Magazine Amérique latine

Un petit tu vaut bien un grand raffut médiatique ! [Actu]

Publié le 25 mai 2014 par Jyj9icx6

Un petit tu vaut bien un grand raffut médiatique ! [Actu]

Une de Página/12 avant-hier avec le jeu de mots habituel
en l'occurence : Mettons cartes sur table (cartas = lettres)

Comme il l'avait fait l'année dernière mais d'une manière plus précipitée et informelle, le Pape François a adressé, le 15 mai dernier, à la Présidente argentine des vœux de prospérité pour elle-même et le pays tout entier à l'occasion de la fête nationale, le 25 mai. C'est ce que le Saint Père fait avec les chefs d'Etat de tous les pays en relation diplomatique avec le Saint-Siège. Le texte, d'une grande simplicité, dactylographié jusque dans la signature du Pape, a transité par la voie diplomatique ordinaire, partant du Vatican par la Secrétairie d'Etat pour être acheminé jusqu'à la Nonciature à Buenos Aires, qui l'a transmis au Gouvernement argentin auprès duquel elle est accréditée.
Comme elle l'a fait l'année dernière elle aussi, Cristina Kirchner a rendu publique cette missive. Rien de bien étonnant puisqu'à cette époque de l'année désormais, les Argentins attendent avec tendresse et curiosité les vœux de LEUR pape.
Or ce texte présente une particularité. Une toute petite particularité. Le Pape, tenez-vous bien, agrippez-vous au bastingage, ça va tanguer ferme ! le Pape, disais-je avant de m'interrompre moi-même, tutoie la mandataire. Quel coup de tonnerre, dites-moi !
Certes, le tutoiement est fort inhabituel entre chefs d'Etat de différents continents, mais il est commun entre les  chefs d'Etat sud-américains qui se tutoient à bras raccourcis dans leurs réunions au sommet (les nôtres aussi au sein de la Communauté Européenne, soit dit en passant !) et tout le monde sait que François tutoie à tour de bras, dans l'Eglise, hors de l'Eglise, dans la société civile et ailleurs encore si c'était possible. Re-certes, ce tutoiement peut surprendre quand on connaît les relations détestables qui ont pu exister entre Cristina et Monseigneur Jorge Bergoglio jusqu'au 13 mars 2013. Mais enfin ce temps est clairement révolu. Les efforts de rapprochement qu'ils ont déployés depuis cette date n'ont échappé à personne, la lettre de vœux très rigolote envoyée par la Présidente au Souverain Pontife pour la saints Pierre et Paul 2013 nous avait déjà distillé les prémices d'une cordialité que le protocole n'encombrait plus entre eux (voir mon article du 6 juillet 2013). Qui plus est, avec un doigt de jugeote, une pincée de conscience professionnelle et un bref coup de fil au secrétaire d'ambassade à la Nonciature pour parer à toute éventualité d'erreur de jugement, un bon journaliste pouvait facilement se douter que Cristina n'aurait jamais publié une telle lettre ornée d'une telle signature, si elle n'avait pas eu la certitude de tenir en main un texte rigoureusement authentique. C'est une vraie politicienne, tout le monde en convient. Elle a le sens de la mise en scène, c'est un fait certain, mais elle est loin, très loin, vraiment très loin d'être idiote ou même simplement maladroite. Et il eût été suicidaire pour elle et sa famille politique de risquer le boomerang d'un démenti, fût-il voilé ou détourné, alors que, ne se représentant pas à l'élection présidentielle de l'année prochaine, la protection diplomatique anti-bourde dont elle pouvait bénéficier avant cela a perdu pour elle beaucoup de son efficacité maintenant.
Bref, il y avait bien là de quoi amuser la galerie grâce aux commentaires des fantaisies langagières et protocolaires du Saint-Père, qui en a commis bien d'autres du même acabit depuis un peu plus d'un an et à la plus grande joie de tout le monde (à part quelques chameaux de vertu et autres rabat-joie qui nous pompent l'air), mais il n'y avait vraiment pas de quoi fouetter un chat.
Or voilà que vendredi 23 mai dans la journée, Clarín et La Nación ont titré en une que cette lettre était un faux, déclenchant un véritable tohu-bohu diplomatique à Buenos Aires et dans la Cité-Etat du Vatican, autour d'un document totalement anodin, mis à part ce tutoiement inattendu.

Un petit tu vaut bien un grand raffut médiatique ! [Actu]

Une partielle de Clarín le 23 mai telle qu'elle a été produite par Página/12


Pour en contester l'authenticité, Clarín et La Nación se sont appuyés sur les déclarations intempestives et aucunement autorisées d'un prêtre argentin, nommément cité, en poste au Vatican depuis 2006 et que les deux journaux présentent comme faisant partie de l'entourage proche du Pape. Or les deux quotidiens publient régulièrement comme certaines des informations fantaisistes au sujet du Pape et de ses relations réelles ou supposées avec des personnalités et des institutions argentines, qu'ils disent provenir de sources vaticanes. S'agissait-il à chaque fois de cet homme-là ? On peut se demander en tout cas si des journalistes dignes de ce nom pouvaient s'en prendre de bonne foi à un document d'une telle innocuité pour un motif aussi futile ? Ces gros titres sont-ils de leur fait ou ont-ils été imposés à la rédaction pour servir, en dehors de toute déontologie, les intérêts politiques supérieurs des groupes médiatiques auxquels ils appartiennent, que l'on sait férocement hostiles à l'actuelle politique en faveur d'une pluralité médiatique effective dans le pays et bien identifiables pour la désinformation à laquelle ils se livrent régulièrement, en profitant du quasi-monopole dont ils bénéficiaient jusqu'à la mise en place de la nouvelle loi sur l'audiovisuel (voir à ce propos mon article du 30 octobre 2013) ?

Un petit tu vaut bien un grand raffut médiatique ! [Actu]

Une de La Nación du 23 mai produite par Página/12
selon le même procédé que plus haut


Il se trouve que la date de ce 23 mai tombait à pic : d'abord parce qu'elle se situe immédiatement avant la fête nationale argentine, qui se tient aujourd'hui, 25 mai, pendant le week-end, donc sans jour férié stricto-sensu, ensuite parce que le Pape, son Secrétaire d'Etat, Monseigneur Parolin, son porte-parole, le père Lombardi, et tout le personnel diplomatique et médiatique du Saint-Siège étaient tous très occupés par les ultimes préparatifs d'un voyage suprêmement délicat en Terre Sainte, dans l'un et l'autre camp des belligérants médio-orientaux, et donc peu susceptibles de prêter attention à une anicroche en Argentine. Raté ! Les attaques ont été si violentes et le scandale si dénué de fondement que le Pape a lui-même décroché son téléphone vendredi en fin de matinée pour assurer l'ambassadeur argentin auprès du Saint-Siège de l'authenticité de ce message ne portant aucune signification politique particulière qu'on ne sache déjà (la Présidente et le Pape entretiennent d'excellentes relations personnelles et institutionnelles – la belle affaire !). L'ambassadeur a aussitôt relayé l'information auprès de son gouvernement, soutenu en cela par le nonce lui-même, qui a improvisé une conférence de presse au seuil de sa résidence à Buenos Aires. Et Clarín et La Nación ont été contraints de démentir l'affirmation tonitruante de leurs unes respectives, dans des articles embarrassés qu'il faut maintenant chercher avec un peu de ténacité pour les retrouver dans leurs archives. A Rome, le Père Federico Lombardi a lui aussi apporté un démenti formel devant les journalistes accrédités et le prêtre argentin, qui avait mis le feu aux poudres par sa prise de parole irresponsable au micro d'une radio privée argentine (appartenant à un groupe de l'opposition), a dû y faire publiquement amende honorable, avec rétro-pédalage en bonne et due forme.
Aujourd'hui, comme toujours lorsqu'une de leurs grosses ficelles est mise à jour par leurs adversaires, et donc notamment par Página/12, les deux journaux sont muets sur cette baudruche explosée, affaire montée en épingle dans le but évident de nuire à la Présidente et peut-être au Pape lui-même à la veille d'un important voyage (1)
Página/12, quant à lui, dénonce avec insistance cette manœuvre qui laissera pantois le public européen tant elle est cousue de fil blanc. Malheureusement, en Argentine, la culture démocratique est encore peu développée dans une grande partie de la population et ces informations, diffusées à satiété pendant quelques heures dans les journaux télévisés et radiophoniques, sur les chaînes privées, risquent tout de même de laisser des traces dans bon nombre d'esprits influençables. Sans doute est-ce là l'une des raisons pour lesquelles le Pape, malgré son agenda, s'est donné la peine d'intervenir, en dénonçant cette tentative pour susciter une querelle là où il n'y en avait pas. Sa prise de parole pourra sans doute avoir été relayée aujourd'hui dans les églises à la messe dominicale et dans toutes les cathédrales du pays à l'occasion du Te Deum patriote célébré dans toutes les capitales provinciales.

Un petit tu vaut bien un grand raffut médiatique ! [Actu]

Une de Página/12 d'hier exhibant en première page
la lettre de Juan Pablo Cafiero, ambassadeur d'Argentine auprès du Saint-Siège


Il n'en reste pas moins vrai que Clarín et La Nación ont aussi trouvé là le moyen d'augmenter sensiblement leurs ventes juste avant que le voyage pontifical en Terre Sainte leur assure un bon chiffre d'affaires pour le week-end et le début de la semaine.
C'est nauséabond.
Pour aller plus loin : lire l'article de fond de Página/12 du 23 mai lire l'article de fond de Página/12 du 24 mai lire l'éditorial de Página/12 du 24 mai lire l'article de Sergio Rubín dans Clarín du 23 mai (Sergio Rubín est un excellent journaliste, il reconnaît depuis Rome y perdre un peu son latin. Or ce n'est pas du tout un zigoto écervelé, c'est le spécialiste des questions religieuses de la rédaction de ce groupe et il y a dans son domaine des spécimens nettement plus discutables que lui) lire le dossier sur les relations entre François et l'Argentine qu'on trouve aujourd'hui dans La Nación (il a peut-être été expurgé mais je n'ai pas eu le temps de suivre cette affaire depuis le salon du Béthune où j'ai passé les deux jours précédents).
(1) Ce n'est pas la première fois qu'un membre de la Curie balance dans la presse avide de scandales autour d'un Pape qui bouscule les habitudes des commentaires assassins. A ma connaissance, la dernière fois, c'était peu avant le Carême lorsqu'un prêtre a lancé contre ses confrères du diocèse de Rome des accusations gratuites de pédophilie, accusations pour lesquelles le Pape avait demandé pardon au clergé diocésain lors d'une rencontre personnelle avec les curés romains.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte