Magazine Cinéma

Osterman week-end

Publié le 27 mai 2014 par Olivier Walmacq

OSTERMAN WEEK-END

Réalisateur : Sam Peckinpah

Année : 1983

Genre : Espionnage

Avec : Rutger Hauer, John Hurt, Chris Sarandon, Dennis Hopper, Burt Lancaster…

L’histoire : Le présentateur de l’émission Face to Face joué par Rutger Hauer reçoit chez lui quatre de ses amis qui sont en fait des espions communistes qui vont être surveillés durant le week-end qu’ils passent chez Rutger Hauer par le FBI. Mais comme on pouvait s’y attendre, tout va se passer de travers.

La critique d’Hdef :

Lorsqu’Osterman Week-End est sorti, en 1983, il y avait de très bonnes raisons de douter de la réussite du film. Tout d’abord parce qu’on ne savait pas sous quelle forme « Bloody Sam » allait nous revenir après plus de cinq ans de gestation mais aussi parce que une bonne partie de ses derniers films étaient, disons le mot, des navets (Tuer d’élite, Le Convoi, Junior Bonner).

Afin de calmer les sceptiques dont je me serais revendiqué si j’étais né à cette époque, l’oncle Sam s’entoure d’une demi-dizaine de « pointures » du cinéma américain de l’époque. Que le défilé commence !

OSTERMAN WEEK-END

Tout d’abord, il y a Rutger Hauer, qui est en fait hollandais mais qui, après le flop de Spetters (abordé sur le blog par mes soins) de Paul Verhoeven, avait commencé à aller voir aux US s’il y était, le temps de rayonner d’humanité dans Blade Runner.

Il y a ensuite John Hurt, ici tour à tour terrifiant (la scène de la caravane) et poignant (le face à face final) et qui s’était fait connaître à l’époque pour ses rôles dans Midnight Express d’Alan Parker et Alien de Ridley Scott entre autres.

On retrouve également Dennis Hopper au casting, l’acteur ayant commencé ses rôles dans les 50’s (Règlements de comptes à OK Corral, La Fureur de vivre) pour ensuite passer derrière la caméra (Easy Rider) et jouer des rôles on ne peut plus divers, passant du héros malchanceux de L’Ami américain au salaud de Blue Velvet et de Speed.

Et pour finir, une vedette sur le déclin, le grand Burt Lancaster qui avait sa vie et ses grands rôles (Le Guépard, Le Merdier, Le Flic se rebiffe, The Killers, Fureur apache) derrière lui.

OSTERMAN WEEK-END

Donc comme vous le voyez, ce ne sont pas les bons acteurs qui manquent à Sam Peckinpah. Reste à savoir s’il tourne bien son film avec sa caméra et non pas avec son carnet d’adresses.

Eh bien pour moi, la réponse est un non convaincu. Et pourtant, même si Osterman Week-End est un excellent film, c’est aussi l’un des plus impersonnels de Peckinpah.

Explications.

OSTERMAN WEEK-END

Alors pourquoi Le Week-End Osterman est-il si impersonnel ? Eh bien parce qu’on n’y retrouve aucune marque de la virilité dominant la féminité, aucune réflexion sur la fin de l’Ouest sauvage (à l’inverse de The Wild Bunch ou de Bring Me the Head of Alfredo Garcia !) ni sur la violence qui couve en chacun (Cross of Iron, Straw Dogs). Il faut dire que le film est aussi la première œuvre « moderne » de Peckinpah mais pas pour autant son premier film d’espionnage. En effet, huit ans plus tôt, l’intéressé avait déjà mis en scène Tuer d’élite avec James Rollerball Caan et Robert Duval. Le film se réduisait à une histoire de trahison à la Goldeneye en plus rétro et en plus kitsch. L’espionnage n’était traité que de loin si l’on puis dire.

Nous ne sommes ici pas non plus dans le « monde » de violence, de sang, de sexe et de déchaînements qui caractérise Peckinpah. Et il faut bien le dire, dans certaines scènes, le cinéaste est visiblement désorienté par cet univers plus actuel qui est résolument nouveau pour lui. Mais malgré quelques couacs plus ou moins gênants (la scène du chien dans le frigo ???), le cinéaste réussit plutôt bien à s’adapter.

OSTERMAN WEEK-END

Car il y a bien un domaine commun entre le film d’espionnage et le western : les scènes d’actions. Et c’est d’ailleurs hilarant de voir la façon dont Peckinpah fait le lien entre les deux genres !

Par exemple, lorsque les membres du FBI ont fini par se retourner contre la famille du héros (la famille Taner), la femme et le fils partent dans la forêt les dézinguer devinez comment ? À coups de flèches, comme des indiens ! Mais la grande différence est que le choses sont beaucoup moins manichéennes ici que dans un western...

OSTERMAN WEEK-END

Effectivement, la première partie du film nous donne d’un côté les méchants et de l’autre les bons et le film réussit à entretenir le rapport de force un certain temps, notamment en jouant habilement avec les nerfs du spectateur, Peckinpah faisant intelligemment monter la tension par crans, avec le passage de la piscine ou du deuxième dîner par exemple; avant de le renverser d’un grand coup de stylo lors de l’explosion de la caravane toute droit sortie d’un Ric Hochet ou de Meurtres à Oxford (encore avec John Hurt).

OSTERMAN WEEK-END

Mais la grande idée de Osterman Week-End est ailleurs. Peckinpah a vu et bien vu les films d’espionnage paranos des années 50 et 60, influencés par l’anticommunisme maladif des Etats-Unis (qui est directement lié au cinéma : rappelez-vous Macarthy), et en tourne ici une synthèse, une synthèse du cinéma qui l’a inspiré pendant toute sa carrière, une synthèse du cinéma et de l’époque durant laquelle Peckinpah a mûri (il avait 25 ans dans les 50’s) et grandi. Mais outre une forme d’adieu bien choisie au 7e art, Osterman… est aussi l’une des plus intelligentes et des plus visionnaires des critiques de la télévision qui ait jamais été réalisée. Car en vérité, qu’est-ce qui force les généraux et les hommes politiques que Mister Taner défonce quotidiennement à l’antenne à venir sur le plateau ?

Rien. Et nous, qu’est-ce qui nous force à croire les médias, qu’est-ce qui nous fait croire que SPOILERS John Hurt meurt devant des millions de téléspectateurs à la fin du film, tué, ironie du sort, par un homme qu’on croit être sur le plateau (Monsieur Taner) en train de poser des questions à ses invités alors qu’une fois de plus, il vient de nous jouer un tour, de surcroît pour préserver sa sacro-sainte cellule familiale FIN DES SPOILERS ? Hé bien rien en réalité ! Comme le dit Taner, « Il nous suffit d’éteindre notre poste. Mais je parie que vous n’y arriverez pas. Allô ? Vous êtes toujours là ? ». En cela Peckinpah a tout compris. Il a compris avec quelle intelligence la télévision et les médias ont réussis à dominer le monde. Car il y a toujours une raison de ne pas éteindre la télévision. Et je parie moi aussi, que vous ne l’éteindrez pas.

Sans vouloir nous faire la morale (Dieu merci, je déteste qu’on me sermonne, spécialement au cinéma), Peckinpah sonde le mal qui ronge les Etats-Unis en réalisant un film entièrement dédié à la différence entre l’image et la réalité. Entre la réalité vraie, et la réalité à l’intérieur de l’image. Si vous ne suivez pas, regardez donc le film (évidemment) et plus spécialement l’ouverture, où l’on voit une femme nue se faire tuer par deux hommes en noir. Les personnages visionnent cela sur une caméra vidéosurveillance en noir et blanc. Plus tard, le passage est à nouveau visionné, mais en couleurs cette fois, et il est désormais impossible de faire la distinction entre le film et la vidéo. Autrement dit entre ce qui est vrai, et ce qui est montré… Vous suivez toujours ? Allô ? Vous êtes toujours là, pas vrai ?

OSTERMAN WEEK-END

Cela dit, si toute cette fine attaque médiatique vous casse les pieds, vous pourrez toujours vous rattacher sur des scènes d’actions exceptionnelles, que ce soit lors de la baston où Mister Taner tente de tuer l’un de ses « amis » avec une batte de baseball (au passage, c’est dingue le nombre d’armes que les Taner ont chez eux !) ou que ce soit lorsque les deux même compères qui se castagnaient un peu plus tôt dans un ralenti parfois un rien tape-à-l’œil (on ne peut pas dire le contraire, Peckinpah se regarde quand même un peu le nombril dans ce film) tentent de sortir d’une piscine (bizarrement aussi profonde que la fosse des îles Sandwichs. Passons…) alors que la surface de l’eau a été enflammée par Un homme qui avait un bidon d’essence et une allumette. L’effet rendu de ce feu sur l’eau est d’ailleurs magnifique.

OSTERMAN WEEK-END

Je finis avec le personnage de John Hurt, petit bonhomme pervers lointainement cousin du Ulrich Tukur de La Vie des autres. Le voir regarder avec délice quatre couples faire gouzi-gouzi avant de s’entre déchirer façon Carnage est assez malsain. Et du point de vue du malaise, du western au thriller, Peckinpah a gardé toute son efficacité !

Note : 17/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Ce week-end c’est le Grand Troc Culturel au 104

    week-end c’est Grand Troc Culturel

    Marc Le Grand Troc Culturel Ce week-end Télérama et CENTQUATRE-PARIS organisent un Grand Troc Culturel ! L’idée est simple, venez avec vos bandes dessinées,... Lire la suite

    Par  Marc
    CONCERTS & FESTIVALS, EXPOS & MUSÉES, RESTOS & BARS, SORTIR, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Pour un week-end à Paris !

    Pour week-end Paris

    J'oserai vous recommander des sorties, des balades, des musées, des instants magiques avec des artistes. Cahque samedi depuis près de quatre ans, vous avez des... Lire la suite

    Par  Gentlemanw
    ACCESSOIRES , CÔTÉ FEMMES, LINGERIE, MODE FEMME
  • Week-end à Amsterdam

    Week-end Amsterdam

    Quelle chance de pouvoir voyager si facilement, partir un vendredi soir et se retrouver 2h30 plus tard dans une pays incroyable comme la Hollande ! Bon d'accord... Lire la suite

    Par  Sodeco59
    DÉCORATION, DESIGN ET ARCHITECTURE
  • Avec La Parisienne, pour la Journée de la Femme, le 8 mars prochain, Vivez un...

    Avec Parisienne, pour Journée Femme, mars prochain, Vivez week-end féminin

    La Parisienne vous invite à deux grands événements pour préparer le printemps entre filles et en toute convivialité.Samedi 8 mars : 500 femmes au rendez-vous... Lire la suite

    Par  Hizine2t
    MÉDIAS, SOCIÉTÉ
  • Paris fashion week fw 2014-2015

    Paris fashion week 2014-2015

    LEONARD FALL 2014Belle surprise chez Léonard, avec l'arrivée de Yiqing Yin, la maison française prend un bon bol d'air frais. Les imprimés sont plus raffinés, e... Lire la suite

    Par  Adenorah
    ACCESSOIRES , CHAUSSURES, CÔTÉ FEMMES, MODE FEMME, STYLISME
  • Un week-end à Stockholm

    week-end Stockholm

    A quelques jour de notre départ pour un week-end prolongé à Londres, j’ai décidé de vous parler une nouvelle fois de voyages sur le blog. Lire la suite

    Par  Charlotte
    EUROPE, VOYAGES
  • Les épisodes 4 et 5 de SGO ont été dévoilés

    épisodes dévoilés

    La MGM a dévoilé sur sa plateforme digitale, le Stargate Command, deux nouveaux épisodes de Stargate Origins, sa nouvelle web-série basée sur Catherine Langford. Lire la suite

    Il y a 7 heures, 28 minutes par   Kio
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines