Magazine Culture

A la poursuite de Medi

Publié le 11 mai 2014 par Camillegreen @camillegreen03

A la poursuite de Medi

Autoportrait de Medi à L'Olympia le 7.04.14

 Le 12 mai 2014, le chanteur Medi revient sous le feu des projecteurs avec la sortie de son 4e album One is not enough. Un bel opus exclusivement en anglais avec 10 titres pop entrainants qui vont forcément attirer l’attention du public. L’artiste avide de découvertes, est un touche à tout insatiable qui ne cesse de multiplier les projets tout en restant cohérent dans ses choix artistiques. A 5 ans déjà, Medi se trouvait derrière une batterie, un cadeau offert par ses parents à son anniversaire. Le jouet est vite devenu une passion : « Je voulais jouer de la musique, à chaque minute de la journée » se rappelle le chanteur. A 6 ans, il entre au Conservatoire de Nice et devient l’élève du batteur de jazz français André Ceccarelli. C’est le début d’une série de rencontres qui vont être déterminantes dans la vie du chanteur : « A toutes les étapes de mon parcours, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes clés » admet modestement celui qui a su provoquer son destin. A l’âge de 15 ans, alors qu’il joue dans un bar à Nice, il est repéré par le chanteur anglais Vasco qui lui propose d’écrire des chansons. Le batteur s’ouvre alors sur la musique dans son ensemble et commence à jouer de la guitare et à écrire des chansons. Aujourd’hui la roue a tourné puisque Medi travaille actuellement avec Vasco pour produire de façon indépendante l’album de ce dernier,  « l’élève a de la chance de travailler avec son maître », confie Medi. Nice, l’eldorado du chanteur
A la poursuite de Medi

Autre fait marquant dans la carrière du Français, Dave Stewart a été le producteur de son premier album. « Notre rencontre s’est faite comme dans un bon film, je jouais de la guitare sur une plage à Nice, il m’a alors repéré et proposé de signer dans une maison de disque à Londres ».  Malgré son jeune âge ce changement de culture n’effraie pas le Français qui était déjà un habitué de la capitale anglaise, « une ville remplie d’inspiration » pour l’artiste.
Et pourtant, Medi n’avait pas une prédisposition particulière pour l’anglais, cependant au cours de sa vie les Anglais sont venus à lui : « A l’époque de mes premières chansons, si j’avais été entouré par des compositeurs français, ma carrière aurait eu un tournant différent.  Mais il s’avère que le vieux Nice est rempli d’Anglo-Saxons et qu’à mes débuts, je jouais pour eux. L’Anglais Vasco m’a fait venir à Londres, Dave Stewart m’a découvert et c’est également un Anglais. J’ai été adopté par la langue et la culture par pur hasard. » « Vasco m’a d’ailleurs fait remarquer récemment que ça fait déjà la moitié de ma vie que je parle et pense en anglais. Ce n’est pas trop tard pour faire des chansons en français mais par contre il est trop tard pour que je me justifie d’écrire en anglais », souligne l’artiste.
Charlie & Medi en route vers la gloire grâce à un « hobo » L’autre Anglais qui a compté dans la vie du chanteur, on ne le présente plus. Medi revient sur leur rencontre : « J’ai rencontré Charlie Winston vers l’âge de 16 ans dans le bar chez Wayne, à Nice. Il jouait avec son frère Tom Baxter ». Les deux artistes deviennent amis puis se perdent de vue avant de se retrouver par hasard en 2006, rue de la Roquette à Paris, alors que Charlie Winston fait un voyage de 3 mois en Europe. Medi lui demande s’il joue toujours sa chanson « Like a hobo ». Les Anglais n’ont pas l’air prêt à faire un tube de ce titre, Medi conseille alors à Charlie de développer ce projet en France. La suite de l’histoire tout le monde la connaît, la chanson devient incontournable et Medi devient le batteur attitré de Charlie Winston durant ses deux dernières tournées.
A la poursuite de Medi

2011 : un 3e album reconnu par le public Au même moment, en 2006, Medi sort son premier album intitulé Medi & The Medicine Show, ce nom pourrait laisser penser à un nom de groupe mais en réalité il s’agit bien d’un projet solo du chanteur.  En 2009, après la sortie de son deuxième album intitulé At Last, c’est la dernière fois que le public entendra parler de Medi & The Medicine Show, désormais le chanteur se présente comme Medi. Une fois encore, le hasard conduit Medi à faire des rencontres constructives pour sa carrière. Il se retrouve ainsi nez à nez avec la chanteuse Emilie Simon au bar de l’hôtel Edouard VII à Paris alors que son guitariste vient de la lâcher. L’échange est fructueux, il partira en tournée avec l’artiste, lui à la guitare, elle au chant. 2011 marque un tournant dans la carrière de Medi avec la sortie de son album You Got Me Moving, particulièrement apprécié par le public. Malgré un album enregistré à Los Angeles, dans le studio du producteur Tony Berg, le chanteur n’explique pas vraiment ce succès : « C’est le public qui décide des tournants d’une carrière.  J’avais beau avoir travaillé avec Dave Stewart,  une des plus grandes stars dans l’histoire de la musique, personne ne savait ce que je faisais » précédemment. « Ce tournant n’est pas un choix délibéré de ma part, par contre à chaque projet, je me demande comment je peux mieux faire ». One is not enough, un titre évocateur pour l’éternel touche à tout

A la poursuite de Medi

Album One is not enough sorti le 12.04.14

Demain, le 12 mai 2014, Medi présentera au public son quatrième album One Is Not Enough. Le style de l’artiste et ses influences sont similaires à ceux de son album précédent : son accent « frenchy » est toujours là au plus grand plaisir de son public étranger et ceux qui aiment le comparer à Lenny Kravitz écouteront en boucle le titre Shoulda Been a DJ.
Dans cet opus, l’artiste de 36 ans revient à demi-mot sur son divorce (Thank You, That Day) et sur son obstination à courir après les projets. « C’est plus fort que moi, je ne peux pas me contenter d’une seule chose », « je veux être au contact de plusieurs artistes, de plusieurs musiques ». Dans la chanson One Is Not Enough, le chanteur se remet ainsi en question et se demande pourquoi il n’arrive pas à se satisfaire d’une seule chose. Cet album qui a commencé à être enregistré avec un IPad puis dans la chambre du petit frère de Medi est « l’histoire d’une bande de copains qui a compris qu’il n’y a pas beaucoup d’argent disponible pour financer la musique aujourd’hui mais qui cherche tout de même à aller de l’avant ». Une bonne leçon de persévérance. Finalement, ce multi instrumentalistes, également réalisateur entre autres pour Ben Mazué  et Sophie Tith, est un insatiable travailleur qui aime également mettre son talent au service des autres. L’artiste cherche à tout comprendre afin de maîtriser au maximum son art mais reste persuadé du bienfait du travail en équipe. « J’aime être au service d’autres personnes, cela me fait oublier ma propre gueule » analyse l’artiste. Incapable de rester en place entre deux albums, Medi a créé un label Dime On Records et endosse également régulièrement sa casquette de réalisateur dans son studio monté à Nice. Ce travail lui est également bénéfique pour sa carrière solo : « J’adore plonger dans l’univers d’une autre personne et ça me permet aussi de me comprendre de mieux en mieux ». En écoutant l’artiste parler de son parcours, on ne peut finalement que l’excuser pour ses 1h30 de retard pour cette interview, il était en rendez-vous pour un projet qu’il voulait absolument maitriser avant de quitter les lieux. Medi ou l’éternel perfectionniste…
En ce moment Medi écoute Magic de Coldplay David Zincke, en première partie de ses concerts
Prochains concerts 15 mai - Reims
20 mai – Lyon
21 mai – Nantes
22 mai – Rennes
5 juin – Marseille
10 juin – Paris
18 juillet - Nice
Medi online Site Internet Facebook

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Camillegreen 957 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine