Magazine Beaux Arts

On range les costumes de scène...

Publié le 25 mai 2014 par Sheumas

Marilou avait raison, le convoi blindé est vide.

La cigarette de Sergio le pur continue de briller sur la scène dévastée.
Excuse-moi Tatoué, j’ai pas de tatouages mais c’est moi qui fais le déménagement. Le portrait de GAINSBOURG masque la vitre arrière et balade ses aphorismes. Prélude de Chopin... La scène est un piano désaccordé. Le sac de Bonnie and Clyde dégueule dans le coffre. J’ai même pas retrouvé le fric que palpait l’Ami Caouette. Quel tocard ! Les fards et les crayons fondent dans un coin, et les silhouettes pulpeuses des actrices ont avalé le fluid make up. Edgar Poe rôde sur la banquette avant et se désespère du chapeau de Max Coiffeur. Le masque du « Nevermore »...

Le souvenir ne tient déjà plus qu’à un cheveu, mais dans les mains de ces shampouineuses il a pris sa dose de brillantine. Elisa lui a fait la raie au milieu et il brille, comme la crosse du shérif. Il luit sous le soleil de la mémoire. Il donne même à Initials BB l’envie d’une intermittence et à Lola Rastaquouère l’envie de lancer ses cheveux au vent. Sur les rouleaux d’océan en attente d’été, les sorcières de Macbeth roulent déjà à toute vitesse sur des Harley Davidson avec des chromes et la fumée de l’oubli. Elles ont un tigre dans le moteur.

Sur le haillon arrière de la voiture (même pas un Combi !) les tenues d’opérés flottent sous le soleil rouge. Rouge comme le projecteur aléatoire éclairant le visage de Bloody Jack au moment du final. Les patients de la blanche clinique neuro psychiatrique ont désormais détalé du côté des plages d’emploi du temps. L’autorité de Docteur Jekyll a sêché dans sa blouse blanche. Jean-Marc court à ses rendez-vous. Plus de mouvements pour chalouper les hanches et les médailles d’imperator chères à l’Ami Caouette. Drôle de carnaval pour la Javanaise, dont le regard rêveur donne encore envie de chialer aux grands yeux émerveillés de Marie, Jérémy, Camille et Jennifer. Le premier qui rira aura une claquette !
Merci pour ces deux ans si riches en émotions le couronnement de cette dernière pièce... Que de chemin parcouru ! Et la route est encore semée de paillettes. De toute manière, GAINSBOURG sera toujours là pour nous agiter « ses clochettes d’argent » et nous demander de faire une pause sur le tabouret de quelque pub anglais ou la poche kangourou de la Mélancolie.

On range les costumes de scène...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sheumas 243 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte