Magazine Culture

Jon Ottar Olafsson : Une ville sur écoute

Publié le 25 juin 2014 par Lebouquineur @LBouquineur

Jon Ottar OlafssonJon Ottar Olafsson a étudié à Cambridge, où il a obtenu son doctorat en criminologie, avant de travailler plusieurs années au sein des forces de police d'Islande. Après l'effondrement du système bancaire islandais en 2008, il intègre le bureau en charge des enquêtes sur les crimes liés à la crise économique. Il s'est largement inspiré de cette expérience pour nourrir les enquêtes de l'inspecteur David Arnarson. Une ville sur écoute vient tout juste de paraître.

« Décembre 2009. Peu avant Noël, le cadavre d'une femme est découvert à l'intérieur d'un cabanon de pêcheurs, dans un quartier résidentiel de Reykjavík. Si tout prête à croire à une overdose, l'inspecteur David Arnarson est catégorique, la thèse de l'ex-junkie qui aurait replongé ne tient pas la route. Mais David est bien vite confronté aux rivalités qui l'opposent à certains de ses collègues et aux limites d'un système qui protège ses dirigeants. C'est en cavalier seul qu'il devra mener son enquête. »

La vague du polar nordique qui nous est tombée dessus ces dernières années commence à s’essouffler. La preuve avec Jon Ottar Olafsson, ce nouveau venu avec son pauvre roman. Au mieux, je dirais qu’il s’agit d’un polar qu’on achète au kiosque Relay, en quatrième vitesse avant de prendre son TGV et s’occuper durant le trajet avant de l’abandonner sur la banquette à l’arrivée. 

L’intrigue est d’une pauvreté confondante et l’enquête d’un ennui aux limites du mortel car l’auteur a pris le parti de privilégier les écoutes téléphoniques, les retranscriptions de bandes audio et l’analyse des vidéos de surveillance. Pour l’action vous repasserez et comme le psychologique n’est pas disponible en rayon, il ne reste pas grand-chose à se mettre sous la dent. Tout est archi-convenu, ça manque de piment et de fond, la police est pourrie, les banquiers sont des escrocs, l’inspecteur a des problèmes de couple comme dans tous les polars. Où donc est le bon temps, quand la femme de Maigret l’attendait au logis en lui préparant avec amour une bonne blanquette ?

Pour charger le bourricot, j’ai trouvé certains dialogues faiblards au niveau du vocabulaire ou pas adaptés (traduction ?), sonnant faux lors des écoutes téléphoniques, comme ce « Le plus intelligent, c’est de mettre les sous à l’abri », oh ! les gros vilains qui cachent leurs sous !

Bon j’arrête là, sinon je vais devenir méchant !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lebouquineur 1121 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines