Magazine Culture

High Klassified, la nouvelle étoile de Montréal

Publié le 11 mai 2014 par Unionstreet

high klassified

Lors de notre passage à Montréal, on en a profité pour connecter avec quelques artistes de la scène montréalaise et notamment le brillant High Klassified. Le jeune producteur vous en dit plus sur son univers et son parcours. 

Union Street: Peux tu nous faire une petite présentation?

High Klassified: DJ/producteur, signé chez Fool’s Gold Records

US: Ça fait combien de temps que tu as commencé à produire des sons ?

HK: Présentement, ça fait quatre, cinq ans que j’ai commencé à produire et ça fait deux ans que je suis vraiment à fond dedans.

US: Qu’est ce qui t’a donné envie de commencer ?

HK: Mes frères rappaient, je voulais vraiment être impliqué dans leur carrière musicale mais je voulais pas rapper. Donc j’ai commencé à faire des beats pour m’amuser.

US: Tu habites à Laval, donc tu es vraiment excentré du centre de la capitale. Est ce qu’on pourrait considérer que tu es un geek ? Quelqu’un qui s’est fait seul sur son ordi ?

HK: Oui c’est ça, je sortais très peu, je faisais juste que jouer mes sons dans ma banlieue lointaine. Ca fait seulement un an que je commence à sortir, et à trainer dans les clubs. Mais je vais continuer, parce que je suis vraiment à l’aise en DJ, et j’aime voir les gens bouger.

US: On te voit souvent aux coté de Da P, Kaytranada ou Tommy Kruise. Comment se sont créées les connexions entre vous ?

HK: Moi je suis toujours avec Da P, ça fait cinq ans qu’on traine ensemble. On partage vraiment beaucoup de choses, tous les week-ends, il est à la maison pour chiller.

Tommy, Kaytra et les autres ça fait genre deux ans qu’on se côtoie grâce aux soirées Artbeat Montréal. On a un peu tous décollé grâce à ces événements, qui sont les premiers gros événements de beatmaker au Quebec.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Tommy, Kaytra et les autres ca fait genre deux ans qu’on se côtoie grâce aux soirées Artbeat Montréal. On a un peu tous décollé grâce à ces événements, qui sont les premiers gros événements de beatmaker au Quebec.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

US: En gros c’est un peu grâce à artbeat qu’aujourd’hui on peut placer Montréal sur la carte des villes qui bougent en ce moment ?

HK: Ouais clairement, grâce à eux des artistes montréalais ont pu exploser sur le devant de la scène. J’ai aussi beaucoup changer ma manière de produire avec eux. Ils m’ont appris beaucoup de choses, notamment à mélanger différents style de musique.

Soundcloud à bien sur été un changement renversant dans l’univers musicale, parce que aujourd’hui, peu importe où tu te trouves on peut voir tes sons. Tout cela est un tout, et je suis content qu’on soit enfin focus sur MTL.

US: Est ce qu’il y a des artistes beatmaking de Montréal qui t’ont inspiré ? Des artistes québécois qui ont imposé leur patte une generation avant toi ?

HK: Il y en a quelques un comme Kenlo. Kenlo sortait des beat tapes, on savait même pas encore ce que c’était. Il avait vraiment influencé beaucoup de gens ici, c’est un peu comme un précurseur.

US: C’est quoi le Piu Piu ?

HK: Piu Piu c’est le nom qu’utilise Kenlo pour définir son style musique. C’est difficile à définir présentement. Mais on pourrait dire que c’est une sorte de fusion, boom bap,  hip hop, funk abstrait. Il adore aussi lâcher des Piu Piu dans ses mixs comme des bruits de laser !

US: Tu viens juste de signer sur le gros label d’ A-Trak, Fool’s Gold Records. Racontes nous un peu comment ça s’est fait.

HK: Un matin je me suis levé, j’ai regardé ma boite mail et là j’ai vu un mail d’A-Trak. J’étais comme perdu. Le gars me disait qu’il aimait bien ma musique et qu’il voudrait me faire signer un contrat de distribution.

C’est une grande reconnaissance, sachant qu’il est de Montréal tout comme moi et que Fool’s Gold c’est sûrement l’un des meilleurs label du moment.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Un matin je me suis levé, j’ai regardé ma boite mail et la j’ai vu un mail d’A-Trak. J’étais comme perdu

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

US: Quels sont les artistes qui t’ont vraiment inspiré musicalement ?

HK: Les Neptunes c’est vraiment ma principale inspiration  parce qu’ils ont toujours été là. Ils ont toujours su se renouveler dans le temps.

US: Paraît-il que tu veux travailler de plus en plus avec des rappeurs français, tu peux nous en dire plus ?

HK: J’ai commencé à écouter récemment la musique française avant j’écoutais pas vraiment. C’est mon manager qui m’a montré Joke, j’ai tout de suite accroché avec son flow.

Je trouve intéressant que certains français arrivent à faire des bons morceaux de rap en marge de la grosse domination américaine. Y a un travail intéressant à faire.

D’ailleurs j’ai une prod pour Joke sur son projet qui arrive « Ateyaba ».

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

J’ai commencé à écouter récemment la musique française avant j’écoutais pas vraiment. C’est mon manager qui m’a montré Joke, j’ai tout de suite accroché avec son flow.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

US: Et au niveau de la production française, tu aimes qui en ce moment ?

HK: J’aime beaucoup 20syl mais ça fait déjà un long moment que j’écoutes. Sinon j’aime beaucoup des mecs comme Myth Syzer ou Stwo. Les gars commencent vraiment à faire parler d’eux, m^me ici chez nous au Canada.

US: Quels sont les autres artistes avec lesquels t’aimerais bien bosser à l’avenir ?

HK: Bah j’aime beaucoup des mecs comme Mr Carmack ou Cyril Hahn. Mais pour l’instant je reste concentré sur ma musique, les collaborations ça viendra avec le temps.

US: Tu viens de sortir y a quelques semaines ton EP « Palindroma », est-ce que tu travailles déjà aujourd’hui sur un futur projet ?

HK: Non pour l’instant j’ai rien, j’ai pas de projet réellement concret. Je focus pas mal sur la production pour d’autres artistes comme je te disais pour les rappeurs français.

US: Aujourd’hui tu es plutôt considéré comme un producteur, mais est ce que tu penses taffer plus le coté DJ à l’avenir ?

HK: Je veux surtout rester focus sur le coté producteur, je veux pas que le coté dj prenne le dessus. Mais je pense que niveau DJ, je suis vraiment à l’aise présentement. Et puis c’est cool que les gens se réunissent pour écouter tes sons. Mais je préfère quand même le coté producteur, j’envisage pas d’être un gros DJ.

US: Pour toi c’est quoi la prochaine étape, qu’est-ce que tu envisages pour la suite de ta carrière ?

HK: Ca serait déjà avoir des placements pour mes albums, produire pour des gros noms du hip hop et que ma musique soit un peu partout. Je travaille aussi beaucoup mon image, l’aspect visuel est très important aujourd’hui. Les gens ont besoin d’identifier un personnage, une personne à laquelle ils ont envie de ressembler.

US: Un dernier mot ?

HK: S/o à mes français, j’espère venir bientôt à Paris !

Interview: Erwan O’Gara

Comments

comments


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unionstreet 88609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine