Magazine Asie

Décoder la Chine par la photographie III

Publié le 27 juin 2014 par Ancre_de_chine

Décoder la Chine par la photographie III

Xing Danwen, Duplication

Après I, après II, je continue sur ma lancée, je ne peux plus m'arrêter, il faut conclure, il faut voir qui photographie quoi de nos jours en Chine. Petit rappel, ces trois billets ont été inspirés par une conférence de Jean Loh, directeur artistique de la galerie Beaugeste à Shanghai.
Jean Loh observe que les jeunes photographes reviennent de plus en plus à des formes traditionnelles de la photographie, une tendance qu'il aimerait voir se poursuivre. Il mentionne aussi l'inclusion de thèmes plus profonds et de questions d'engagement social dans l'exploration, ce qui sans aucun doute enrichit la dimension émotionnelle de chaque photographie.
Décoder la Chine par la photographie III

Liu Zheng (né en 1969) a travaillé depuis 1990 à observer le changement radical et sans précédent de la Chine.  Les ondes de choc de la politique d'ouverture et de réforme de Deng et leurs effets sont pleinement pris en compte dans ses œuvres. Il explique : " La photographie, comme d'autres formes d'art, a traversé une période de transition difficile bien que nécessaire. Au cours de ces années, le rôle dominant de la photographie de propagande en Chine a commencé à s'effriter, et l'importance de la photographie traditionnelle de salon a été également significativement affaibli Des œuvres humanisées et personnalisées ont commencé à avoir un impact. C'est dans ce contexte qu'en 1996 j'ai commencé un journal intime de photos de certains de mes amis. Nous avons tous senti qu'une nouvelle ère venait. J'ai été poussé par une force intellectuelle puissante, qui a évolué lentement dans un ensemble de croyances personnelles. Mon travail sur les Chinois est le fruit de ma propre lutte (exemple ci-dessus).  
Décoder la Chine par la photographie III

   Lu Guang (né en 1961) est né à Yongkang dans la province du Zhejiang. À dix-neuf ans, il a rencontré la photographie tout en travaillant dans une fabrique de soie de sa ville. En 1987, il a dirigé son propre studio pendant 6 ans. Par la suite, il a étudié la photographie à l'Académie des Beaux-Arts de à Pékin. Depuis, il travaille comme photographe freelance. Son travail est axé sur les questions sociales, environnementales et économiques. Le travail de Lu Guang couvre un large éventail de conséquences dues à l'industrialisation rapide de la Chine. Un thème récurrent est celui des "villages du cancer" dans certaines provinces, les conditions environnementales négatives (pollution de l'eau notamment) et l'effet de l'industrialisation sur les campagnes chinoises et ses habitants. Il a déclaré que son choix de sujets devrait servir à sensibiliser la Chine et le monde.

Décoder la Chine par la photographie III

Les détritus brûlés tous les jours ici, remplissent la zone d'une odeur âcre
Chaque jour, quelque 200 agneaux viennent chercher de la nourriture dans la décharge
Pour éviter que les agneaux ne tombent malade, leurs propriétaires
injectent leur troupeau avec des antibiotiques.

Wang Jiuliang est né dans la province de Shandong en 1976 Artiste et cinéaste, il est diplômé de l'Université de Communication de Chine et travaille comme photographe indépendant basé à Pékin De 2007 à 2008, il a créé une série de photographies des Traditions de la Chine dans l'adoration des dieux et des esprits. Wang a été engagé dans l'enquête sur la pollution des ordures autour de Pékin depuis 2008 Alors que l'ascension économique de la Chine attire l'attention mondiale, le problème des déchets engendrés par une population en augmentation, une industrie en plein essor et une croissance urbaine insatiable a été peu médiatisé. Wang Jiuliang a concentré son objectif sur le spectacle sinistre des déchets, des excréments, des détritus et de gravats entassés sans ménagement sur ​​les terrains entourant la capitale chinoise
Décoder la Chine par la photographie III

Lu Yuanmin (né en 1950), vit et travaille aujourd'hui à Shanghai. " Il y a 30 ans, j'ai acheté mon premier appareil photo avec mes économies parce que j'admirais les images dans les livres de photographie Celles sur la photographie de rue en particulier me fascinaient, et m'ont incité à essayer moi-même Les années ont passé, les caméras cachées ont prospéré Dans les 2 dernières années, j'ai utilisé toutes sortes de mini-caméras, la plus petite prenant l'apparence d'un porte-clé Cependant, l'iPhone est une agréable surprise. Il est étonnant que l'on puisse prendre une photo en faisant semblant de saisir un message," dit-il.
Décoder la Chine par la photographie III

Xing Danwen  a rencontré la photographie à la fin des années 80 et a été immédiatement aspirée dans ce milieu. En tant que photographe autodidacte, elle a observé et a contesté la société, l'identité féminine chinoise et la génération de ceux nés dans les années 60. En 1998, elle est allée à New York grâce à une bourse, où elle a fait sa maîtrise à l'École des arts visuels à New York. Dans sa pratique artistique actuelle, elle utilise, en plus de la photographie, des médias mixtes, vidéo et installations multimédia. Sa pratique artistique est à la fois riche et variée et ses sujets comprennent: les conflits entre la mondialisation et les traditions, les questions environnementales problématiques créées par le développement, le drame urbain entre le désir et la réalité. Elle vit et travaille à Pékin.
J'avais noté d'autres noms... je n'arrive pas à me relire ! En me promenant sur la toile, je suis tombée sur un article qui m'a bien intéressée et qui peut servir de conclusion à ces trois billets (ici)

Décoder la Chine par la photographie III

Lu Yuanmin


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ancre_de_chine 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte