Magazine Culture

Mémoire assassine (Mortal memory)

Publié le 12 mai 2014 par Cinephileamateur
Mémoire assassine De : Thomas H. Cook.
Origine : États-Unis.
Genre : Drame.
Date de publication : 2011.
Nombre de pages : 332.
Nombre de chapitres : 15.
Quatrième de couverture : L'équilibre apparent de la vie de Steve Farris se brise le jour où il rencontre Rebecca, qui enquête sur les tueries familiales inexpliquées. Les souvenirs refont surface : Il n'avait que neuf ans lorsqu'il trouva sa mère, sa sœur et son grand frère sauvagement assassinés. Son père avait, quant à lui, disparu. Qu'est-il devenu ? Comment accepter l'inacceptable ? Et comment échapper à son propre passé ?
"Mon père ? Il a tué ma mère, ma sœur, mon frère, puis il m'a attendu dans la cuisine pour me tuer."
3.5
Mémoire assassine
Avant de commencer ma lecture de "Mémoire assassine", je ne connaissais pas son auteur Thomas H. Cook. Friand de polar et de roman noir, je suis quand même assez novice en matière de littérature je l'admets et donc ce livre n'était pas spécialement une attente. C'est en passant par hasard devant une publicité qui mettait cet ouvrage en avant et sa citation "Mon père ? Il a tué ma mère, ma sœur, mon frère, puis il m'a attendu dans la cuisine pour me tuer." qui m'as donné envie de me procurer ce livre en espérant ne pas être déçu.
Et ce ne fut pas le cas. En effet, j'ai beaucoup aimé cette histoire. J'aime beaucoup en général lorsque l'on se questionne sur le mal, sur comment une personne peut avoir parfois des agissements atroces, comment une personne peut elle être amené à tuer ou à devenir ce qu'elle est. J'aime beaucoup lorsque l'on me parle de la psychologie des tueurs et c'est aussi pour ça que j'aime les polars car l'écrit pousse en général un écrivain à devoir aller plus loin pour que l'on comprenne ce qu'il nous raconte. Partant de ce constat, ce livre réussi plutôt bien cet exercice.
Sans jamais tomber dans la facilité ou le voyeurisme, c'est sous une forme de témoignage fictif que l'on va tenter avec notre héros de savoir ce qui s'est passé. On va l'accompagner dans sa recherche de souvenirs (qu'il confie ici à une journaliste cherchant à écrire un livre sur les père qui ont tué leurs familles) et c'est ainsi même qu'on va avoir de l'empathie pour Steve Farris. De souvenirs anodins en petits détails qui ont leurs importances, c'est assez intéressant je trouve de voir le cheminement que l'intrigue peut avoir et comment un simple geste peut être interprété de différentes façons.
J'ai bien aimé aussi le fait de voir l'évolution de Steve Farris, de le voir se remémorer enfin avec du recul son passé et de l'interprété de façon différente de l'époque, l'âge aidant. Rien d'exceptionnel ici donc ci ce n'est la bêtise humaine qui pousse une famille lambda à être détruite. C'est aussi ça qui est plaisant, de voir que cela peut arriver à n'importe qui, la folie ne prévenant pas quand on se retrouve vite dépassé. Je ne vais en tout cas pas spoiler le livre, je ne vais pas vous dire si oui ou non l'on apprends à la fin les motivations du père mais j'ai trouvé que c'était vraiment passionnant surtout que le rescapé Steve Farris se demande si il finira comme son père capable de détruire sa famille, montrant le traumatisme aussi que ce genre de tueries peut avoir sur les survivants.
En fait, il n'y à que la fin que j'ai un peu trouvé grossière. Elle n'est pas foncièrement mauvaise car elle est nécessaire afin d'avoir des éléments de réponses et de ne pas rendre ce récit inutile mais cette fin m'as quand même laissé un peu sur ma faim. L'avantage qu'elle a, c'est qu'elle appuie vraiment le côté fictif de l'histoire. Le livre n'est pas une thèse et l'auteur se sers juste d'un sujet assez brutal pour nous pousser à la réflexion. Ce côté fictif de l'histoire permet aussi d'avoir du recul sur tout ça qui n'est pas plus mal je trouve.
Après, je dois bien admettre que j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans. Le style d'écriture de Thomas H. Cook ne m'as pas tout de suite emporté, j'ai eu du mal à rentré dedans et à visualiser l'intrigue et les différents personnages que l'ont voulait mettre en place. De plus, le fait que les chapitres soient assez long m'as aussi embêté car j'aime bien avoir plusieurs chapitre afin de pouvoir mieux faire des pauses dans ma lecture mais bon, une fois que la journaliste rentre en scène, cela à été tout de suite mieux et j'ai enfin été captivé par ce livre.
C'est vraiment lorsque cette Rebecca apparait que j'ai plus dévoré le livre et que je l'ai lu plus facilement. Dans sa globalité, ça reste quand même bien écrit je trouve mais heureusement malgré tout que le sujet m'as intéressé car je pense que cela aurait pu être écrit de façon un peu plus fluide, un peu moins en paquet. On nous donne beaucoup d'informations sans nous laisser le temps de les digérer et on les perds dans un ensemble parfois un peu confus voire maladroit. Si j'ai beaucoup aimé ce roman et cette histoire, ce livre ne m'as en tout cas pas spécialement envie de lire d'autres livres de cet auteur même si cela ne me rebute pas non plus.
Pour résumer, "Mémoire assassine" est un très bon roman noir que je ne regrette pas d'avoir lu. J'ai eu du mal à rentrer dedans mais ça à été mieux par la suite et son sujet m'as vraiment intéressé même si l'on reste toujours dans le domaine de la fiction. Il ne se passe pas spécialement beaucoup de choses, il n'y à pas de grands rebondissements de malade mais l'hypothèse de ce témoignage fonctionne malgré tout et réussis à crée un très bon suspense avec une atmosphère qui nous tient jusqu'à son final un brin grossier mais quand même efficace.
Mémoire assassine


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine