Magazine Cinéma

O/ Othello 2003 de Tim Blake Nelson avec Mekhi Phifer, Josh Hartnett, Julia Stiles, Andrew Keegan, Martin Sheen

Par Kojimaemi

affiche

L'histoire: Tout semble réussir à Odin James. Seul étudiant noir d'un lycée privé, il a su se démarquer en devenant la star de l'équipe de basketball et en gagnant le coeur de Desi Bradle, héritière d'une riche famille. Tant de succès attise les jalousies, notamment celle d'Hugo Goulding, fils mal aimé du coach. Manipulateur hors pair, Hugo manigance dans l'ombre pour discréditer Odin.

Bien entendu, il s'agit d'un film directement inspiré de la pièce de Shakespeare, qui surfe sur le succès de Cruel Intentions de Roger Kumble, transposition des Liaisons Dangereuses dans un cadre moderne. Outre quelques scènes un peu osées devenues cultes, comme le baiser entre Sarah Michelle Gellar et Selma Blair, le film de Kumble s'appuie sur un casting efficace et une excellente bande originale, Placebo et Fatboy Slim, entre autres. Cruel Intentions n'est rien d'autre qu'une bleuette un peu trash pour adolescents mais qui respecte assez bien l'esprit de l'oeuvre originale, tout en montrant que le propos des Liaisons Dangereuses est intemporel. On ne peut pas en dire autant de cette version d'Othello, qui colle tellement à la pièce dont elle s'inspire qu'elle en devient absurde.

othello-2003_5284317f3b3d4

Shakespeare, ce sont des histoires d'amour tragiques, des sentiments exacerbés, des vengeances implacables. Bref c'est du théâtre à la fois violent et éclatant, les états d'âme de ses personnages subjuguent. Othello au théâtre, c'est puissant. Mais quand on voit Hugo piéger Odin pour une histoire de basketball, ça devient complètement ridicule ! La machination qu'il met en oeuvre parait disproportionnée et un peu trop alambiquée pour de la simple jalousie. Ses complots aboutissent à au moins deux meurtres, un suicide et une tentative d'assassinat. Tout ça parce que son père ne lui adresse pas assez d'attention. C'est un poil exagéré non? Quand Iago demande à Roderigo de tuer Cassio, cela n'a rien de choquant dans le contexte du XVIIème siècle. Mais quand Hugo pousse Roger à tirer sur Mike et qu'il accepte sans faire trop d'histoire, ce n'est pas crédible du tout. Pas plus qu'Odin qui déclame passionnément et poétiquement son amour à Desi juste avant de lui sauter dessus comme un mort de faim. 

p2

Il est vrai que le film apporte un nouvel éclairage au personnage de Iago sous les traits de Hugo, un jeune homme perturbé, shooté aux anabolisants et maladivement jaloux mais qui n'attire malheureusement pas les sympathies. On le montre directement comme un odieux manipulateur, sans exploiter ses failles, et on se concentre tellement sur lui qu'on en oublie la psychologie des autres personnages. Au mieux, ces derniers sont anachroniques, au pire ils sont stéréotypés, creux et pathétiques. Par exemple, la pauvre Emilia est totalement transparente et endosse un rôle presque muet. Les acteurs n'ont pas assez de charisme pour porter les atermoiements interminables de leur personnage et ils se débattent avec une histoire qui se veut intense mais qui n'a pas de sens aujourd'hui. Sans oublier que la musique est insupportable et cliché. Par exemple, Odin est toujours accompagné d'un vieux rap inécoutable. 

Ce n'est pas mon meilleur article, je vous l'accorde, mais ce n'est pas le meilleur film que j'aie vu non plus. Si vraiment vous voulez voir Othello sous un jour nouveau, je vous conseille plutôt Stage Beauty de Richard Eyre avec le beau Billy Crudup, dont la fin, qui met en scène la mort de Desdemone, est purement géniale. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kojimaemi 2404 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines