Magazine Culture

Maria Pia Filippetto expose à l'Institut National des Jeunes Sourds de Paris

Publié le 09 mai 2014 par Onarretetout

DSCN6557

Nus. Tous, ou presque, sont nus. Parce que Maria Pia Filippetto nous invite dans l’intime. Dans chaque toile, elle pose ses personnages dans un cadre : le ciel, la terre, et la verticalité qui les unit. Au centre, adossés à cette verticalité, femme, homme, enfants. Mais les corps n’y sont pas enfermés. La légère courbe de la colonne vertébrale s’appuie au trait qui monte à quelques centimètres du bord de la toile, toujours la même marge. La tête souvent dépasse le trait supérieur, plus près du ciel. Et les pieds prennent leur appui sur le sol, sous le trait inférieur. Cela leur donne une force particulière. Il y a de la mélancolie dans ces oeuvres, une tristesse qui s’insinue dans les couleurs parfois, mais aussi une volonté farouche, qui pose dans les rouges son affirmation. La vie est donc bien là, dans ces volumes, ces cercles où s’inscrivent les mollets, les cuisses, les fesses, les seins et les visages des femmes. Mais les femmes de Maria Pia Filippetto ont le rouge aux joues, des ombres bleues. Elles ne sont pas lascives : elles sont puissantes, et semblent attendre. Parfois, les lignes s’allongent, pour exprimer une enfance, une adolescence. Parfois une porte s’ouvre, parfois des bateaux sont prêts à repartir, parfois des arbres font comme un appel lointain, qui déborde le ciel. 

Ces toiles sont exposées jusqu'au 16 mai 2014 dans la chapelle de l'INJS de Paris - 254 rue Saint-Jacques - Paris 5e


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine