Magazine Culture

Robbins et ratmanski at a gathering a garnier

Publié le 27 juin 2014 par Popov

ROBBINS ET  RATMANSKI AT A GATHERING A GARNIER

Brigitte Lefèvre directrice de la danse de l’Opéra de Paris a décidément le sens des rapprochements. Pour son dernier spectacte avant retraite , elle a choisi de reprendre deux chorégraphes représentatifs chacun à leur manière de la modernité et pionniers dans leur domaine.
 Le premier, Jérôme Robbins, réunit dans Dances at the gathering cinq couples de danseurs qui évoluent au rythme de valses et mazurkas de Frédéric Chopin. On ne présente plus Robbins... Le créateur de West side story à qui l'on rend régulièrement hommage dans ces mêmes lieux depuis des lustres est un grand créateur "répertorié".

Avec Dances at a gathering on est moins dans la rupture que dans un classique très maîtrisé qui s'encanaille parfois. Belle brochette d'étoiles pour cette danse de quintessence, anciennes ou plus récemment nommées, affublées de couleur comme des tueurs de Tarantino. Servie après l’émouvant défilé du corps de ballet sur la marche des Troyens de Berlioz (d’autant plus émouvant que l’ étoile Nicolas le Riche ferme le ban)le ballet de Robbinn’a pas pris une ride et sa ligne ascétique transforme la moindre fantaisie en frissonnement de plaisir.

C’est Mathieu Ganio qui excelle en Mister Brown. Josua Hofalft ou Karl Paquette (respectivement Monsieur Vert ou Violet) brillants sur Grandes Valses …Côté filles Aurélie Dupont éblouit comme une étoile peut le faire aux côtés d’un sujet bleu qu’on voit beaucoup à l’Opéra et qui ne devrait pas le rester longtemps ( Charline Giezendanner).

Créée en 1969, Dances at a Gathering , à l’écriture précise paraît aujourd’hui encore étrangement moderne. Avec Psyché, première création d’Alexei Ratmansky pour le Ballet de l’Opéra en 2011, le chorégraphe russe amoureux de merveilleux plonge dans la féerie du conte d’Apulée et la musique du poème symphonique pour orchestre et chœur de César Franck . Laetita Pujol est une Psyché d’une extrême finesse et légèreté mais c’est Alice Renavand qui crève l’écran en Vénus sous la direction du Maître de Ballet Laurent Hilaire La plasticienne Karen Kilimnik, a créé un monde onirique, propice à la rêverie qui évoque ballets russes où la narration s’appuie davantage sur l’imagination musicale que sur le récit mythique.

DANCES AT A GATHERING

Frédéric Chopin

Jerome Robbins

pahn

PSYCHÉ

Musique de César Franck(1890)

Chorégraphie d’Alexei Ratmanski(crée par le Ballet de l’Opéra de Paris le 21 Septembre 2011

Orchestre de l’Opéra national de Paris

Felix Krieger Direction musicale

Choeur Accentus


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Popov 46 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine