Magazine Culture

Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

Publié le 24 mai 2014 par Chatquilouche @chatquilouche

flamme-d&-39;une-bougie-rouge_19-123464

Son corps danse – volupté crépitante. Elle flotte dans l’obscurité, se meut allègrement, indifférente à tout, sauf au souffle ambiant qui l’enlace, la soulève et l’enivre. Son corps danse et semble fou, possédé par quelque sortilège, quasiment impossible à suivre des yeux qui doivent s’habituer à l’éblouissement. Insaisissable et prêt à dévorer le monde, à détruire lentement tout ce qui est solide, ce corps lumineux n’a plus rien d’humain. Elle ne pense qu’à danser, supérieure aux regards qu’elle brûle, prise dans une transe, dans des rêves connus d’elle seule. Personne ne vient dans sa danse, personne ne s’approche – le monde entier soumis à une peur archaïque, le monde ne serait, finalement, qu’un animal craintif qu’elle dompte avec aisance par ses lointaines caresses.

Les gestes rythmés, les courbes fluctuantes, la gracieuse subtilité de l’ensemble – envie de la toucher, mais peur, à chaque fois, de s’y brûler les doigts. Et mes doigts me démangent, mes mains comme indépendantes de ma volonté, n’obéissant qu’au désir qu’elle fait naitre en dansant. Rêver de l’attraper et savoir, savoir terriblement, que rien, finalement ne trouvera de refuge entre mes doigts déçus. Il n’y aura qu’un vide, ou une douleur rouge. Alors je la regarde, comme si la danse hypnotique n’allait jamais finir.

Plus je regarde cette flamme, plus je vois danser ma femme. Il faudra bien que je souffle dessus ; le bruit mat que fera la nuit en chutant sera pareil à celui d’un corps lourd. Pendant quelques arrogantes secondes une petite incandescence demeurera, avant de s’engouffrer, tenace et malicieuse, dans ma mémoire rétinienne. Derrière mes paupières, elle dansera encore. L’ombre ne gagne pas toujours au fond de nos yeux clos.

Image :  http://fr.freepik.com/photos-libre/flamme-d&-39;une-bougie-rouge_602888.htm

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge 

Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…
Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.  Récemment, elle a publié Débandade(roman) auxÉditions Philippe Rey.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chatquilouche 15511 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines