Magazine Culture

Classe de Lutte, film du Groupe Medvedkine

Publié le 08 mai 2014 par Onarretetout

18315558

Il y a une semaine, le 1er mai, c’est devenu une habitude, les médias se posaient des questions à propos du désintérêt vis-à-vis des syndicats. J’ai suivi un débat télévisé dont les propos m’ont souvent choqué. Telle spécialiste observait que ce qui a changé, c’est que les patrons aujourd’hui manifestent avec les salariés, et de montrer en exemple les « bonnets rouges ». Ah bon, et ça ne fait réagir personne ce genre de propos ? Tel homme politique, dont je doute qu’il ait adhéré un jour à un syndicat, dénonce l’imposture, à son avis, des organisations qui feraient profiter les copains et se moqueraient des ouvriers. Sur ce plateau, pas un syndicaliste invité. On n’utilisera que quelques propos saisis dans la manifestation du jour.

J’ai regardé, depuis, le film du Groupe Medvedkine (dans lequel on trouve Chris Marker), Classe de Lutte. C’est le témoignage d’une ouvrière de l’usine Yema, à Besançon, Suzanne Zedet. Son mari est syndiqué dans l’entreprise Rhodiaceta. L’homme dit que si sa femme milite, la vie sera plus dure. Elle hésite, mais elle le fait parce que ce qu’elle veut, « c’est faire profiter les autres, quoi ! » Et nous la voyons prendre la parole devant des grévistes, pendant que le patron demande la parole « au nom de la liberté », « au nom de la démocratie ». Elle ne l’empêche pas de parler mais elle fait remarquer que ce que cherche ce patron, c’est de se débarrasser de l’organisation syndicale. Après la grève, Suzanne Zedet perdra 250F de salaire mensuel, environ 30% de son salaire. C’était avant, direz-vous. A la fin des années 60. 

Mais aujourd’hui encore des salariés sont relégués, n’ont pas de promotion, sont sanctionnés, voire licenciés parce qu’ils sont syndiqués. Ce que dit le film n’est pas de l’histoire ancienne, même si l’idéologie véhiculée par les journaux, les experts, les discours ont fait de nous des individualistes ; il en est encore qui, comme Suzanne Zedet, se sentent liés aux autres et veulent continuer « ensemble ».

Le film est accessible en cliquant sur la photo ci-dessus.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine