Magazine Cinéma

Du jeudi 26 juin au mardi 1er juillet 2014, à l’Institut Lumière, Les Forbans de la nuit de Jules Dassin

Publié le 22 juin 2014 par Journal Cinéphile Lyonnais @journalcinephil

Les séances : Je 26/06 à 19h Présenté par Joël Bouvier – Ve 27/06 à 21h – Sa 28/06 à 18h45 – Di 29/06 à 16h30 – Ma 1er/07 à 17h

Plus d’informations sur www.institut-lumiere.org

Les forbans de la nuit

Les Forbans de la nuit
De Jules Dassin
Titre original : Night and the City
Avec Richard Widmark et Gene Tierney,
Googie Withers, Hugh Marlowe
Grande-Bretagne, 1950, 1h41, N&B

Date de reprise : 26 octobre 2005

Synopsis

Harry Fabian rêve de devenir une personnalité du monde de la nuit. Avec Gregorius, un ancien champion de lutte, il décide d’organiser des spectacles nocturnes…

Fuyant le Maccarthysme, Jules Dassin tourne à Londres cette plongée dans les méandres du pouvoir et de l’argent, portée par deux acteurs hollywoodiens, Richard Widmark et Gene Tierney.  Ce film à l’atmosphère angoissante et oppressante est considéré comme l’un des chefs d’œuvre du film noir.

Les forbans de la nuit1

A propos du film

Avec Les Forbans de la nuit, le cinéaste Jules Dassin (le père de Joe Dassin) boucle une trilogie de films noirs entamée avec Les Démons de la liberté (1947) et La Cité sans voiles (1948). Le film est également l’occasion pour lui de tourner pour la première fois en Europe.  Ensuite; il s’installe en France, où il signe notamment l’un de ses films les plus populaires, Du rififi chez les hommes, en 1954.

Le scénario a été écrit par Jo Eisinger d’après le roman de Gerald Kersh.

Dans ce film, Londres est personnage à part entière qui apparaît dès le générique. Ce dernier se déroule avec en arrière fond des images nocturnes de Londres. La voix d’un narrateur anonyme s’élève : “The Night in the City… The Night is Tonight…The City is London…

Par sa description minutieuse des lieux réels dans lesquels se déroulent ses péripéties, Jules Dassin apporte une touche de réalisme peu présente dans le film noir si l’on excepte les films de Henry Hathaway. Dans les Forbans de la nuit, Londres apparaît comme une ville labyrinthique, véritable toile d’araignée d’allées sombres, d’escaliers, d’appartements minuscules et poussiéreux, d’arrières cours inquiétantes ….  Ville dans laquelle évolue toute une faune bigarrée et menaçante de musiciens des rues, faux mendiants, vendeurs à la criée, petits malfrats, trafiquants et voleurs, entremetteurs, rabatteurs et consorts.

Pour la distribution, Jules Dassin fait confiance à un jeune acteur en grande ascension, Richard Widmark, pour tenir le rôle principal et à des acteurs plus confirmés pour les seconds rôles dont la pulpeuse Gene Tierney. La performance de Richard Widmark est remarquable et a tendance a écrasé un peu les seconds rôles qui sont tout aussi savoureux. Sans le jeu souvent désespéré de Richard Widmark, son personnage n’aurait pas tant de profondeur. Par exemple, ses allers et retours sont d’une grande justesse grâce à un jeu d’une grande nervosité et toujours en sueur.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Journal Cinéphile Lyonnais 15243 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines