Magazine Culture

Ces femmes qui ont réveillé la France, par Jean-Louis debré et Valérie Bochenek

Publié le 24 juin 2014 par Mpbernet

femmesdebrébochenek

« Le conseil constitutionnel que je préside a statué et annulé la loi sur l'hospitalisation sans consentement le 26 novembre 2010. Cette loi datait de 1838 et m'a fait penser aux trente ans d'enfermement de Camille Claudel. Autre chose, je suis magistrat d'origine et j'ai baptisé une salle du nom de Jeanne Chauvin. On m'a plusieurs fois demandé qui était cette femme, alors que c'est quand même la première femme avocate de France ! » : ainsi s’exprime Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel, ancien ministre et auteur de romans policiers.

première avocat d'Assises

Avec sa compagne, Valérie Bochenek, ils présentent partout où on les invite leur livre écrit en commun avec un brio consommé. La mise en scène est bien huilée, le choix des textes désopilant : comment des hommes cultivés pouvaient s’insurger sans aucune vergogne contre l’accession des femmes à certaines professions (médecin, avocat d’assises, chercheur …), à la fin du XIXème siècle est proprement incroyable aujourd’hui. Sans aller jusqu’à leur couper la tête, ce qui arriva à la pauvre Olympe de Gouges qui osait réclamer une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, comment l’Université a tout fait pour empêcher Julie-Victoire Daubié de passer le bac et de poursuivre des études supérieures, pourquoi on ne parle jamais d’Elisa Lemonnier, fondatrice de l’enseignement professionnel pour les jeunes femmes en 1862, le destin de la première neurologue Augusta Klumpke, la première femme élue à l’Académie – Marguerite Yourcenar – ou encore, Mademoiselle Sid Cara, première femme musulmane ministre de la République  ou la duchesse d’Uzès, première femme à obtenir le permis de conduire en 1899 en terminant par Simone Veil … En tout, l’évocation de vingt-cinq femmes d’un sacré caractère, qui ont ouvert la voie à l’égalité des droits à défaut de parité.

Comment on refusa à Colette des obsèques religieuses au motif qu’elle avait vécu des expériences homosexuelles, comment la CGT « coula » le quotidien de Marguerite Durand « La Fronde » exclusivement écrit et composé par des femmes, en faisant voter une loi contre le travail de nuit des femmes … Autant de parcours emblématiques marqués par l’acharnement, la volonté d’atteindre l’égalité, sans laquelle il n’existe pas de liberté.

Et il ne s’agit pas seulement de femmes illustres car : « C'est une manière de rétablir la vérité. L'histoire est injuste, car elle ne retient que le nom de celui ou celle grâce à qui le droit a été acté », explique l'ancien président de l'Assemblée nationale.

Ces femmes qui ont réveillé la France, par Jean-Louis Debré et Valérie Bochenek, chez Fayard, 368 p. 21,90€ et aussi en édition de poche.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine