Magazine Cinéma

L’Île de Giovanni un film d’animation japonais beau et émouvant

Publié le 10 juin 2014 par Journal Cinéphile Lyonnais @journalcinephil

L'ile de Giovanni

L’Île de Giovanni
Mizuho Nishikubo
Avec Kota Yokoyama, Junya Taniai, Polina Ilyushenko
Japon, 2014, 1h44
Date de sortie : 28 mai 2014

Synopsis

1945 : Après sa défaite, le peuple japonais vit dans la crainte des forces américaines. Au nord du pays, dans la minuscule île de Shikotan, la vie s’organise entre la reconstruction et la peur de l’invasion. Ce petit lot de terre, éloigné de tout, va finalement être annexé par l’armée russe.

Commence alors une étrange cohabitation entre les familles des soldats soviétiques et les habitants de l’île que tout oppose, mais l’espoir renaît à travers l’innocence de deux enfants, Tanya et Jumpei…

L'ile de Giovanni1

A propos du film

Par son thème, L’Ile de Giovanni est très proche du Tombeau des Lucioles, chef-d’œuvre de Takahata, qui racontait la survie de deux enfants livrés à eux-mêmes au moment où le Japon était contraint à la reddition. Ici, ce sont deux frères, Junpei et Kanta, qui doivent faire face à la disparition de leur monde.

La violence de l’occupation soviétique est ici perçue à travers les yeux de l’un des deux  frères, âgé de 10 ans qui, d’abord effrayé, va se familiariser avec l’ennemi en tombant sous le charme d’une fillette russe. A travers,  la lecture chaque soir d’un  passage de « Train de nuit dans la voie lactéé les deux enfants s’évade à bord d’un train magique, qui devient le  fil rouge narratif du film. Un train intergalactique qui peut les emmener où ils le veulent et leur permet d’échapper à une réalité d’adultes qui les dépasse. Cette vision féerique jalonne L’Île de Giovanni qui oscille en permanence entre  imaginaire enfantin et drame familial et historique bouleversant.

Le réalisateur Mizuho Nishikubo traduit ce télescopage d’émotions contradictoires avec une justesse souvent bouleversante. Visuellement, il superpose les traits simples et naïfs des personnages enfantins sur des décors plus lyriques et ouvragés, inspirés d’estampes sur bois aux coups de pinceaux apparents. Ce choc des textures résonne avec le choc des cultures de manière acoustique

Le film présente des moments de grâce, teinté d’innocence et d’émotion, notamment lors des cours de chants à l’école.

L’Ile de Giovanni est un film émouvant, plein de poésie, et doté d’une animation d’une grande qualité.Le film parle aussi de courage et d’amour.

A voir en famille, à partir de 10 ans.

L'ile de Giovanni2

Festival

L’Ile de Giovanni est en compétition au Festival international du film d’animation d’Annecy 2014.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Journal Cinéphile Lyonnais 15243 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines