer atteint de maladie mentale, tout individu qui dévirait de la norme établie."

Ainsi, les artistes, les intellectuels, les contestataires, les enfants qui ne réussissent pas à l’école, les trop doués en tout, les pas assez doués en rien, les génies, les Asperger… Enfin, toute l’humanité qui ne correspond pas aux critères qu’une minorité dirigeante a établi, est menacée.

Ainsi, dans le dernier ajout des « Diagnostiques et Statiques du Manuel des Maladies Mentales »  (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM) il est clairement indiqué que les gens qui ne se conforment pas à ce à quoi, ceux qui sont aux commandes de nos vies ont déclaré comme étant normal, sont désormais considérés comme anormaux et mentalement dérangés.

"Cette soit disant maladie de l’esprit, qui consisterait à résister à la norme a été dénommé par la profession comme un « désordre, un Trouble Provocateur Oppositionnel » (« oppositional defiant disorder," ou ODD), ce nouveau diagnostique détermine cette maladie de l’esprit comme un « modèle de comportement désobéissant, hostile et provocateur "

"Les troubles d'hyperactivité, de déficit d'attention, ou ADHD, une autre condition inventée par son créateur, le Docteur Léon Eisenberg, qui a admis sur son lit de mort, que ces pathologies étaient de pures spéculations sans la moindre valeur médicale, peuvent désormais appartenir à tout un répertoire de symptômes à traiter chez n’importe quel sujet."

"Comme on peut le supposer, ce type de description laisse la porte ouverte, à presque n'importe quel comportement perçu par l'institution pour être indésirable ou étrange. Il pourrait donc être catégorisé comme symptomatique et comme « un désordre, un trouble provoquant oppositionnel » qui nécessiterait des soins psychiatriques

"On peut désormais déclarer les enfants qui font des crises de colère caractérisée ou le combat avec des enfants appartenant à la même famille par exemple, comme la réaction supposée d’une maladie mentale, comme on pourrait également considérer comme maladie mentale les enfants qui expriment leur désaccord avec leurs parents ou leurs enseignants," ou encore des ados qui regardent des films porno sur internet, indiquant une profonde perversité de la part de ceux-ci.

Cela nous rappelle les punissions du clergé pour chasser de l’esprit de ces jeunes gens que les hormones chavirent, la moindre pensée obscène, comme si avoir envie de faire l’amour était un acte obscène, mais désormais ça l’est, puisqu’il y a les choses qui se font, et celles qui ne se font pas, cela a été décidé par l’état.

Pourtant, la désobéissance et l’opposition, sont des réactions et des comportements communs à tous les enfants, tous les parents ont été confronté à la tyrannie, voire, la dictature de l’enfant qui refuse la voie de la raison pour imposer la sienne. Le rôle du parent est de ne pas céder au chantage de l’enfant pour lui apprendre à comprendre et à respecter les limites à ne pas dépasser.

"Ainsi, nul ne peut prétendre que ces formes d’opposition et de désobéissance soient fausses, car tout dépens de l’autorité et de la situation. Un enfant par exemple à qui son enseignant lui demande de garder ses opinions pour lui même car elles ne correspondent pas à la norme, et qui résiste à cet ordre peut simplement exercer son droit à la liberté d’expression." Évidemment, cette vérité peut être interprétée pour une bonne ou une mauvaise opinion, reste à définir la bonne de la mauvaise.

Mais le problème reste aujourd’hui à déterminer « ce trouble provoquant oppositionnel » comme une maladie de l’esprit ou pas.

Ainsi, une opinion contraire à l’ordre, à la vérité établie par une instance supérieure, devient ipso facto une maladie psychiatrique ? Cela menace logiquement toute forme de liberté d’expression et surtout, d’apport à la modernité et au progrès.

Il y a quelques années, les scientifiques et les états déclarèrent que l’Amiante était une bonne chose pour l’humanité, aujourd’hui, c’est un poison mortel, malgré le fait que ce produit soit encore exploité au Canada provoquant systématiquement chez le personnel exploitant, des cancers, mais bien sût il n'y a aucun lien de cause à effet.

Il y a 20 ans, déclarer l’Amiante comme toxique était un « trouble provoquant oppositionnel » et aujourd’hui, ce ne l’est pas ?

Nous avons là, le développement évident d’une société qui veut faire taire ses citoyens en accordant au monde médical un pouvoir qu’il ne possède pas, celui de déterminer chez un individu une pathologie devant immédiatement et légalement subir un traitement chimique obligatoire pour remettre dans le droit chemin le pauvre malade qui ne pense pas comme les autres, ou, comme on lui a imposer de penser.

C’est exactement ce que les USA sont en train de créer, une pathologie, pour non seulement favoriser l’utilisation de psychotropes et des médicaments allant enrichir les laboratoires, mais en plus, de contrôler la population et d’en faire des Zombies qui ne seront plus jamais des contestataires, s’accordant ainsi le droit à la tranquillité et au contrôle.

Ils pourront éviter les mouvements de révoltes sur le territoire américains de ces citoyens qui se battent contre les multinationales comme Monsanto, Coca Cola, Macdonald… et qui réclament des lois pour contrôler l’alimentation aux USA, pour savoir pourquoi la nourriture est à 90% à base d’OGM sans que cela soit clairement indiqué sur les notices obligatoires de composition des produits alimentaires.

En utilisant, en catégorisant les citoyens comme victimes de « maladie mentale » ils exercent un contrôle de santé publique pour protéger les autres citoyens de cette pollution mentale qui se répand comme un virus à travers les esprits. Tous les contestataires deviennent un danger pour le, les gouvernements incapables de les maitriser, il faut donc aider les parents d’un enfant hyper actif,  Asperger, différent, à le calmer, à le faire entrer dans le moule pour qu’il ne bouge plus, pour qu’il soit comme les autres, au centre de ce troupeau dirigé par des chiens agressifs et un berger.

Il faut corriger son anormalité pour en faire un individu normal, normé, programmable et contrôlable.

Ainsi la « paranoïa politique » ou les arguments sur « la théorie du complot » est à présent considéré comme une maladie mentale par le gouvernement américain, retirant tous les droits à la contestation et au développement d’idées en opposition à la politique du gouvernement US, on peut tout de même s’étonner de constater que les américains accusent les Russes de vouloir contrôler l’Ukraine alors que les USA veulent bâillonner le monde et les pays dans lesquels ils se trouvent.

Actuellement, les USA organisent la résistance islamique en Syrie, alors que la résistance officielle vient de se ranger auprès de Bachar El Assad, les USA viennent de signer un accord militaire avec les Philippines pour contrôler la Chine d’encore plus près. Une nouvelle folie paranoïaque de la part des USA qui se croient capables avec leurs 300 millions d’habitants de menacer la Chine avec son milliard trois cent millions d’habitants ? La Chine n’a même pas besoin d’une guerre pour coloniser l’Amérique, et le reste du monde.

Oh je suis conscient qu’en écrivant cette note, pour ces individus, je serais également victime d’un « trouble provoquant oppositionnel » et je devrais être soigné, c’est le prix à payer pour avoir une conscience libre et ouverte sur le monde.

Néanmoins nous devons rester lucides, car les Soviétiques et les Chinois, comme les USA aujourd’hui, ont exactement développé les mêmes critères concernant leurs dissidents durant des années, concernant les plus grands esprits de la Russie dans les domaines scientifiques, littéraires et artistiques.

Si nous acceptons de donner le pouvoir à cette médecine contrôlée par les états, les dangers que nous encourons aujourd’hui sont les suivants :

-   Une incarcération forcée de gens parfaitement normaux dans des hôpitaux psychiatriques.

-   Une utilisation intensive de psychotropes et de médicaments détruisant toute forme de résistance chez l’humain et laissant des traces indélébiles de destruction du cerveau.

Il semble évident que la volonté des états est bien de contrôler les populations contre leur gré et que tous les moyens sont bons pour y parvenir.

Stéphane Hessel appelait il y a quelques années à s’indigner contre toutes ces lois et ces comportements anti-démocratiques en France, tout le monde a applaudi et a salué l’homme, et alors ?

Alors, rien n’a changé, la bassesse humaine s’installe et continue à s’affirmer dans sa volonté de contrôle.

Nous vivons une époque formidiable…

photo Duane Michals


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine