Magazine Culture

Joséphine, au Musée du Luxembourg

Par Mpbernet

L’année 2014 marque l’anniversaire du bicentenaire de la mort, à 51 ans, de Joséphine de Beauharnais.

appiani, J reine d'Italie

serre-bijoux-josephine

robe de cour

Née en 1763 en Martinique, Marie-Joseph-Rose de Tascher de la Pagerie est envoyée à Paris à l'âge de 16 ans. Mariée très peu de temps après à un ami de sa famille puis veuve d'Alexandre de Beauharnais dont elle était pourtant déjà séparée, elle devint rapidement, au cœur du quartier de la Chaussée d’Antin, par sa beauté et sa légèreté, une des reines du Directoire.

Elle rencontre le jeune général Bonaparte en 1795. Il féminise son deuxième prénom et l'épouse civilement en 1796. Pour elle, c’est un mariage de raison qui lui apporte la sécurité financière ; lui est très amoureux de cette femme plus âgée que lui de 7 ans, qui l’initie tout en continuant à multiplier les amants tandis qu’il part livrer les combats en Italie et en Egypte.

buste-imperatrice par J

En 1804, il la couronne impératrice lors de son sacre. Traumatisée par son incarcération au Couvent des Carmes en 1799, où elle n’échappa à la mort que grâce à la chute de Robespierre, elle n’a pas pu lui donner d’enfant. Le couple divorce en 1809, mais garde de bonnes relations. Joséphine va conserver son rang, son titre, et notamment le domaine de Malmaison, avec toutes ses collections.

croquis sacre David

diademe2

L'impératrice avait la passion de la décoration et des beaux meubles, de la botanique  - en particulier dans sa propriété de La Malmaison où elle introduit plusieurs espèces végétales et animales - et des bijoux, de l’art et de la musique.

Elle possédait plusieurs parures de perles et de pierres précieuses, pour l'essentiel acquise sur sa cassette privée, mais elle a pu, après le sacre, disposer des joyaux de la Couronne.

Très dépensière, Joséphine possédait des  centaines de robes fournies par le marchand de modes Leroy ; Napoléon continua à apurer ses dettes tout au long de sa vie.

Le superbe « resserre-bijoux » qui fut commandé pour elle en 1808, ornera la chambre de Marie-Louise.

L’exposition qui lui est consacrée est essentiellement esthétique, légèrement hagiographique. C’est l’histoire d’un style, celui bien particulier du Premier Empire et celui d’un goût, celui de l’Impératrice, dotée d’une élégance raffinée, d’un goût très sûr pour la peinture, la sculpture, mais aussi les antiques. Joséphine, c’est aussi une musicienne qui voyage, une passionnée des animaux et de la botanique, sensible aux fleurs et aux peintres qui les immortalisent comme Redouté.

Ce qui m’a le plus émue : ses tenues de cour et ses jolis souliers avec fourrure et rubans. Les boucles d’oreilles en perles en forme de poires et diamants, ou en saphir, aussi …Elle mesurant 1,63 m – presque comme moi – et devait chausser du 36. J’adore ses robes taillées dans de merveilleux châles de cachemire …

Toilette par jacob

robe de cour verso

Joséphine, Musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris
Tous les jours 10h-19h30, nocturne le lundi jusqu'à 22h
Tarifs : 11€ - gratuit pour les moins de 16 ans – jusqu’au 29 juin 2014


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte