Magazine Culture

[notes sur la création] Stéphane Bouquet

Par Florence Trocmé

« D’une certaine manière, le fleuve est une métaphore commune. Qu’est-ce qu’une métaphore commune ? Une métaphore cliché si on veut, banale et pas inventive, et aussi une métaphore qui est à tout le monde, qui est le lot commun. Si je m’intéresse aux fleuves, c’est précisément au nom de cette idée que l’art (au sens large, un photographe, aussi, un cinéaste, un poète) doit utiliser les métaphores qui sont à tout le monde. C’est une sorte de parti pris esthétique : contre la singularité, pour le collectif. Contre les artistes qui ont un imaginaire ; pour ceux qui n’ont que le réel commun à partager. Contre les reconstructeurs de monde ; pour ceux qui l’enregistrent. Contre l’idée d’un art qui fait l’éloge des singularités, pour l’idée d’un art qui travaille avec le matériel partagé, avec le lieu commun. » (51) 
 
Stéphane Bouquet, Les Oiseaux favorables, photographies d’Amaury da Cunha, Les inaperçus, 2014, p. 51


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines