Magazine Culture

Interview : La douce Alela Diane à Lyon…

Publié le 25 juin 2014 par Swann

alelaEn ce jeudi 12 Juin Alela Diane était de retour à Lyon, deux ans après son sublime concert dans le théâtre antique de Fourvière. Il s’en est passé des choses pour elle en deux ans et c’est en tout simplicité que nous discutons dans la chaleur de la canicule lyonnaise… Un divorce douloureux d’avec son mari/musicien/partenaire depuis sept ans. Un nouvel album très personnel et inspiré par cette douloureuse période de sa vie. Un changement de maison de disques. Et enfin la rencontre de son nouvel amoureux et la naissance de sa petite fille Vera. Alela est une jeune mère, souriante et proche des gens, discutant en toute simplicité de sa maternité, sa relation à sa fille et cette nouvelle vie heureuse, apaisée. Alela musicalement on aimerait être elle, "dans la vraie vie" elle est comme nous…

Rocknfool: Comment se passe cette tournée européenne jusque là ?

Alela : Ça se passe bien ! C’est la 3e date et jusque là tout va bien ! L’accueil a été merveilleux et c’est vraiment bon d’être de retour en France. Nous courrons moins et prenons le temps de découvrir un peu plus entre deux concerts en enchaînant les villes moins vite.

Rnf: C’est une toute nouvelle manière pour toi de tourner cette fois ? Est-ce que tu as emmené Vera ta fille avec vous ?

A: Oui c’est une nouvelle expérience. Nous sommes en camping-car, mon mari est ici avec ses parents qui nous aident avec la petite, pour conduire et donner un coup de main. Ma belle-mère est en train de la promener dans sa poussette là. Elle fait une petite sieste, espérons qu’elle dort encore !

Donc oui c’est vraiment une nouvelle manière de vivre la tournée, c’est intéressant. Normalement j’arrive à la mettre au lit le soir avant de monter sur scène et en général quand je reviens, elle est en train de pleurer ! Mais ça se passe bien, elle dort un peu puis elle se réveille en cherchant sa mère, mais ça vient, elle commence à s’adapter…

Rnf: Est-ce qu’il te semble, maintenant que tu es maman, qu’il faut que tu te démontres plus de choses, comme nous les mères "classiques" lorsque nous revenons de congés maternité ? Est-ce la même chose dans le monde de la musique ?

A: Je ne sais pas trop… Je crois que je commence seulement à réaliser. Quand j’ai accouché de Vera je ne savais pas si j’allais être capable de repartir en tournée.

Rnf: Tu avais tourné enceinte !

A: Oui, et c’était très dur et éreintant de tourner enceinte. Mais je crois que quand Vera a eu 4 mois, je me suis juste rendue compte que ma foi, la vie continue ! Il fallait que je puisse maintenir mon identité propre, mon intégrité en tant que femme. Et il fallait que je trouve une manière de faire ça AVEC elle. Je sais que je ne vais pas travailler aussi dur qu’avant et tourner aussi longtemps, mais je pense que c’est important de se retrouver et de continuer à vivre SA vie.

Rnf: Ce nouvel album About Farewell ressemble à une sorte de thérapie pour toi ?

A: Ça l’a été oui. C’était important pour moi d’écrire ces chansons. Elles l’ont été à un moment de ma vie très difficile, où des décisions ont dû être prises et des changements opérés (NDLR le divorce d’avec son premier mari). Oui il fallait que je les écrive. Et une fois de plus, la vie continue…

Rnf: Tu ne te sens pas un peu schyzophrène parfois de parler d’émotions de ton passé alors que ton présent est si différent aujourd’hui ?!

A: Je pense qu’en ce qui me concerne, beaucoup des chansons viennent d’une partie de moi nostalgique. Elles parlent du fait qu’il ne faut pas regarder vers le passé. Je crois que je chante ces chansons et que je les laisse sur scène. Je ne me laisse pas assombrir par des chansons qui parlent de périodes difficiles de ma vie. Je ne sais pas trop, je crois que je suis capable de faire le show, de ressentir toutes ces émotions sur scène mais de ne pas les laisser repartir avec moi. Et c’est vrai que ma vie est TRES différente aujourd’hui…

Rnf: Les séparations et les histoires tristes sont source d’inspiration pour les plus belles chansons, particulièrement dans la musique folk, donc as-tu peur du syndrome de la page blanche maintenant ?

A: Mais oui un peu ! Je n’ai pas écrit beaucoup dernièrement, je ne sais pas encore sur quoi je vais écrire à l’avenir… Je n’ai jamais vraiment forcé l’écriture à venir. Je crois au fait que cela reviendra quand ce sera le bon moment, quand j’aurais le besoin d’exprimer quelque-chose, je ne sais pas encore ce que ce sera, mais on verra…

Rnf: Est-ce que ton nouveau statut, ta nouvelle vie de Maman t’inspire ?

A: Oui tout à fait. J’ai écrit une chanson sur ce sujet et je suis sûre que cela viendra à nouveau. Mais bon, quand tu viens d’être maman ce n’est pas comme si tu avais beaucoup de temps pour t’asseoir tranquille et écrire des chansons !

Rnf: Tu étais seule sur scène à Fourvière il y a deux ans, te souviens-tu de ce concert ?

A: Oui je me souviens bien de ce concert ! C’était un cadre magnifique, je crois que c’était la 1e date de la tournée. C’était l’époque où les futures chansons d’About Farewell venaient juste d’être écrites et étaient encore fraîches… J’en ai jouées quelques-unes.

Rnf: C’était important pour toi de tourner à nouveau seule ? Après une longue tournée avec tout un groupe ?

A: Quand j’ai tourné seule à cette époque c’était vraiment dû aux circonstances. Mon ex-mari faisait partie du groupe, ainsi que mon père. C’est très difficile de tourner avec un grand entourage. Les gens qui sont avec moi aujourd’hui mettent tous la main à la pâte quand ils ne sont pas sur scène, c’est très différent. Mais avec un groupe vous vous sentez vraiment comme le boss. Vous êtes responsables de beaucoup de monde et c’est plus compliqué, épuisant, sous bien des aspects. Du fait que j’ai mon bébé maintenant, les choses devaient être simplifiées, c’est principalement pour cette raison que je tourne seule.

Rnf: Ton père a toujours été très présent sur tes albums passés, il ne l’est pas sur celui-ci, avais-tu besoin de voler de tes propres ailes?

A: Il était important de savoir ce que je pouvais arriver à faire sans lui. Simplement parce que je n’avais jamais essayé ! C’était très important pour moi de pouvoir entendre mes propres pensées, et de suivre mes idées sans son empreinte. Parce qu’il a des idées géniales mais ce sont SES idées, pas les miennes ! Donc j’avais envie de voir où pouvait aller l’album sans sa touche. Il a compris, c’est un homme merveilleux, il ne l’a pas pris pour lui…

Rnf: Est-ce que tu te mets plus de pression pour cette tournée, étant seule sur scène avec un album qui t’est si personnel ?

A: En quelque sorte, "it feels right" de chanter ces chansons ainsi. Ce soir je vais jouer des morceaux de tous les albums étant donné qu’About Farewell est sorti l’an passé donc ce n’est pas une actualité récente. Je jouerai un peu de chaque album… Et puis ces chansons sont écrites comme ça, juste ma guitare et moi donc elles sont confortables à jouer ainsi.

Rnf: About Farewell sonne un peu comme le grand frère de Pirate’s Ghospel, on retrouve à nouveau "l’ancienne" Alela Diane, seule avec sa guitare, est-ce que l’on peut dire que la boucle est bouclée ?

A: Oui, c’est un peu ce que je ressens !  Cela va faire 10 ans que The Pirate’s Ghospel a été enregistré, donc c’est l’accomplissement d’un cycle. About Farewell met vraiment un point final à cette décennie, j’avais besoin d’un nouveau départ…

Rnf: Donc le prochain album sera du nouveau, du métal peut-être !

A: Oui c’est ça, mon album métal, je ne sais pas trop encore ! (rires)

Rnf: Tu as posté une vidéo de toi chantant "Oh my Mama" à ta fille, qui était absolument adorable, les paroles disent "j’aurai une fille", Est-ce que c’était un souhait ou une prémonition à l’époque ?!

A: Oui, elles se sont réalisées ! Je ne sais pas trop, j’imagine que de toute façon j’avais une chance sur deux, mais j’ai toujours su que j’aurais une fille et voilà, c’est fait !

Rnf: Est-ce qu’elle chante déjà ?

A: Alors en fait elle fait plutôt ba ba ba ba ba mais parfois quand je chante pour elle, elle fait des petits bruits qui font penser qu’elle essaye de chanter avec moi !

Rnf: Tu ne sembles pas être le style de personne à avoir des regrets, mais est-ce qu’il y a des choses que tu aurais souhaité faire différemment  ?

A: Non du tout. Je suis une personne très inscrite dans le présent, dans ma vie de tous les jours. Quand des décisions doivent êtres prises, ou des changements opérés, ils le sont. J’ai eu une belle vie jusque là… (sourire) Je ne regrette rien, il n’y a pas de raison !

Rnf: Tu as collaboré avec beaucoup d’artistes, avec qui aimerais-tu travailler maintenant, ou écrire pour ?

A: Une fois de plus, je vais laisser les choses venir à moi ! Sur mon dernier album j’ai travaillé avec Heather Broderick, elle est en tournée actuellement avec Sharon Van Etten. Elle a vraiment beaucoup de talents, c’est une chanteuse multi-instrumentaliste, elle maitrise tellement d’instruments ! J’ai vraiment eu le sentiment que nous avions eu beaucoup de plaisir à jouer ensemble donc j’aimerai bien travailler à nouveau avec elle à  l’avenir.

Rnf: Etant donné que ton album tourne en boucle dans notre iPod, nous sommes curieuses de savoir ce qu’il y a dans le tien ?

A: Et bien nous n’écoutons pas beaucoup de musique dernièrement… Je n’ai écouté que le son de mon bébé en train de pleurer depuis le début de la tournée ! Je n’ai même pas emmené d’écouteurs étant donné que je trouve important de rester disponible pour Vera. Mais à la maison nous avons beaucoup écouté le dernier Damien Jurado qui est vraiment magnifique, surtout la version avec le LP qui contient les titres en version acoustique avec une chorale. Et sinon il y a toujours de vieux disques qui tournent chez nous…

Nous avons fini l’entretien à parler trucs de mamans, de Lyon et autres discussions plus personnelles, Alela faisant vraiment partie intégrante de mon histoire avec mon fils Elijah, mais ça c’est mon histoire… Un moment d’une douceur et d’une générosité superbes, à l’image de ce qu’elle nous donna sur scène ce soir là. Un véritable sauna en guise de salle de concert, mais nous avons tout oublié tant les morceaux étaient magnifiés par sa voix parfaite et l’émotion transmise par le duo qu’elle forme avec sa guitare.

Si vous en voulez un peu plus, procurez-vous la version Deluxe d’About Farewell qui vient de sortir, 2 titres inédits et 4 versions acoustiques. Ce concert était enregistré pour Arte à priori, nous vous tiendrons bien sûr au courant de sa diffusion. En attendant…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 69676 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte