Magazine Politique

Face aux appétits des pétroliers : occupation des zones de forages Arctique

Publié le 27 mai 2014 par Blanchemanche

La soif des pétroliers en Arctique reste vive, mais notre volonté de la défendre aussi !Lundi 26 mai au soir, des activistes de 12 nationalités ont bloqué dans son port d’attache néerlandais, Ijmuiden , une plateforme pétrolière de Gazprom en partance pour l’Arctique.
Ironie du sort, cette plateforme de Gazprom arbore, peint sur le côté, le message : “la sécurité d’abord“. Nous ne pouvions pas être plus d’accord – et nous avons ajouté notre propre message ! La sécurité d’abord certes, et d’abord celle de cette zone fragile qu’est l’Arctique ! Des plongeurs ont enchaîné la plateforme, l’empêchant de bouger… Jusqu’à leur arrestation ce matin.© Greenpeace / Bas Beentjes© Greenpeace / Bas BeentjesCe matin, c’est dans une seconde zone de l’Arctique que nous sommes passés à l’action : des activistes de Greenpeace ont escaladé la plate-forme de Statoil, la Transocean Spitsbergen, pour l’empêcher de commencer ses forages dans la zone la plus septentrionale de l’Arctique norvégien, près de la réserve naturelle de Bear Island. Au moment où nous mettons en ligne cet article, les activistes sont toujours en place ! Suivez les sur le compte twitter de l’Esperanza et sur la webcam du bateau.© Greenpeace © Greenpeace

Le gouvernement norvégien peut arrêter le forage irresponsable de Statoil.

Vendredi dernier, l’Agence norvégienne de l’Environnement a annoncé que le projet de forage de Statoil serait suspendu, suite à une plainte de Greenpeace soutenue par 50 000 signatures de citoyens à travers le monde. Lundi soir, après une forte pression de Statoil, le ministère de l’Environnement a levé cette suspension, en dépit du fait qu’il n’a pas finalisé son verdict Greenpeace condamne cette décision et demande au ministre de l’Environnement Tine Sundtoft d’arrêter le forage.Ajoutez votre voix à la notre en leur envoyant un message !

Malgré les pressions, notre devoir est d’agir

L’année dernière, les autorités russes avaient illégalement pris d’assaut l’Arctic Sunrise et l’avaient acheminé avec nos 30 militants à bord jusqu’au large de Mourmansk. Les 30 de l’Arctique ont subi 2 mois de détention en Russie, pour avoir agi contre la plateforme de Gazprom. Notre navire, l’Arctic Sunrise, est lui toujours en Russie, malgré l’injonction du Tribunal international du droit de la mer, qui avait ordonné fin novembre à la Russie de le libérer.
Cette année, on constate que Statoil n’hésite pas à faire pression sur le gouvernement norvégien … Mais nous nous devons de continuer à agir, au nom des plus de 5 millions de citoyens qui se sont levés à nos côtés pour défendre l’Arctique.

Donner une voix, donner des millions de voix à l’Arctique

Ces plateformes sont le symbole d’une plus grande crise. Les compagnies pétrolières occidentales sont main dans la main avec leurs homologues russes et tentent d’ouvrir en Arctique la dernière grande brèche de la planète. Pour notre environnement, notre bien commun et pour l’avenir, nous devons sortir de cette situation et investir dans les énergies renouvelables. Notre campagne pour sauver l’Arctique est un cri de ralliement pour le bon sens et nous n’arrêterons pas jusqu’à ce que l’industrie pétrolière soit renvoyée hors d’Arctique.

Nous ne nous tairons pas. Le public a le droit de connaître la menace qui se profile à l’horizon arctique ainsi que les noms et les visages des entreprises qui prennent ce risque.


http://energie-climat.greenpeace.fr/face-aux-appetits-des-petroliers-occupation-des-zones-de-forages-arctique

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29314 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines