Magazine Cinéma

Tristesse Club - Critique

Par Nopopcorn @TeamNoPopCorn

Tristesse-Club-Banner-1280px

Embarquez en Porsche pour un road movie de la vie !

Tristesse club est une comédie dramatique réalisée par Vincent Mariette dont c'est le premier long-métrage. Emporté par un trio de charme, ce film est une sorte de road movie de la vie et des relations, qui vous fera tantôt sourire, tantôt compatir au sort, pas toujours réjouissant de ses personnages.
Tristesse-Club-Photo-Ludivine-Sagnier-Vincent-Macaigne-01
Le(s) plus

Le trio Ludivine Sagnier (Chloé) / Laurent Lafitte (Léon) / Vincent Macaigne (Bruno) est en grande forme pour ce film !
Ils délivrent une interprétation touchante et pleine de charme qui rend leurs personnages attachants et sincères. On sent une véritable alchimie entre eux et c'est un réel plaisir !
Léon est un loser, ex star du tennis, qui vit un divorce douloureux et reproduit avec son fils le même schéma que son père avec lui auparavant. Son frère, Bruno, avec qui les rapports sont très distants au départ, a réussi socialement et professionnellement, il gère une start-up spécialisée dans les rencontres amoureuses en ligne, ce qui est assez ironique quand on se rend compte qu'il est un « handicapé de l'amour ». Enfin, Chloé, personnage énigmatique et mystérieux, se laisse découvrir à mesure que l'histoire évolue...

Porté par un scénario bien construit, fin et intelligent, qui tourne, autour de la relation des deux frères, en boucle (scène dans le bar qui sera de nouveau présente à la fin). La mise en scène de Vincent Mariette est sobre et classique, mettant l'accent sur les relations (celle des deux frères notamment) et autour d'un personnage central mais pourtant absent tout du long, le père. Il est intéressant de constater que tout ce que nous apprenons de ce personnage se fait de manière subjective, au travers du regard des différents autres personnages et de la relation qu'ils entretenaient avec lui.

Tristesse-Club-Photo-Ludivine-Sagnier-01Les différents thèmes abordés dans cette intrigue tournent autour du deuil, de la famille et des relations humaines. Tout d'abord, le deuil du père qui semble ne pas avoir été présent, déjà de son vivant. Comment pardonner à un homme qui vous a fait souffrir ? Puis, la relation fraternelle qui va grandement évoluée pendant l'intrigue. Enfin, la relation à Chloé, dont on ne parlera pas pour ne pas spoiler.

Le(s) moins

Bien qu'emmené par un charmant trio, l'histoire est sympathique sans pour autant nous captiver. On éprouve de la sympathie pour les personnages sans aller jusqu'à une réelle empathie ou attachement, peut-être à cause d'un manque de profondeur ?

Tristesse-Club-Photo-Laurent-Lafitte-Ludivine-Sagnier-Vincent-Macaigne-01
Conclusion

Tristesse Club est une comédie dramatique charmante, porté par un trio dont l'interprétation est convaincante. On suit leurs aventures d'un regard bienveillant, mais sans jamais se sentir transporté par les émotions. L'idée de départ est intéressante mais il manque un petit je ne sais quoi à la recette pour faire de ce film sympathique un beau film... En même temps, soulignons que pour un premier long-métrage, Vincent Mariette s'en sort plutôt bien.

Ma note: 5/10


Tristesse Club

Tristesse-Club-Affiche-France

Synopsis : "Si vous aimez les jeux de pistes, les vieilles Porsche, les soeurs qui n'en sont pas, les pères pas vraiment morts, les lacs et leurs secrets: bienvenue au club."
Réalisé par: Vincent Mariette / Avec: Ludivine Sagnier, Laurent Lafitte, Vincent Macaigne / Genre: Comédie dramatique / Nationalité: Français / Distributeur: Haut et Court
Durée: 1h30min / Date de sortie: 04 juin 2014

Plus d'informations !

  • Les Anecdotes !


    Après avoir réalisé trois courts-métrages (Le Meilleur ami de l'homme, Double Mixte et Les Lézards), Vincent Mariette passe pour la première fois au format long-métrage avec Tristesse Club.

    Le réalisateur Vincent Mariette retrouve Vincent Macaigne après Les Lézards (2012) et Noémie Lvovsky après Le Meilleur ami de l'homme (2010).

    Le tournage de Tristesse Club a pris pour cadre le département de la Savoie à l'été 2013 pour une durée de cinq semaines. Parmi les éléments de décors, on retrouve une vieille maison abandonnée bordée par le lac d'Aiguebelette et une Porsche 944 de couleur rouge datant de 1986.

    Au-delà des comédiens, une bête à quatre pattes s'est invitée sur le tournage de Tristesse club. Ross, un vieux chien de 14 ans, participe à une scène avec le personnage de Léon, joué par Laurent Laffite.

    Pour son premier long-métrage, le réalisateur Vincent Mariette a modifié un projet de fin d'études qu'il avait rendu pour la Fémis, d'où il est ressorti diplômé en 2009 en section scénario.

    Le réalisateur Vincent Mariette explique l'association des termes "Tristesse" et Club" par la tonalité de son film, qui parle d'un sujet sombre - le deuil - mais avec légèreté. Sans savoir que l'intitulé du film renvoyait à une chanson de Houellebecq, le cinéaste aimait beaucoup l'idée de ce titre, qui sonne selon lui comme un nom de cocktail.

    Quand Vincent Mariette évoque les artistes qui l'ont inspiré pour réaliser son premier long-métrage, Wes Anderson arrive en tête. En effet, le cinéaste confie être admiratif de la qualité sonore des films du réalisateur américain, ainsi que de "sa façon de ne pas trop souligner les choses, de les mettre légèrement à distance m'intéresse." Quant à sa galerie de personnages, il cite Bill Murray ou encore Jason Schwartzman, deux acteurs phares du cinéma andersonien.

    L'image de Tristesse Club est un melting-pot de films qui ont marqué le cinéaste cinéphile : les long-métrages liés au chef opérateur Harris Savides (Zodiac, Birth) pour les scènes de jour, Margot at the Wedding de Noah Baumbach et Harold et Maud pour les touches automnales, ou encore le travail du photographe Gregory Crewdson pour les séquences nocturnes. Enfin, La Barbe à papa de Peter Bogdanovich hantait chaque jour le cinéaste sur le tournage.

    Le compositeur de Tristesse Club, Rob, a puisé son inspiration dans les thèmes musicaux des films de Roman Polanski ou encore dans le morceau d'Armando Trovajoli dans Nous nous sommes tant aimés d'Ettore Scola.

Et vous qu'avez-vous pensé du film Tristesse Club ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Don Jon - Critique

    Critique

    Sexual healing !Avec Don Jon, l'acteur Joseph Gordon-Levitt signe sa première réalisation, en plus d'interpréter le personnage principal en compagnie de Scarlet... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Nymphomaniac - Volume 1 - Critique

    Nymphomaniac Volume Critique

    Une version sensuelle de la pêche à la nymphe !Le réalisateur Lars von Trier est de retour une troisième fois avec sa muse Charlotte Gainsbourg, pour nous... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Les Sorcières de Zugarramurdi - Critique

    Sorcières Zugarramurdi Critique

    De la Iglesia au pays des sorcières !Le sulfureux cinéaste espagnol Alex de la Iglesia mélange à nouveau film social et film de genre en plongeant ses... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Yves Saint Laurent - Critique

    Yves Saint Laurent Critique

    L'amour pas si fou !Jalil Lespert convoque la crème de la crème des acteurs français, pour explorer le mythe YSL... Pas si fou.Le(s) plusEn choisissant ses... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Lovelace - Critique

    Lovelace Critique

    Témoignage sensuel, poignant et émouvant d'une vie tragique !Amanda Seyfried prête ses traits à l'actrice X Linda Lovelace, célèbre pour son rôle dans le film... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Tonnerre - Critique

    Tonnerre Critique

    Coup de foudre à Tonnerre !Avec son nouveau film, Guillaume Brac nous livre une comédie sentimentale qui vire au thriller sombre sur la fin avec cette histoire... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • The Ryan Initiative - Critique

    Ryan Initiative Critique

    La mauvaise initiative !L'agent Jack Ryan reprend du service pour sa 5ème mission cinématographique, après À la poursuite d'Octobre rouge, Jeux de guerre, Dange... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Nopopcorn 12250 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines