Magazine Culture

Monsieur Jourdain ce jour ne fait ni vers ni prose (délassement)

Publié le 25 juin 2014 par Theatrummundi

Christian-Lacroix-MONSIEUR-JOURDAIN-540x763.jpg

Monsieur Jourdain par Christian Lacroix


Version imbittable

je ne vois

pas pourquoi il

faudrait à la fin du

vers marquer l'arrêt c'est tout

à fait crétin à moins qu'il n'ait un

point ou bien quelque autre signe t'y

invitant lecteur je vais porter la gui

gne au vers-libreur heureux de passer au

hachoir son petit peu

de peu ces jourdain à bavoir si l'on

admet cela ne font ni vers ni

prose mais chérissent leur

pot qui ne sent pas

la rose puis

brandissent la chose à tel

de leurs parents qui

n'a rien demandé doit-il trouver

marrant de s'ex

tasier à faux à cette fraîche

merde quand ça finit au

chiotte il n'est rien qui se perde sans rime

ni raison poème au stade

anal tu débites

menu tes lieux

communs banals

Version en prose bizarre

Je ne vois pas pourquoi il faudrait à la fin du vers marquer l'arrêt. C'est tout à fait crétin. A moins qu'il n'ait un point ou bien quelque autre signe t'y invitant, lecteur. Je vais porter la guigne au vers-libreur heureux de passer au hachoir son petit peu de peu. Ces Jourdain à bavoir, si l'on admet cela, ne font ni vers ni prose mais chérissent leur pot qui ne sent pas la rose, puis brandissent la chose à tel de leurs parents qui n'a rien demandé – doit-il trouver marrant de s'extasier à faux à cette fraîche merde ? Quand ça finit au chiotte, il n'est rien qui se perde. Sans rime ni raison, poème au stade anal, tu débites menu tes lieux communs banals.


 

Version normale

Je ne vois pas pourquoi il faudrait à la fin
Du vers marquer l'arrêt. C'est tout à fait crétin.
A moins qu'il n'ait un point ou bien quelque autre signe
T'y invitant, lecteur. Je vais porter la guigne
Au vers-libreur heureux de passer au hachoir

Son petit peu de peu. Ces Jourdain à bavoir,

Si l'on admet cela, ne font ni vers ni prose

Mais chérissent leur pot qui ne sent pas la rose,

Puis brandissent la chose à tel de leurs parents

Qui n'a rien demandé doit-il trouver marrant

De s'extasier à faux à cette fraîche merde ?

Quand ça finit au chiotte, il n'est rien qui se perde.

Sans rime ni raison, poème au stade anal,

Tu débites menu tes lieux communs banals.

Christian-Lacroix-MONSIEUR-JOURDAIN-540x763.jpg

Monsieur Jourdain par Christian Lacroix


Version imbittable

je ne vois

pas pourquoi il

faudrait à la fin du

vers marquer l'arrêt c'est tout

à fait crétin à moins qu'il n'ait un

point ou bien quelque autre signe t'y

invitant lecteur je vais porter la gui

gne au vers-libreur heureux de passer au

hachoir son petit peu

de peu ces jourdain à bavoir si l'on

admet cela ne font ni vers ni

prose mais chérissent leur

pot qui ne sent pas

la rose puis

brandissent la chose à tel

de leurs parents qui

n'a rien demandé doit-il trouver

marrant de s'ex

tasier à faux à cette fraîche

merde quand ça finit au

chiotte il n'est rien qui se perde sans rime

ni raison poème au stade

anal tu débites

menu tes lieux

communs banals

Version en prose bizarre

Je ne vois pas pourquoi il faudrait à la fin du vers marquer l'arrêt. C'est tout à fait crétin. A moins qu'il n'ait un point ou bien quelque autre signe t'y invitant, lecteur. Je vais porter la guigne au vers-libreur heureux de passer au hachoir son petit peu de peu. Ces Jourdain à bavoir, si l'on admet cela, ne font ni vers ni prose mais chérissent leur pot qui ne sent pas la rose, puis brandissent la chose à tel de leurs parents qui n'a rien demandé – doit-il trouver marrant de s'extasier à faux à cette fraîche merde ? Quand ça finit au chiotte, il n'est rien qui se perde. Sans rime ni raison, poème au stade anal, tu débites menu tes lieux communs banals.


 

Version normale

Je ne vois pas pourquoi il faudrait à la fin
Du vers marquer l'arrêt. C'est tout à fait crétin.
A moins qu'il n'ait un point ou bien quelque autre signe
T'y invitant, lecteur. Je vais porter la guigne
Au vers-libreur heureux de passer au hachoir

Son petit peu de peu. Ces Jourdain à bavoir,

Si l'on admet cela, ne font ni vers ni prose

Mais chérissent leur pot qui ne sent pas la rose,

Puis brandissent la chose à tel de leurs parents

Qui n'a rien demandé doit-il trouver marrant

De s'extasier à faux à cette fraîche merde ?

Quand ça finit au chiotte, il n'est rien qui se perde.

Sans rime ni raison, poème au stade anal,

Tu débites menu tes lieux communs banals.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theatrummundi 4187 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine