Magazine Culture

Une combustion post-punk nommée Savages - Silence Yourself

Publié le 12 mai 2014 par Charles Bwele @blog_e_sphere
Une guitariste et une batteuse anglaises, une bassiste turque et une chanteuse française : cette seule arithmétique vaut déjà largement le détour. Au-delà d'un style girl power, Camille Berthommier alias Jehnny Beth est à la fois une gueule électromagnétique et une voix ample et tendue, le tout porté par un combo instrumental à faire décoller un F-18 du porte-avions JFK. 
Une combustion post-punk nommée Savages - Silence Yourself
Comment ai-je pu rater cet album qui défraya la chronique rock indé en 2013 ? Comment cette faction post-punk a-t-elle pu échapper à mon radar ?

En 2011, Gemme Thompson, guitariste intermittente du duo indie John & Jen, décida de former son groupe et mit la main sur la bassiste turque Ayse Hassan, la batteuse Fay Milton imprégnée d'électro et de drum n'bass, et la chanteuse, parolière et comédienne Camille Berthommier exilée à Londres. Avant de brancher les amplis, elles prirent une décision ferme : ce sera Savages et rien d'autre.

Pas à pas, elles forgèrent leur style et leurs arrangements dans la galère enrichissante de la scène british. L'espace de quelques semaines, Savages flirta avec Geoff Barrow, commandant et guitariste du cultissime Portishead qui, malgré son savoir-faire, n'était guère le mentor adéquat. Le quator sauvage se sépara de cette légende du trip-hop afin de se rapprocher de John Best, producteur de l'islandais Sigür Ros et qui se qualifie lui-même de « cinquième membre du groupe ».

À l'écoute des incisives et implacables compositions de Silence Yourself, Savage révèle inlassablement ses influences qui vont de Siouxsee & The Banshees (OMG!) à Sonic Youth en passant par Joy Division et Wire, le tout nappé d'une sauce Patti Smith sur coulis gothique.

Cheveux courts, talons aiguilles et fringues noires, léger accent frenchie, Jehnny Beth déverse ses textes bruts sur la jalousie, l'infidélité, la complexité sentimentale, l'épanouissement sexuel, l'économie, la guerre, etc etc etc. L'androgyne figure de proue n'est pas prête de vous donner son numéro de téléphone ni de vous confirmer sur Facebook...


En guise de compensation, les ténébreuses amazones livrent de brutales et juteuses injections d'adrénaline qui n'attendent qu'une overdose. Gemma Thompson ne mâche pas ses cordes : « It's music to break shit and fuck on the floor too ! » 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Charles Bwele 5305 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines