Magazine Culture

LANA DEL RAY – Ultraviolence (2014)

Publié le 21 juin 2014 par Papasfritas69

Lana Del Ray - Ultraviolence

De qui parle-t-on ? :

Chanteuse et musicienne Américaine, de son vrai nom Elizabeth Woolridge Grant.

De quoi parle-t-on ? :

Lana Del Ray charrie toujours dans le sillage de sa pop langoureuse le folk-rock féminin des années 60, 70 de Nancy Sinatra ou de Carly Simon, en superposant le tout aux sonorités modernes de notre époque.

Rythme :

-   Je me suis endormi dans mon fauteuil

-   Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-   Mes pieds se mettent à bouger

-   Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-   Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

On reste sur le tempo très lent et mélancolique de Born to die.

Accessibilité :

-   Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-   Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-   Mélodie agréable mais sans aspérité

-   Les refrains entrent directement dans ma tête

-   Que des hits taillés pour les stades

Des mélodies pas toujours faciles d’accès mais une voix qui pénètrent tous les pores de l’épiderme jusqu’aux frissons les plus intenses.

Audience :

-   Musique que madame me demande de réécouter

-   Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-   Madame s’en va quand je l’écoute

-   Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-   Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Des singles comme West coast, Ultraviolence ou Brooklyn baby, ne devraient pas avoir trop de mal à confirmer le succès planétaire de la belle.  

Qualité audiophile :

-   J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-   Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-   S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Cette voix chaude et hors du commun mérite les grands espaces.

Conclusion :

-   Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-   Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-   Je l’écoute facilement mais sans émotion

-   J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-   Il tourne en  boucle sur ma platine

Lana Del Ray persiste, pour notre plus grand bonheur, dans ce style Folk-pop intemporel, loin des habituels standards radios R’n’b et Electropop des demoiselles de son âge. Si, comme la plupart de ses congénères, elle conte beaucoup d’histoires d’amour, les siennes relatent plutôt des amours impossibles, voire totalement désespérés.  

Ce mal-être, exprimé tout au long d’Ultraviolence, devrait l’isoler, mais à contrario, cette tristesse récurrente colle parfaitement à cette voix digne des plus grandes dames de la Folk des années 70. Le public raffole d’ailleurs de ce paradoxe et la porte aux nues telle une icône du revival de cette époque là.

Cet album ne sera vraisemblablement pas élevé au rang de chef-d’œuvre, du fait de sa proche similarité avec Born to die, mais il n’en demeurera pas moins un excellent opus, certainement cité de nombreuses fois à l’heure des bilans de cette année 2014.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Papasfritas69 296 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines