Magazine Culture

Dj / The Hacker - Interview

Publié le 25 mai 2014 par Djaroy

The Hacker, de son vrai nom Michel Amato, est un DJ et producteur de musique électronique connu notamment pour son duo avec Miss Kittin. Son travail est influencé par des artistes tels que Kraftwerk, des artistes new wave tels que The Cure ou Dépêche Mode, ainsi que par la scène rave française du début des années 1990. Après plus de vingt ans de carrière, The Hacker revient avec « Love/Kraft », un album en deux parties dont la première sortira le 21 avril, sujet de notre interview du jour. Aujourd'hui, nous avons donc la chance d'interviewer l’un des acteurs emblématique la scène électronique française! Cette interview fait suite à celle d’autres DJs/producteurs français comme Da Fresh, Muttonheads, Rodriguez Jr., Paul Nazca.. Tout d'abord, je tenais donc à remercier Michel d’avoir répondu à nos questions.

"Hello The Hacker,

Franchement, c'est un réel plaisir et un honneur de t’interviewer, parce j’ai découvert ta musique dès la sortie de tes premiers EPs notamment « Intimités » avec Miss Kittin qui faisait suite à ton titre « Gratin Dauphinois » tiré de l'album Technics, et signé sur le label Gigolo, de Dj Hell que nous avons interviewé il y a quelques temps, en 1997. Il y a quelques jours tu as sorti le premier extrait de ton nouvel album  "Clear", une techno aux accents new-wave, qui verra le jour sur Zone Music, le label que tu as fondé avec Gesaffesltein. Pourrais-tu en quelques mots nous expliquer comment est né ce projet ? Cela faisait 10 ans que tu n’avais plu sortir d’album en solo... Ca t’avait manqué ?
> Je n'ai pas fait d'album solo depuis 10 ans, mais j'ai fait beaucoup d'autres choses ! Des maxis un peu partout, des remixes et puis surtout un deuxième album avec Miss Kittin, donc j'ai pas été complètement inactif !
Pour revenir à mon nouvel album, ça a été difficile pour moi de le faire, j'ai recommencé plusieurs fois, je n’étais jamais satisfait, le déclic est venu de la réaction de certains de mes proches qui m'ont dit que je me prenais trop la tête, que je réfléchissais trop et qu'il fallait que je fasse les choses naturellement, comme j'ai toujours fait, donc d'un seul coup je me suis moins mis la pression, et la situation s'est débloquée et j'ai fais ces morceaux que j'aiment beaucoup et dont je suis très fier.

Et sinon quelques remixes des titres de ton album sont-ils à attendre dans les prochaines semaines ?
> Non, il n'y aura pas de remixes, tout le monde fait des remixes, il y a des remixes de partout, donc comme j'aime bien être à contre courant, j'ai décidé qu'il n'y aurait pas de remixes !

Comment as-tu trouvé le titre de ton album ? Il y a un lien pour tes influences liées à Kraftwerk ?
> Le titre est bien sur un clin d'œil à Kraftwerk, mais surtout à l'écrivain de science fiction américain "h.p lovecraft", qui est un de mes auteurs favoris et dont l'atmosphère très dark de ses nouvelles, m'a toujours inspiré.

Cet album va sortir en deux fois avec un autre opus qui verra le jour plus tard en Septembre. Que peut-on attendre de différent de cette première partie ?
> La deuxième partie sera un peu plus "douce" que la première, plus "musicale", moins radicalement dancefloor que la première.

Ton premier album sortait il y a près de quinzaine d’années sous le nom de « Mélodies en sous-sol ». Qu’est ce qui pour toi à vraiment changer dans ta méthode de travail entre ces deux opus ?
> Je connais mieux mon matériel, je vais plus vite, et puis surtout tout est beaucoup plus performant qu'à l'époque, surtout les ordinateurs !! Tout est tellement plus simple, je pense que les jeunes qui commencent aujourd'hui ne peuvent pas imaginer comme cela pouvait être difficile techniquement à l'époque.

2014 commence donc pour toi sur les chapeaux de roue, avec notamment le lancement de cet album au Showcase il y a quelques jours avec Arnaud Rebotini. Si tu regardes ton début d’année, qu’en penses-tu? Quelle est ta vision de ces derniers mois?
> Ce qui s'est passé ces derniers mois pour moi est super, je suis dans une nouvelle dynamique avec mon album et avec mon label Zone, il se passe plein de choses intéressantes, c'est super bien, après le chapitre Goodlife (mon ancien label) j'en commence un nouveau avec zone et cela s'annonce très prometteur.

Après nous avoir donné ces infos sur ton actualité, nous aimerions en revenir à tes racines musicales. Pourrais-tu nous dire brièvement comment tu es devenu DJ et producteur, avec tes débuts sur la scène électronique à Grenoble ?
> J’ai commencé par faire des lives, je me suis lancé dans le djing bien plus tard. Et au début la scène électronique à Grenoble était minuscule, on devait être une quinzaine, avec notamment Miss Kittin, Oxia, Kiko, etc., et cela a commencé comme ça tout doucement, à jouer dans des raves illégales, dans des champs, des forts abandonnés, aux alentours de Grenoble. On s'est tous rencontré à ce moment là.

Et d’ailleurs, si ce n’est pas indiscret, d’où vient ton pseudo ? J’avais cru lire quelque part que ca venait de titres de certains maxis.
> Mon pseudo vient d'un morceau de Jeff Mills (dont je suis un grand fan), sur son premier album "waveform transmission vol 1 », j'ai vu ce titre : « the hacker», j'ai trouvé que ça sonnait bien, et voilà !  Mon nom n'a rien à voir avec les vrais hackers sur Internet.

Au début, est-ce que ta famille a compris ce que tu voulais faire dans la vie? Et maintenant sont-ils fiers de ce que tu as réalisé au cours de ces dernières années ?
> Tout à fait, au début je pense qu'ils avaient peur pour moi, ils se demandaient dans quoi je me lançais, il ne faut pas oublier qu'au début des années 90, la techno était très mal vu ! Mais bon, ils m'ont toujours soutenu, et maintenant, ils sont très fiers.

De plus en plus de lecteurs nous demandent des infos sur le matos utilisé par les producteurs que nous interviewons. Quels sont les logiciel ou instruments que tu utilises pour produire? Est-ce qu’on pourrait avoir des informations un peu techniques?
> J’utilise "live" sur Ableton, avec ma petite collection de synthés analogiques, que j'ai depuis des années.

L'interview sera publiée sur un site web principalement lu par des Français. Y a t-il des artistes que tu connais personnellement ou dont tout simplement tu aimes la musique? Il y a bien évidemment Miss Kittin, sans doute Kiko, Alexander Robotnick, Olivier aka Oxia, Arnaud Rebotini et quelques autres ?
> Gesaffelstein, Maeltrom, Djedjotronic, David Carretta, etc.

The Hacker, avant de conclure cette interview, nous avons encore quelques questions à te poser. Parfois, un mot suffit!

Où es-tu en ce moment pour répondre à notre interview?
> Dans ma chambre d'hôtel à Sydney, je suis en tournée en Australie.

Le titre que tu nous conseilles d’écouter dans ta discographie ?
> Mon dernier single avec Perspects "A thousand times".

3 mots pour définir ta musique?
> Mystérieuse, sombre et mélancolique.

Un privilège auquel te donne accès ton statu de DJ/producteur?
> Tu payes plus les verres en boite ! haha !

Ton titre préféré en ce moment?
>  Zed "Plastic love"  c'est un vieux morceau d'italo disco du début des années 80, j'aime beaucoup ce style.

Quelques mots sur le site que je dirige et où l'interview sera publiée: Actualités Electroniques?
> Je ne le connais pas trop, désolé ! Je vais m'y intéresser.

The Hacker, merci beaucoup pour le temps que tu as consacré à Actualités Electroniques et en particulier pour cette interview complète et exclusive. Nous attendons avec impatience la sortie de ton prochain album et d’éventuels remixs à venir!"

Dj Aroy

PLUS D’INFOS SUR THE HACKER
http://www.zone-music.fr/
https://www.facebook.com/DJTheHacker
https://soundcloud.com/the-hacker
http://www.songkick.com/artists/387818-hacker
https://myspace.com/thehackergoodlife


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Djaroy 777 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines