Magazine Beaux Arts

L’hôpital psychiatrique chez GAINSBOURG

Publié le 23 juin 2014 par Sheumas

Ceux qui s’attendaient à ne trouver dans les chansons de Gainsbourg que du sexe et de la provocation sont, quand ils ouvrent « ma Rue de Verneuil », accueillis par un première surprise de taille : le prologue de la pièce (et du roman) se joue dans un hôpital psychiatrique. Le personnage principal (« l’homme à la tête de chou » en l’occurrence !) est un aliéné (« un débile mental perdu dans son exil physique et cérébral »).

Il occupe son temps comme il peut et remâche « sous son crâne végétal » le souvenir douloureux de la seule fille qu’il aimait et qu’il a tuée (à coups d’extincteur d’incendie) : l’obsédante Marilou. L’album « l’homme à la tête de chou » raconte sous forme de flash-back l’aventure qui a mené le narrateur à ce « lunatic asylum »...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sheumas 243 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte