Magazine Beaux Arts

Parcours des Mondes 2014 : Thématiques (2)

Publié le 26 mai 2014 par Detoursdesmondes
Hope_parcours-des-mondes

Poursuivant notre premier aperçu du prochain Parcours des Mondes, ci-après quelques expositions thématiques qui seront présentées dans les domaines Océanie, Asie du Sud-Est, Himalaya, Précolombien mais aussi des arts contemporains d'Australie et d'Inde...
On découvre ainsi la Galerie Jonathan Hope, Londres, qui expose Ancêtres mythiques : des figures d’ancêtres de l’Asie du Sud et du Sud-Est dominent, avec notamment des textiles en provenance d'Indonésie, du Cambodge et de l'Inde.
Monméat_Parcours-des-mondes

Art de l’Inde, de l’Himalaya et de l’Asie du Sud-Est présentée par Renaud Montméat Arts d’Asie, est consacrée à la sculpture et à la peinture de l'Inde, de l'Himalaya et de l'Asie du Sud-Est et plus précisément à l'art bouddhique de la période Pala (Nord-Est de l'Inde entre les VIIIe et XIIe siècles) et l'influence de celle-ci sur les pays limitrophes.
Conru_parcours-des-mondes

Malgré une photo (ci-dessus) qui ne reflète pas la thématique de l'exposition, signalons tout de même des oeuvres que j'affectionne particulièrement que sont les textiles des Baining de Nouvelle-Bretagne. Ces derniers réalisent des masques étonnants ou encore de remarquables bannières.
C'est Kevin Conru qui nous présente Baining tapas lors du prochain Parcours avec des oeuvres recueillies par l’explorateur allemand Harting en 1900.
Murray_parcours-des-mondes

Thomas Murray, Mill Valley, expose Paires, couples et maternité : l’art de la dualité.
Le dossier de presse nous en fournit la description suivante : "L’art de la dualité rend hommage à l’ancienne croyance austronésienne selon laquelle toute forme de vie est basée sur un concept dualiste. Les plus anciens mythes de création décrivent une déité primordiale qui créa le premier Clan mère et père par des moyens magiques. Toutes les générations suivantes et toutes les connaissances proviennent de cette paire originelle. Le droit coutumier ordonne les rites et cérémonies nécessaires au cours desquels les humains demandent la bénédiction des premiers ancêtres. Leur protection assure la continuité de la communauté grâce à la fécondité du mariage et la prospérité de l’agriculture, ainsi que le passage sans danger de la naissance à la mort où nous retournons à notre point d’origine et rejoignons les ancêtres dans l’au-delà.
Dans le genre de l’art animiste indigène de l'Asie insulaire, la Maternité est un archétype universel de nature binaire souvent exprimé également sous forme de sculptures aussi bien monumentales que miniatures. La Mère et l’Enfant, aussi importants dans l’art de la maison longue isolée qu’ils ne le sont dans la tradition occidentale, sont souvent représentés avec beaucoup de sensibilité.
On peut également interpréter le dualisme de façon abstraite, qu’il s’agisse d’un arbre de vie géant à deux branches fourchues tel que l’on voit sur l’île de Florès ou de paires représentées sur des bijoux ou des textiles".
Evans_Parcours-des-Mondes

Michael Evans Tribal Art expose Portraits & parures des îles Solomon avec un ensemble de photographies originales du XIXe siècle expliquant la vie, les traditions et les cérémonies des peuples natifs de ces îles, accompagnant une collection de bijoux et parures, dont la plupart provient de la collection du Cranmore Ethnographical Museum à Chislehurst au Royaume-Uni, créé par le célèbre collectionneur Geoffrey Beasley (1881-1939).
Furstenberg_Parcours-des-mondes

La Galerie Furstenberg a sélectionné des objets "énigmatiques" pour son exposition Œuvres mystérieuses de l’Amérique précolombienne.
"Tant par les destructions de la conquête que par le caractère récent des recherches archéologiques en Amérique (débutées seulement fin XIXe), nombre de pièces précolombiennes posent question tant sur leur usage que leur signification. Objet cultuel, du quotidien, strictement funéraire, utilitaire, guerrier, sacrificiel, décoratif, protecteur, chamanique, cosmologique, ornemental ? Autant de questions qui se posent quotidiennement aux spécialistes et sur lesquels, actuellement, nous ne pouvons qu’émettre les hypothèses les plus crédibles auprès des amateurs."
Arts-d'Australie_Parcours-des-mondes

Avec La Peinture aborigène : l’abstraction et le sacré, Stéphane Jacob présente des œuvres de Ningura Napurrula, une artiste décédée en 2013 qui conçut un plafond peint pour le musée du quai Branly.
"Sera présentée également une oeuvre rare de son mari Yala Yala Gibbs qui fut l’un des fondateurs du mouvement de l’art contemporain aborigène au cœur du désert australien, à Papunya en 1971. Mais le public pourra aussi découvrir les œuvres de jeunes artistes : Abie Loy Kemarre, Alick Tipoti, Dennis Nona, les artistes de Yuendumu mais également ceux d’Yirrkala. L’exposition inclura une quinzaine d’œuvres provenant de la collection Benjamin Clark".
Moisan-Perdreiolle_Parcours-des-mondes

"L'art tribal indien émerge sur la scène internationale. En Inde, la place des aborigènes n'est plus au Musée de l'homme, dans ces reconstitutions où les mannequins en cire, vêtus de costumes traditionnels, sont assis autour du feu devant leurs maisons traditionnelles. Les voici désormais au-devant de la scène artistique contemporaine indienne, avec des œuvres qui se vendent dans les galeries d'art et les musées du monde entier. La voix des populations tribales indiennes, longtemps étouffée, renaît grâce à la peinture." Le Monde 17 février 2011
Les Galerie Frédéric Moisan et Galerie Hervé Perdrioles présentent ainsi Trajectoires VI.
Enfin, une exposition particulière concernant les Aïnous, peuple aborigène du Japon est présentée par Patrick & Ondine Mestdagh :
"Les Aïnous sont un peuple autochtone paléo-mongoloïde de Hokkaido, l'île la plus septentrionale du Japon. Partageant un lien génétique avec les Amérindiens, les Tibétains et les peuples d'Okinawa, les Aïnous sont probablement liée au Jomon (14.000 - 300 av.J.C.), qui furent les premiers habitants de l’archipel.
Le mot Ainu se traduit par le peuple. Les hommes sont connus pour leurs barbes épaisses et les femmes pour leurs tatouages d'un bleu profond autour de la bouche, un processus entamé dans l'enfance et complété quand une fille atteint la majorité.
Les Aïnous vivaient très proches de la nature et survivent grâce à la chasse, la pêche et une agriculture limitée. Dans leur système de croyance profondément animiste, les forces de l'esprit, Kamui, imprègnent toutes les choses naturelles – le feu, la terre, les plantes, les montagnes, les animaux terrestres et les poissons. Les ours sont particulièrement estimés - idolâtrés mais également sacrifiés.
Les esprits malveillants sont tenus à distance par des rituels, comme l'utilisation de ikupasuy, bâtons de prière finement sculptés avec des motifs en spirale de protection, morew. Ces motifs sont également gravés sur des objets en bois tels des plats rituels et brodés sur des costumes, dont les robes Aïnous sont renommées, certaines faites à partir d'écorce d'orme mâchée connu comme attush.
À partir de la fin du XIXe siècle, les Aïnous avaient accès au coton et soie d’échange, ce qui a développé de nouvelles possibilités d'expression, résultant notablement dans le ruunpe. (...)
La collection Gerena présente des exemples de ces deux types. Le morew de chaque type, avec ces motifs curvilinéaires, correspond à des éléments décoratifs trouvés sur l'ancienne poterie Jomon figurative. Des similitudes dans les motifs suggèrent une tradition culturelle de dix milles ans, ce qui est souligné par les recherches ADN récentes. Les motifs Ainu font également écho aux éléments décoratifs en ivoires provenant des eskimos de l’Old Bering Sea (circa 100 - 400 av.J.C.) et peuvent être liés à des compositions héraldiques des Amérindiens de la côte Nord-Ouest".
Photo 1 : Figure d’ancêtre. Hampatong, Benna, Kalimantan. XIXe siècle Bois. H. : 148 cm. Photo : P.J. Gates © Jonathan Hope.
Photo 2 : Dague rituelle Phurbu. Tibet. XVe siècle. Bois. H. : 20 cm. Photo : Studio Sébert, © Renaud Montméat Arts d’Asie.
Photo 3 : Sculpture féminine. Yuat, province est du fleuve Sepik, Papouasie- Nouvelle-Guinée. XIXe siècle. Bois et pigments. H. : 91 cm. Photo : Studio Asselberghs - Frédéric Dehaen © Galerie Kévin Conru.
Photo 4 : Couple d’ancêtres. Babar, sud-est des Moluques, Indonésie XIXe - début XXe siècle. Bois. H. homme : 137 cm ; H. femme : 124,5 cm. Photo © Thomas Murray.
Photo 5 : Tablier ornemental Kia. Îles Shortland, province de l’ouest, îles Salomon, Mélanésie. Circa 1870-80. Perles de traite en verre, coquillage et fibres naturelles. H. : 108, Photo © Michael Evans Tribal Art.
Photo 6 : Coupe aux chamans et créature fantastique. Jama Coaque, Équateur, Amérique du Sud. 100–600 après J.-C. Terre cuite gris orangé avec restes de pigments turquoise - H. : 33,5cm. Photo : Michel Gurfinkel © Galerie Furstenberg.
Photo 7 : Ningura Napurrula. Sans titre, 2010. Acrylique sur toile. H. : 153 cm - Photo : Carlie Roach © Art d’Australie. Stéphane Jacob.
Photo 8 : Chano Devi. Sans titre, 1999 - Bouse de vache sur papier, 168 x 151 cm Photo © Galerie Hervé Perdriolle
.
Source : Dossier de Presse - Agence Colonnes.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6865 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines