Magazine Bien-être

Effort et non-effort : dialogue entre José Le Roy et Franck Terreaux

Publié le 10 mai 2014 par Joseleroy

Quelque part en Bourgogne...

Effort et non-effort

"José Le Roy : En fait les gens confondent souvent concentration et attention.

Franck Terreaux : Faut-il faire un effort pour soulever un piano ? Faut-il un effort pour écrire sur cet ordinateur ? Il faut un effort. Mais y a-t-il besoin de faire un effort pour qu’il y ait vision. Absolument aucun. Parce que la vision est. Être vision peut être mal interprété. Mais il y a personne qui est vision, la vision est. On ne peut dire « je suis vision », la vision est. Même si on ne fait rien, la vision est quand même là.

José :Oui, elle est là quand même.

F. Cela prouve que ce n’est pas quelque chose qu’on doit faire. Le faire n’a rien à voir là-dedans. C’est hors sujet. Mais ce n’est pas à chercher dans la volonté de ne pas faire. Si on fait des efforts, la vision est là plus l’effort. Et si on ne veut rien faire, par un acte de volonté, il y a la vision plus la volonté de ne rien vouloir faire. Pas besoin de faire, puisque la vision est. Pour comprendre cette non-vision de non-effort, du matin jusqu’au soir, la vision est, elle est toujours disponible, il n’y a pas un moment où elle n’est pas là. Il faudrait s’asseoir sur cette conviction. Si les gens font des efforts c’est pour ne pas la quitter, alors qu’elle est toujours là. Il n’y a pas besoin de s’en rappeler non-plus. Se souvenir de la vision, c’est penser que la vision sera là quand la mémoire est en fonction, alors que c’est toujours là.

José : Parfois les gens me demandent : « Comment faire pour garder la vision ? ». Et je leur dis : "mais en fait c’est la vision qui vous garde, parce qu’elle est avant vous" . Cette expression « que Dieu vous garde » m’y fait penser.

Franck : Jean Klein disait « Tout est grâce mais cette grâce c’est vous qui la quittez ». Elle est toujours là. Maharaj de même disait cela dans son livre L’ultime guérison, : « Il faut en avoir la conviction ». Il faut instaurer la conviction que c’est là tout le temps. Vous êtes ; avez-vous besoin d’un effort pour retenir ce que vous êtes ? En ce sens-là il n’y a pas besoin d’effort. Quand cela est compris, après c’est la fin de la recherche. On sait que c’est toujours là, qu’il n’y a rien à faire. Si on la quitte, c’est le chercheur qui va vouloir en faire quelque chose comme l’enfermer dans un concept. Tu peux aller voir José, mais une fois suffit !

José : Absolument une fois suffit, après c’est compris.

Franck : Le chercheur veut autre chose ; par cette quête, il va tout mettre par terre. Chez Douglas Harding, c’est ce qu’il y a d’extraordinaire c’est l’immédiateté de la chose, tu vois tout de suite que la vision est. Les choses sont claires dès le début. Tout le chemin après consiste à voir que quoique nous fassions elle est toujours là, elle est toujours disponible. Sans l’entremise du chercheur, la vision reste pure.

José : Et paradoxalement, les gens ont du mal à ne rien faire. En fait pour moi c’est un abandon dans l’espace de la vacuité, un repos. Un constat.

Franck : Il y a abandon quand tu comprends que c’est toujours là. Il y a abandon parce que tu comprends que cela ne sert à rien. L’abandon provient de la compréhension que c’est inutile. Jean Klein écrivait : « Chaque pas entrepris dans sa direction, vous en éloigne. »

Franck : Ce qui est difficile c’est de comprendre à quel point c’est simple. Il faut faire fi de tout ce qui tend à nous en éloigner. Les gens pensent que c’est trop simple. La première fois qu’il y a vision, c’est à la fois le début et la fin, il n’y a pas de chemin ; mais après, cette vision va s’instaurer dans la simplicité. C’est toujours dans le simple que cela s’instaure. Il faut comprendre que c’est toujours là, après cela va tout seul. C’est là le point essentiel; Douglas dit que c’est toujours disponible, même au moment où tu es distrait la vision est toujours là. Elle n’a besoin de personne pour se reconnaitre, pas besoin d’un chercheur. Elle se connait « elle-même ».Pas besoin de faire des efforts pour accéder au non-effort ! D’habitude on a besoin d’outils, mais là non. Trop simple. Il faut toujours faire des trucs. Pour beaucoup de gens voir que c’est déjà là c’est insupportable parce que l’identification au chercheur perd alors toute sa raison d’être. On ne peut plus se dire « Je suis un grand chercheur de vérité ! »

José : Oui de cette façon-là on se projette dans le futur.

Franck : La vision n’est pas quelque chose que tu vas acquérir dans le futur ou par la mémoire car c’est sans mémoire ; on ne peut s’en souvenir. Pas besoin de s’en souvenir, de s’en rappeler, c’est toujours là. Je me suis aperçu que quand je ne faisais rien, l’être était là. C’est quand je ne faisais rien que je m’en rendais le plus compte. C’est génial, il n’y a rien à faire. Maharaj avait dit : « Si vous avez besoin d’effort, l’effort apparait mais si l’absence d’effort devient essentielle, elle s’affirme d’elle –même » Cette phrase m’a beaucoup aidé. Moins t’en fait plus c’est efficace. C’est le plus paresseux qui gagne ! C’est celui qui en fait le moins qui gagne dans l’histoire. Les derniers seront les premiers. D’habitude on ne fonctionne pas comme cela.

José : C’est la revanche des cancres !

F. Il n’y a que par l’imagination qu’on peut construire mentalement quelqu’un qui regarde.

José : Parce qu’il n’y a personne qui regarde."

10 MAI 2014


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joseleroy 216084 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines