Magazine Culture

The Royal Family and the Poor – The Temple of the 13th Tribe (PREMIERE)

Publié le 13 mai 2014 par Hartzine

information-society-590Rares sont les groupes à appartenir encore aux limbes de la renommée avec deux albums sur Factory Records et une production sur le premier d’entre-eux – The Temple of the 13th Tribe, paru en 1984 – signé Peter Hook. Celui emmené par Mike Keane, The Royal Family and the Poor, l’est et le restera encore longtemps. Non pas la faute d’un manque de talent – tout simplement évident ici, à équidistance entre New Order et Psychic TV – mais à celle d’un acharnement de la destiné envers le scouser qui, dès ses dix-neuf piges capte l’attention de Tony Wilson en 1979 à l’aide de quelques pistes gribouillées sur bandes magnétiques avec son colocataire situationniste Arthur McDonald. Mais alors que le groupe s’étoffe et se met à donner quelques concerts, il se saborde, livrant Keane en solitaire à ses bidouillages qui chatouille alors aussi bien l’oreille de Stevo du label Some Bizarre que celle de Matt Johnson de The The qui l’aide à produire quelques titres. Le premier, manager de Soft Cell, flaire le bon coup et propose à Keane de signer pour une major – ce que refuse sèchement ce-dernier choisissant le réconfort de l’héroïne et de l’isolement. Pas découragé, Brian Wilson revient à la charge et impose Hook à la production de ce The Temple of the 13th Tribe, premier LP du groupe rejoint par un clavier et un violoniste et dénommé ainsi en référence à un livre sur les Sex Pistols. A la fois étrange et mystique, accrocheur et expérimental, The Temple of the 13th Tribe sonne telle une complainte rédemptrice, où les structures pop et les résonances synthétiques du TR 808, dissimulent mal les stridences et mantras issus de l’abîme. I Love You (Restrained In A Moment) – l’un des plus beaux et mélancoliques des morceaux d’un disque réédité et compacté le 26 mai prochain par Mannequin Records – n’obstrue aucunement l’inquiétante Ritual 1, tout comme la bien nommée Discipline – intimement liée à l’album du même nom – n’obère en rien les miasmes vénéneux de Moonfish Is Here. Paradoxal mais fascinant, The Temple of the 13th Tribe est en écoute en intégralité ci-après.

Audio (PREMIERE)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hartzine 83411 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines