Magazine Cinéma

Du mercredi 25 au dimanche 29 juin 2014, à l’Institut Lumière, Le Soleil brille pour tout le monde de John Ford

Publié le 22 juin 2014 par Journal Cinéphile Lyonnais @journalcinephil

Les séances : Me 25/06 à 16h30 – Je 26/06 à 14h30 – Ve 27/06 à 19h – Sa 28/06 à 20h45 – Di 29/06 à 14h30 

Plus d’informations sur www.institut-lumiere.org

soleil_brille

Le Soleil brille pour tout le monde
(The Sun shines bright)
De John Ford
Avec Charles Winninger, Arleen Whelan, John Russell
USA, 1953, 1h40
Reprise le 18 juin 2014, en copie restaurée

Synopsis

En 1905, dans une petite ville du Kentucky, le juge Priest vit des moments intenses durant sa campagne électorale. Agissant en homme et en juge, il va résoudre des situations qui lui vaudront l’inimitié des uns, le respect des autres, mais aussi le risque de perdre les élections…


Le Soleil brille pour tout le monde
 est le remake d’un film réalisé par John Ford lui-même en 1934, Judge Priest. Le contexte historique de ce western humaniste est le même, mais cette version de 1953, tournée en plein maccarthysme, prend une dimension politique toute particulière : Le juge défend une femme ostracisée et un soldat noir accusé de meurtre, contre une communauté prête à les condamner sur la seule rumeur. Une vraie rareté, et l’un des films préférés de Ford.

Lire John Ford par Bertrand Tavernier

soleil-brille

A propos du film

John Ford réalisa ce film en appuyant l’idée selon laquelle il ne faut pas se fier aux apparences, souvent trompeuses. Là où, au cinéma, des innocents sont pris pour des coupables et doivent être défendus pour prouver leur bonne foi, la vie réelle américaine était marquée par la chasse aux sorcières de McCarthy et la dénonciation de soi-disant agents communistes (allant jusqu’à l’homophobie et la xénophobie pure et simple). Alors qu’Hollywood doit faire face à cette époque à la mise au ban de certains de ses plus grands noms (Orson Welles, Charlie Chaplin), Ford ne fut pas un instant inquiété par la Commission d’enquête du fait que son film touchait à un épisode passé de l’histoire américaine et s’appuyait sur le droit à la justice, élément particulièrement fort de la constitution des Etats-Unis.

Alors que le réalisateur avait prévu de réaliser un film de 100 minutes, le studio de Ford, Argosy Pictures, fut obligé de le réduire à 92 pour des raisons de budget. Suite à l’échec commercial du Soleil brille pour tout le monde, ce dernier est encore réduit de deux minutes et cette troisième version devint le standard sous lequel le long-métrage fut diffusé à la télévision. C’est par hasard que l’on redécouvre le director’s cut plusieurs années après, lors de l’impression vidéo dont le modèle était une copie personnelle de Ford, jamais retouchée. La version depuis diffusée est celle de 100 minutes.

Après l’échec de Le Soleil brille pour tout le monde, John Ford  ne produit plus de film avec sa société de production Argosy Pictures. Il avait créé cette société en 1939 et l’utilisa dès 1940 pour produire Les Hommes de la mer, avec John Wayne. Trois de ses plus grands films sont nés de cette maison de production : Le Massacre de Fort Apache (1948), La Charge héroïque (1949) et Rio Grande (1950).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Journal Cinéphile Lyonnais 15243 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines