Magazine Culture

L’article très Meuh !

Par Nelcie @celinelcie

Quand Babélio m’a proposé de recevoir le dernier roman de David Safier, je n’ai pas pu dire non ! Parce que bon « Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steack haché » ça c’est du titre quoi !! Donc merci à Babélio et aux presses de la cité pour ce partenariat.

L’article très Meuh !

Synopsis

Mis à part l’infidélité de son taureau, le bien nommé Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l’Allemagne.
Jusqu’au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu’elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes.
Afin d’éviter de finir entre deux tranches de pain de hamburger, Lolle, maligne comme un singe, décide de s’enfuir avec ses congénères pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l’Inde !
Mais la route est longue et semée de dangers, à commencer par Old Dog, le chien sanguinaire du fermier.
Débute alors pour Lolle et ses amis un périlleux voyage qui les conduit de l’autre côté de l’Atlantique, de New York à l’Ouest américain, territoire des bisons, jusqu’aux contreforts de l’Himalaya …

Mon avis

J’avais beaucoup aimé Maudit Karma, du même auteur, avec ce nouveau roman, il confirme son talent d’écrivain. En effet, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces vaches.

L’auteur a choisi de nous raconter son histoire à partir du point de vue d’une vache. En soi, l’idée est déjà originale, même si ce n’est pas le premier à le faire. Mais là où ce roman se différencie des autres romans du genre, c’est qu’il arrive à donner une humanité à ces animaux plus que troublante. Dans la ferme des animaux, de George Orwell,certes les se parlent et se comprennent, mais à aucun moment on oublie que ce ne sont que des animaux de la ferme. Avec Lolle et ses copines, on pourrait parfois en douter. Car les reflexions de ces chères vaches font très fortement penser à celles que pourraient avoir des filles entre elles. Entre la peste qui veut tailler tout le monde, la bonne copine, la meneuse de troupe… et sans oublier le mâââle qui va se faire un devoir de montrer, bah, qu’il est le mâââle, y a pas à dire, ces vaches ressemblent beaucoup aux humains.
Ce roman, c’est de l’humour à chaque page ! Entre les situations cocasses et abracadabrantesques, etles dialogues pas piqués des hannetons, on ne s’ennuie pas une seconde. Du coup, on est pris dans la lecture et on ne voit pas le temps passer.
J’ai beaucoup aimé les personnages, que j’ai trouvé tous très bien travaillés. Il y a bien sûr Lolle, l’héroïne, avec son caractère bien trempé, mais aussi ses doutes quand à la mission qu’elle s’est confiée : emmener tout le monde au bout du voyage. Mais les autres vaches ne sont pas en reste. Que ce soit Hilde et ses phrases assassines, P’tit radis et sa naïveté, Susi la chieuse ou même Champion le taureau qui est… bah le mâle, tous apportent quelque chose de positif dans cette histoire. Mais, mis à part les vaches, il me faut également vous parler d’un autre personnage de haute importance : Giacomo, le chat italien. Un personnage important car c’est lui qui est le fer de lance de cette épopée vers l’Inde et ses vaches sacrées. Et moi, je l’ai tout simplement adoré !! Il n’est d’ailleurs pas sans rappeler un certain Chat Potté dans ses expressions et ses manières… mais avec un accent italien.
Donc vous l’aurez compris, Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steack haché c’est un roman où on se fend la poire. Et dans un sens, avec un tel titre et une telle couverture, j’espérais bien que ça allait être le cas. Le contraire m’aurait très fortement déçu.

Oui mais.

Limiter ce roman à son côté humoristique serait très réducteur et surtout très faux. Car derrière ces pensées de vaches, derrière cette épopée à travers le monde, l’auteur se permet quand même beaucoup de réflexions très judicieuses. Et notamment concernant notre recherche du bonheur. Est-ce que le bonheur est un idéal que nous nous créons ? Faut-il aller chercher le bonheur, ou bien est-ce lui qui vient à nous ? Voilà le genre de réflexions que nous donne à avoir ce livre. Il y a d’ailleurs quelques passages dans ce livre que j’ai trouvé très émouvants et surtout très justes dans la façon d’aborder le sujet.

Un roman qui allie humour et réflexion ? Pour moi ce roman à tout bon ! Il est donc 100% approuvé par moi-même. Et 100% recommandé, bien sûr !


Classé dans:Lecture Tagged: David Safier, humour, lecture, littérature

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nelcie 1057 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog