Magazine Culture

Manuel de l'arriviste littéraire (18) Le manifeste

Par Pmalgachie @pmalgachie
Le manifeste Nous avons vu la dernière fois qu’il était très bien porté de lancer une école littéraire. Certains prétendent qu’il est souverain dans ce cas de pondre un manifeste, de le faire imprimer et de l’envoyer à Pierre, Paul et Jacques. C’est très joli tout ça, mais chacun n’est pas capable d’écrire un manifeste. Il y a des aspirants écrivains qui savent à peine tenir une plume, et ils ne se soucient pas de se couvrir de ridicule en montrant au premier venu qu’ils ne sont pas fichus d’écrire dix lignes sans y fourrer quinze fautes de syntaxe et trente-huit d’orthographe. Ces aspirants ont tort. Plus un manifeste est saboté, plus il a de valeur. Les aspirants qui ne se sentent pas assez forts pour échafauder un manifeste d’apparence logique n’ont qu’à prendre un ouvrage quelconque. On décide que l’on choisira le dernier membre de chaque phrase dans des pages déterminées, au petit bonheur, et qu’on les mettra bout à bout. Ainsi, Monsieur de Phocas, de Jean Lorrain, étant choisi, on fixe à l’avance les pages 181, 229, 240, 401, 405, etc. Cela donne le résultat suivant :
Manifeste de l’art baroquiste
Ce sont tous les degrés du mépris avec, et j’écoutais cet homme comme on boit un filtre, c’est un si puissant piment de volupté, un tel agent nerveux que la terreur c’était une étrange solitude. Elle m’est apparue, etc., etc.
Marinetti ne fait pas mieux, et au moins, vous n’aurez pas à payer de plumitif pour vous venir en aide.
P.-S. La présentation de cette série d'articles publiés dans L'Aurore en 1914 se trouve ici. Ils ont été retrouvés grâce à Gallica.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8226 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines