Magazine Culture

Joris Hébrard à Pontet : Vaucluse, cantine et augmentation de salaire

Par Sergeuleski

pontet fn hébrard.jpg

   Regardez bien cet homme ... il s'agit de Joris Hébrard, maire FN d'une commune du Vaucluse : Pontet. Fraîchement élu, il a validé sans sourciller dans la soirée du mercredi 25 juin en conseil municipal la décision de supprimer la gratuité totale de la cantine pour les ménages les plus démunis : 65 enfants sont concernés. Les économies ainsi réalisées s'élève à 29 000 euros selon les dires de son directeur de cabinet :"Les petites rivières font les grands fleuves", ajoutera-t-il.

Quant au maire de la commune, il s'en expliquera comme suit : "Nous agissons en gestionnaire soucieux des deniers publics."


   Ne cherchez pas plus loin : l'équipe municipale a très certainement identifié le fait que les enfants visés par cette mesure scélérate appartiennent à des familles  bénéficiaires de minima sociaux et puis aussi, et puis surtout... des familles issues de l'immigration africaine et maghrébine.

Comme quoi, on ne se refait pas. Jamais !

   Qu'il soit permis de dire ceci : cette mesure aussi détestable  - et revancharde (2) - soit-elle, est un mal pour un bien car n'est-ce pas là le vrai programme du FN qui nous est révélé ? Et les électeurs devront assumer.


***


   Une dernière information. Oh ! Un détail, trois fois rien ! Joris Hébrard s'est octroyé une augmentation de salaire de 44% [en mai], soit 1 000 euros, qui aurait permis de financer 500 repas par mois.


__________________

1 - Commune du Vaucluse de 16700 habitants ; Hébrard a été élu avec 42.62% des suffrages aux dernières élections municipales : taux de participation de 64%,  l'UMP "équipe municipale sortante" le talonnera avec 42.52% ; une commune qui accorde donc 85% de ses suffrages en faveur "des droites".

2 - La revanche des riches et des classes moyennes blanches et européennes, salariés et auto-entrepreneurs, sur les "mauvais pauvres", et puis, d'autres encore pour lesquels il n'y a pas de petite victoire dans la revanche, même déshonorante ; revanche sur l'Histoire : celle d'une décolonisation forcée ; décolonisation qui n'en finit pas de déféquer son ressentiment à propos de la perte d'un paradis esclavagiste ; défécation dont le Sud de la France s'est fait une spécialité : d'aucuns prétendent que de Menton à Perpignan, l'odeur est devenu insoutenable.

Un Georges Frêche, entre autres élus et membre d'un PS qui n'est plus que l'anti-chambre du FN, ne nous démentira pas sur ce point puisqu'il en est mort : oui ! mort de cette odeur ! Faut dire qu'il s'agissait de la sienne et de celle d'une partie de ses électeurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sergeuleski 6225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines