Magazine Cinéma

La Vengeance d'Hercule

Publié le 22 juin 2014 par Olivier Walmacq

vengeance d'hercule

genre: péplum, fantastique
année: 1960
durée: 1h30

l'histoire: Illo, fils d'Hercule, est amoureux de Thea, fille d'Euritos, ennemi juré d'Hercule. Cet amour est l'occasion rêvée pour Euritos d'abattre Hercule. Pour cela, il se sert d'une esclave et fait croire à Illo que son père aime aussi Thea. Dès lors, un combat s'engage entre le père et le fils.   

la critique d'Alice In Oliver:

Ah... Hercule et le cinéma... C'est toute une histoire avec son lot de nanars, de navets, parfois de bons films ou alors de productions qui ont bien souffert du poids des années. Notre héros demi-dieu a donc connu de nombreuses aventures au cinéma, entre autres, Les Travaux d'Hercule, Hercule et la reine de Lydie, Les Amours d'Hercule, Hercule contre les vampires, Hercule à la conquête de l'Atlantide... Bref, je ne vais pas tous les citers. Ca n'aurait aucun intérêt.
En l'occurrence, La Vengeance d'Hercule, réalisé par Vittorio Cottafavi en 1960, fait partie des gros nanars en puissance, qui hésite entre le péplum et le genre fantastique.

Pour l'anecdote, le titre original de La Vengeance d'Hercule est Goliath and the Dragon. Voilà une précision qui a son importance. En effet, La Vengeance d'Hercule constitue le troisième épisode consacré à ce héros de la mythologie. Il est donc réalisé après Les Travaux d'Hercule et Hercule et la Reine de Lydie (que j'ai déjà cités). Or, au moment de la sortie du film aux Etats-Unis, la société Universal rachète le nom d'Hercule. Par conséquent, aucun film portant le nom d'Hercule ne peut sortir aux Etats-Unis s’il n’est pas produit par Universal. C'est dans ce contexte que les producteurs changent le nom du film, donc Goliath and the Dragon.

Autre anecodte, Steve Reeves qui, jusque-là, avait interprété le célèbre demi-dieu dans les deux premiers volets, n'est plus de la partie. Il est donc remplacé par un certain Mark Forest. Rassurez-vous, Mark Forest est tout aussi inexpressif et monolithique que son modèle !
Certes, Les Travaux d'Hercule et Hercule et la Reine de Lydie n'avaient rien d'extraordinaire. Mais avec La Vengeance d'Hercule, la saga sombre définitivement dans le nanar moisi. Quant au scénario, il ne présente aucun intérêt. Attention, SPOILERS ! Illo, fils d'Hercule, est amoureux de Thea, fille d'Euritos, ennemi juré d'Hercule.

Cet amour est l'occasion rêvée pour Euritos d'abattre Hercule. Pour cela, il se sert d'une esclave et fait croire à Illo que son père aime aussi Thea. Dès lors, un combat s'engage entre le père et le fils. Les vingt premières minutes du film sont à se pisser dessus !
C'est indéniablement la meilleure partie de ce péplum (encore une fois), aux accents fantastiques. Hercule se trouve encore au royaume des Enfers et doit affronter tout un tas de créatures moisies. C'est ainsi qu'il se retrouve opposé à un type affublé d'un déguisement de chauve-souris. Visiblement, ce même déguisement semble avoir été trouvé dans un fond de grenier.

A cela, il faut aussi ajouter un cerbère à trois têtes et en carton-pâte, dont l'animation laisse sacrément à désirer ! Enfin, la mention de la séquence la plus ridicule 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines