Magazine Culture

Il est de retour, de Timur Vermes

Par Emeralda @emeralda26000

Il est de retour de Timur Vermes
Le livre : 
Il est de retour de Timur Vermes aux éditions Belfond, 405 pages, 19 € 33. 
Pourquoi cette lecture : 
C'est par le biais des éditions Belfond et de la communauté de lecture qu'est Babelio que je me suis vu proposer cette lecture en partenariat. 
Aimant ce qui sort un peu de l'ordinaire et ayant une attirance pour tout ce qui touche à l'Histoire, ce qui fait réfléchir un tant soit peu et qui peut avoir un lien avec l'actualité, j'ai aimé qu'on me propose ce livre qui semble faire parler de lui (pour de bonnes raison ?). 
Ah la curiosité !!!!!
Le pitch : 
Nous sommes à Berlin en 2011 et il est de retour. Qui ? Hitler. Tout à la fois hilarante et édifiante, une satire virtuose et prophétique sur nos sociétés fascinées par la célébrité et le culte de la personnalité, même si (ou a fortiori ?) ces « people » font, au mieux, preuve d'une bêtise crasse ou, au pire, professent des idées nauséabondes.
Succès inouï en Allemagne, traduit dans trente-cinq langues, bientôt adapté au cinéma, Il est de retour est un véritable phénomène. Entre Chaplin, Borat et Shalom Auslander, une satire aussi hilarante que grinçante qui nous rappelle que face à la montée des extrémismes et à la démagogie, la vigilance reste plus que jamais de mise.
Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content : comment, plus personne ne fait le salut nazi ? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe ? Depuis quand tous ces Turcs ont-ils pignon sur rue ? Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays ?
Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour cela, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon client alléchée, est toute prête à lui en fournir une.
La machine médiatique s'emballe, et bientôt le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise...
Hitler est ravi, qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste à porter l'estocade qui lui permettra d'achever enfin ce qu'il avait commencé...
Ce que j'en pense : 
Le narrateur de cette incroyable histoire, c'est Adolf lui-même. Remarquez qu'au moins on a le "meilleur" si j'ose dire sous la main. Pas une copie du Führer, non, non l'original, le seul, le vrai qu'on croyait bien mort à tout jamais. 
Il n'a pourtant pas pris une ride. Pffffff !!!!! 
Comment est-il arrivé parmi nous en 2011 ? On n'en sait pas plus que lui. Et peu importe d'ailleurs. Le véritable soucis, ce sont bien ses idées, sa façon de voir le monde. Malgré toutes ces années, ses discours trouvent un public. Ahhhh les problèmes de mémoire des Hommes... 
On dit souvent que l'Histoire n'est qu'un éternel recommencement car l'Homme n'apprend pas de ses erreurs. Cela ne se vérifie pas toujours, mais hélas bien trop souvent quand même. 
Cet ouvrage a fait couler pas mal d'encre, mais je me suis bien gardée de lire ces articles. Je n'avais aucune envie que l'on me gâche ma lecture. Non pas que j'ai pris un immense plaisir à lire cette intrigue, j'avoue avoir été dérangée quelque peu. 
Historienne de formation, j'ai eu l'occasion d'approfondir la période de la montée du nazisme et autres régimes autoritaires. Ce livre en possède indéniablement les relents. Ce n'est pas une apologie du Reich, mais plus subtilement une analyse de la mécanique politique des partis extrêmes en marche. 
Loin d'être passéiste, c'est un roman très contemporain. 
Si on pense noter ici ou là de petites incohérences, il faut reconnaître que la réalité est parfois plus étonnante que la fiction alors pourquoi pas. On est dans un récit qui aurait pour début : et si Hitler revenait parmi nous, cela pourrait donner... Une hypothèse, un cas d'école  pour voir, imaginer, supposer...
Les protagonistes sont typés. On l'est tous si on y réfléchit un peu donc là encore pourquoi pas. 
Je n'ai pas ressenti d'empathie pour qui que ce soit. Je les ai trouvé si naïfs ou aveuglés par l'appât du gain, la bêtise ou pire encore. Bref comme le monde réel. On est tous l'idiot d'un autre. On veut croire en un monde meilleur tant on est assommé par celui que l'on traverse. On veut croire aux belles paroles, mais attention au revers de la médaille !!! Le remède proposé est parfois pire que le mal. 

Un très beau lexique est disponible à la fin de l'ouvrage et je l'ai trouvé très intéressant même si je n'ai pas eu beaucoup besoin de m'y plonger. Je le trouve très utile pour les lecteurs moins aguerris sur l'histoire entre 1914 et 1945.   


Ce livre laisse un goût amer et perturbe. 
Je suis très embêtée pour le noter. Il me dérange et en même temps il est un moyen un peu tordu de nous mettre en garde. Je l'apprécie sur certains points et je le hais sur d'autres. Ambivalence terrible. 
Je ne sais même pas si je peux le conseiller comme lecture. Pas pour tout le monde, cela pourrait être mal perçu. Ce n'est que mon avis... 
Et s'il fallait mettre une note : 10 / 20  ? Pour couper la poire en deux.






Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emeralda 637 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines