Magazine Culture

Jean-Claude Pirotte

Publié le 27 mai 2014 par Lecteur34000

pirotte

le corps s’il est privé
de pitance il se meurt
et se meurt l’âme aussi
abandonnée des heures
de l’âge et de l’enfance
qui toujours la visite
trop tard quand il est l’heure
de se quitter encore
après s’être quitté
si souvent que le corps
n’en peut plus d’être vif

Voilà.

Tu viens de refermer le livre.

Mon frère d’Ardenne.

Fabuleux vagabond.

Les pleureuses sont muettes.

Alors moi, je hasarde quelques lambeaux de phrase.

Des mots qui exprimeront si mal mon infinie tristesse.

Mon compagnon de belles lettres qui enchantaient les brumes de nos communs territoires.

De nos vallées de Meuse et de Semoy jusqu’aux plateaux de nos communes incertitudes.

J’ai retranscrit ces quelques vers.

Puisqu’il me faut bien évoquer ta mort.

Apprise par hasard.

Ta mort qui n’est pas une fin.

Me reste l’entremêlement de tes mots qui évoquent des paysages, un ciel, une atmosphère qui me furent familiers.

Je te salue, mon frère d’Ardenne.

A Jean-Claude Pirotte, décédé le 24 mai 2014.

9dd6ea1a692102f564d3f7044d7dcb5d_ID2849854_pirottejc_opalpmc_12272_1_01JWPC_0


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecteur34000 10711 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines