Magazine Culture

Critique Ciné : Triple Alliance, la vengeance dans la peau

Publié le 25 juin 2014 par Delromainzika @cabreakingnews

201479.jpg

Triple Alliance // De Nick Cassavetes. Avec Cameron Diaz, Leslie Mann et Kate Upton.


Je dois avouer que je n’attendais pas grand chose de Triple Alliance. Mais après que l’on ait tenté de me décourager d’aller voir cette charmante comédie, j’ai trouvé que le résultat était au rendez-vous. C’est une comédie assez classique, comme énormément de studios américaines savent en produire et puis par moment c’est extrêmement longuet et le film aurait donc certainement pu être emputé d’une bonne demi-heure mais je ne peux pas en vouloir aux scénaristes. Bien au contraire, j’ai plus ou moins eu ce que j’attendais. C’est de la comédie serviette, que l’on regarde et que l’on jette avec au milieu une Cameron Diaz (Bad Teacher) qui fait toujours la même chose mais que l’on aime justement pour ce genre de choses. C’est une comédie simpliste, qui ne cherche jamais à réellement nous surprendre que cela soit par son scénario ou encore par sa mise en scène. Le but est clairement établi dès le début, on est là pour s’amuser et pour passer un bon moment, ni plus ni moins. Au début tout se passe plutôt bien et puis patatra, le film commence alors à s’embourber dans ses propres problèmes et il devient tout d’un coup beaucoup moins plaisir, un peu ennuyeux. Il y a pourtant des dialogues parfois inspirés et quelques scènes de comique de situation pas si mal que ça.
Carly découvre que son nouveau petit ami Marc est un imposteur, lorsqu'elle rencontre accidentellement sa femme, Kate. Carly va se prendre d'affection pour elle, et leur improbable amitié va se renforcer encore un peu plus lorsqu'elles réalisent que Marc les trompe toutes les deux avec une autre femme, Amber.
Les trois femmes vont joindre leurs forces et mettre au point un impitoyable complot pour se venger.
Tout ça, on le droit à la belle énergie de ce trio d’actrices. A commencer par Cameron Diaz toujours pleine de ressource qui retrouve ici Nick Cassavetes pour la seconde fois de sa carrière après le dramatique et assez décevant Ma vie pour la Tienne. Le réalisateur n’a jamais vraiment brillé au cinéma et ce n’est pas avec Triple Alliance que cela va changer. Ce qu’il a cependant compris c’est qu’il ne pouvait justement pas faire beaucoup mieux et qu’il assume en grande partie tous les problèmes de ce film. On se retrouve donc avec un divertissement assez creux par moment mais qui n’enlève en rien le plaisir coupable du spectateur. Au début j’attendais quelque chose de la part de ce film et puis on m’a tellement découragé que j’en attendais plus rien du tout. Je comprends donc que finalement ce n’est pas bien grave de ne pas attendre grand chose d’un film puisque généralement le résultat est là de façon différente, au travers d’un casting sympathique, d’une bonne ambiance, de quelques blagues potaches amusantes (notamment le coup du laxatif qui, dans le registre de la blague pipi caca était pas si mal amené que ça).
La construction de Triple Alliance se veut assez classique dans son ensemble et nous permet de passer un agréable moment la plupart du temps, surtout quand on voit à quel point Kate, la femme trompée, est une femme complètement folle prête à tout pour à la fois faire payer son mari mais aussi pour potentiellement le reconquérir. Le tout aurait pu être un peu plus light par moment dans l’excentricité car justement, Kate en fait des tonnes mais ce n’était pas toujours très bien justifié mais peu importe, il y a des scènes qui valent leur petit coup d’oeil sans chercher à être trop regardant. Je pense que c’est comme ça qu’il faut prendre Triple Alliance, comme une comédie avec laquelle on ne peut pas aller plus loin que le petit moment agréable ici et là. Après tout, ce n’est pas bien grave, j’espère juste que l’on verra Cameron Diaz plus en forme dans la suite de Bad Teacher qui arrivera très prochainement car c’est ici une vraie comédie mineure et l’actrice, bien qu’elle ne soit pas ce qui se fait de plus talentueux à Hollywood, a un truc qui fonctionne tout de suite dans le registre comique.
Note : 5/10. En bref, passable petite comédie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Lovelace - Critique

    Lovelace Critique

    Témoignage sensuel, poignant et émouvant d'une vie tragique !Amanda Seyfried prête ses traits à l'actrice X Linda Lovelace, célèbre pour son rôle dans le film... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Tonnerre - Critique

    Tonnerre Critique

    Coup de foudre à Tonnerre !Avec son nouveau film, Guillaume Brac nous livre une comédie sentimentale qui vire au thriller sombre sur la fin avec cette histoire... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • The Ryan Initiative - Critique

    Ryan Initiative Critique

    La mauvaise initiative !L'agent Jack Ryan reprend du service pour sa 5ème mission cinématographique, après À la poursuite d'Octobre rouge, Jeux de guerre, Dange... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Dallas Buyers Club - Critique

    Dallas Buyers Club Critique

    Oscars Buyers Club !En 1986, à Dallas, un cowboy homophobe Ron Woodroof (Matthew McConaughey) est diagnostiqué séropositif, il ne lui reste plus que 30 jours à... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • American Bluff - Critique

    American Bluff Critique

    That 80's show !David O'Russel réunit les vedettes de ses deux précédents films Christian Bale et Amy Adams (The Fighter) , Bradley Cooper et Jennifer Lawrence... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Un beau dimanche - Critique

    beau dimanche Critique

    Vivement lundi !Pour son septième film, Nicole Garcia met en scène son fils Pierre Rochefort pour son premier grand rôle, ainsi que l'ex-animatrice de Canal+... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Supercondriaque - Critique

    Supercondriaque Critique

    Dany Boon est un drôle de malade imaginaire !Après La Maison du bonheur en 2005, Bienvenue chez les Ch'tis en 2008 et Rien à déclarer en 2010, Dany Boon... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Delromainzika 16081 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine