Magazine Culture

D'une vie à l'autre, thriller de Georg Maas

Par Mpbernet

d-une-vie-a-l-autre-affiche

Le titre original de ce film germano-norvégien de Georg Maas est « Zwei Leben » (Deux vies). Et c’est en effet l’histoire entrelacée de deux jeunes femmes, Katrina et Vera, au lendemain de la guerre qui nous est ici racontée. Une histoire vraisemblable et qui concerne, paraît-il encore plusieurs personnes d’origine allemande vivant encore en Norvège … ou ailleurs.

couple

L’héroïne d’origine est Ase, norvégienne tombée amoureuse d’un jeune soldat allemand d’occupation, mort sur le front de l’Est. Elle accouche d’une petite fille qui lui est aussitôt enlevée par les occupants pour être élevée dans un Lebensborn, ces orphelinats d’enfants aryens mis en place par les Nazis pour régénérer la race allemande.

Le film se déroule en novembre 1990, une année après la chute du mur de Berlin. Katrina s’est enfuie de RDA à bord d’un frêle esquif, elle a enfin retrouvé sa mère à laquelle elle est très attachée. Elle a appris la langue, et est tombée follement amoureuse d’un officier de marine norvégien, ils ont une fille qui vient aussi d’avoir un bébé. Quatre générations de filles cohabitent ainsi dans cette région du nord de la Norvège, quand le passé bien sombre de Katrina la rattrape.

Les thèmes de ce film sont éternels : la recherche des origines (comme dans Philoména, le récent film de Stephen Frears ou comme dans le roman de Valentin Musso "Les cendres froides" qui traite aussi de la question des Lebensborn), la vie dans le mensonge, la manipulation, la culpabilité, la résilience, l’amour plus fort que tout, le pardon, la force du destin …

Le scénario haletant, le montage efficace – mais parfois on s’y perd un peu – les acteurs justes, une musique et des paysages battus de vagues, de pluie et de neige particulièrement beaux, tout concourt à faire un film réussi, malgré la terrible vérité évoquée.

Liv Ullmann n’a rien perdu de sa profonde humanité, Juliane Köhler et Sven Nordin, en grand géant roux, tout à fait convaincants.

livulmann

Le cinéma allemand (La vie des autres, Barbara) n'en a pas terminé avec les crimes abominables des NAZIS et de la STASI ...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte