Magazine Cinéma

Big Bad Wolves - Critique

Par Nopopcorn @TeamNoPopCorn

Big-Bad-Wolves-Banner-1280px

Les trois petits cochons !

Thriller israélien traitant du thème sombre de la pédophilie avec un brin d'humour noir : ce concept vaut-il le titre de « meilleur film de l'année » comme l'a déclaré Tarantino ?
Big-Bad-Wolves-Photo-Lior-Ashkenazi-Photo-01
Le(s) plus

« Big Bad Wolves », c'est avant tout un concept de scénario signé par le duo Aharon Keshales/Navot Papushado dont leur premier long métrage « Rabies » a été cité comme « un des meilleur film d'horreur de 2011 » par de nombreux critiques.

Un détective aux manières peu scrupuleuses, un père d'une fillette assassinée et un professeur comme principal suspect tous les trois enfermés dans une cave pour un interrogatoire.

Scènes de tortures au chalumeau, gâteau au somnifère, blagues de mauvais goût : le mélange des genres est audacieux et crée une ambiance tout à fait originale !

On est saisi dès les premières images par une esthétique bluffante, une utilisation sublime du scope, un montage dynamique, un travail sur les couleurs froides et sur le rouge qui font penser à certaines productions asiatiques contemporaines.

Big-Bad-Wolves-Photo-Lior-Ashkenazi-Rotem-Keinan-Photo-01A cette sublime image, le spectateur a droit à un casting de premier ordre porté par un trio d'acteur venant du théâtre : Lior Ashkenazi (célèbre pour son rôle d'espion du Mossad dans « Tu marcheras sur l'eau ») avec ses airs troublants de Daniel Craig qui joue un détective à la « Vic Mackey » (la première séquence d'interrogatoire est d'ailleurs un subtil hommage à la série « The Shield »), avec également Rotem Keinan d'une froideur extrême et Tzahi Grad au physique à la fois troublant et fascinant.

Le(s) moins

Le mélange des genres est audacieux mais l'humour ne fonctionne pas toujours et la chute du film est assez brutale et peut décevoir par rapport au reste du film.

Big-Bad-Wolves-Photo-Photo-01
Conclusion

« Big Bad Wolves » n'est peut être pas le meilleur film de l'année car on peut regretter que le concept et l'humour ne fonctionnent pas tout le long du film mais le casting et l'esthétique prouvent que derrière la caméra se cache un vrai duo d'auteurs !

Ma note: 7.5/10


Big Bad Wolves

Big-Bad-Wolves-Affiche-France

Synopsis : "Une série de meurtres d’une rare violence bouleverse la vie de trois hommes : le père de la dernière victime qui rêve de vengeance ; un policier en quête de justice qui n’hésitera pas à outrepasser la loi ; et le principal suspect – un professeur de théologie arrêté et remis en liberté suite aux excès de la police. Forcément, ça ne peut pas donner une enquête classique…"
Réalisé par: Aharon Keshales, Navot Papushado / Avec: Lior Ashkenazi, Rotem Keinan, Tzahi Grad / Genre: Drame, Thriller, Comédie / Nationalité: Israélien / Distributeur: Metropolitan FilmExport
Durée: 1h50min / Date de sortie: 2 juillet 2014
Public:
Interdit aux moins de 16 ans
Plus d'informations !

  • Les Anecdotes !


    Après Rabies en 2010, Big Bad Wolves est le deuxième long-métrage que Navot Papushado et Aharon Keshales réalisent et écrivent ensemble.

    La musique de Big Bad Wolves a été composée par Frank Ilfman. Ce dernier avait déjà collaboré avec le les deux réalisteurs sur leur précédent film, Rabies.

    C'est en tout cas ce qu'a déclaré Quentin Tarantino au sujet de Big Bad Wolves. Les deux cinéastes s'offrent pour l'occasion un fan de première classe.

    Big Bad Wolves regorge de références à des longs métrages d'origine sud-coréenne. On pensera, par exemple, au thriller Old Boy, pour la scène du marteau, à Memories of Murder pour la scène dans la forêt, ou à J'ai rencontré le Diable, dont les réalisateurs ne cachent pas s'être inspirés.

    Big Bad Wolves a été diffusé à l'Etrange Festival en 2013.

    "Big Bad Wolves est un thriller teinté d'humour noir, inspiré de la société dans laquelle nous vivons. Israël est un pays fondé sur une angoisse existentielle utilisée pour définir et renforcer la légitimité de l'État. La peur du terrorisme – en particulier des kidnappings –, le sentiment de persécution constant, l'intolérance et le machisme ainsi qu'un désir de vengeance historique offrent un terrain propice à des actions extrêmes, et donc des réactions du même ordre."

    "Dans ce film, la population est confrontée à une série de meurtres d'une violence révoltante. L'auteur des crimes agresse sexuellement des petites filles avant de les décapiter puis abandonne leurs corps de sorte que la police puisse les retrouver, mais il conserve les têtes en guise de trophée, empêchant ainsi les familles endeuillées d'enterrer le corps entier de leur enfant."

    "Big Bad Wolves raconte la violente et inévitable spirale de destruction de trois personnages : le suspect numéro un, professeur de théologie, un père endeuillé en quête de vengeance, et l'impétueux officier de police en charge de l'affaire. Le film soulève ainsi cette question universelle : le fait d'être une victime nous donne-t-il le droit de nous transformer en justicier assoiffé de sang ?"

Et vous qu'avez-vous pensé du film Big Bad Wolves ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • The Ryan Initiative - Critique

    Ryan Initiative Critique

    La mauvaise initiative !L'agent Jack Ryan reprend du service pour sa 5ème mission cinématographique, après À la poursuite d'Octobre rouge, Jeux de guerre, Dange... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Dallas Buyers Club - Critique

    Dallas Buyers Club Critique

    Oscars Buyers Club !En 1986, à Dallas, un cowboy homophobe Ron Woodroof (Matthew McConaughey) est diagnostiqué séropositif, il ne lui reste plus que 30 jours à... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • American Bluff - Critique

    American Bluff Critique

    That 80's show !David O'Russel réunit les vedettes de ses deux précédents films Christian Bale et Amy Adams (The Fighter) , Bradley Cooper et Jennifer Lawrence... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • La Voleuse de livres - Critique

    Voleuse livres Critique

    Le pouvoir de l'imagination prend ici tout son sens !La voleuse de livres, c'est le récit initiatique de Liesel (Sophie Nélisse), jeune orpheline recueillie... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Un beau dimanche - Critique

    beau dimanche Critique

    Vivement lundi !Pour son septième film, Nicole Garcia met en scène son fils Pierre Rochefort pour son premier grand rôle, ainsi que l'ex-animatrice de Canal+... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Supercondriaque - Critique

    Supercondriaque Critique

    Dany Boon est un drôle de malade imaginaire !Après La Maison du bonheur en 2005, Bienvenue chez les Ch'tis en 2008 et Rien à déclarer en 2010, Dany Boon... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Terre des Ours - Critique

    Terre Ours Critique

    Une belle immersion dans la vie d'un ours !Actrice engagée auprès de Greenpeace, Marion Cotillard prête sa voix au film Terre des Ours, qui est le premier... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Nopopcorn 12250 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines