Magazine Culture

Quand le réel dépasse la SF : 1984, par Arnaud Milleker

Publié le 27 juin 2014 par Thibaultdelavaud @t_delavaud

J’accueille aujourd’hui Arnaud, qui inaugure une nouvelle série d’articles : Quand le réel dépasse la SF. Il nous invite à découvrir dans cet article combien les nouvelles technologies et les géants d’Internet ont permis le développement d’un système de surveillance qu’Orwell n’aurait même pas imaginé. Ce qui laisse songeur car nos sociétés occidentales sont pourtant loin du totalitarisme politique décrit par l’auteur de 1984

Bonjour à tous, je suis Arnaud, consultant en Digital, et passionné de ce monde où l’informatique s’insère de plus en plus dans nos vies. Cet article est pour moi l’occasion de vous présenter les nouvelles formes de surveillance, qui font passer 1984 pour un roman moyenâgeux !

;)

 

BigBrother

La NSA, grand frère de Big Brother

La National Security Agency a été créé en 1952. Elle a pour but de détecter ce qui pourrait être une attente à la sécurité des États-Unis. Depuis les révélations de Edward Snowden, on sait que la NSA fait un peu plus qu’espionner pour protéger du terrorisme intérieur et extérieur. L’organisme poursuit aussi des enquêtes à caractères économiques, et utilisent des pratiques intrusives pour la vie privée des particuliers.

Une petite vidéo pour bien expliquer :

Cliquer ici pour voir la vidéo.

Ainsi, la NSA hacke les géants du net, et toutes les informations circulant sur la toile, pour récupérer des données personnelles et privées. Une chasse aux visages y est aussi faite. En cas de besoin, votre téléphone peut aussi être allumé à distance, et le micro enclenché.

La vie « privée »… Pour combien de temps encore ?

Depuis quelque temps, un paradigme a changé : le client prend le pouvoir. Avec Internet, le client a accès à toutes les informations qu’il estime nécessaire pour un achat. Il cherche, compare, s’organise en groupe, relaie des informations bonnes ou mauvaises pour les entreprises. Mais il s’expose aussi sur de nouveaux territoires où il laisse des traces sur ses habitudes, son profil et ses futures envies. Il est donc devenu capital pour les entreprises d’avoir un maximum de données sur lui. Ses demandes sont mieux comprises et les produits ou les publicités proposés sont adaptés et reorientés lorsque c’est nécessaire.

« Tout ce que vous faites sur Internet est stocké par Google, Facebook, Amazon et Apple… »

Dans cette course, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) sont en avance par le nombre très important de données qu’il possède sur vous : interactions, localisations, type de profil, messages, intérêts… Tout ce que vous faites sur Internet ou sur votre mobile, est stocké par ces entreprises. Ils ont ainsi une vision très claire de votre profil, de votre influence, de votre comportement en tant que consommateur.

 

GAFA

Et le nombre d’informations ne fait que s’accroître avec l’arrivée des objets connectés. Les objets connectés sont des objets divers et variés, dont la particularité est d’être en permanence relié à internet. Deux tendances vont aider à leur diffusion : le quantified-self et la maison connectée. Le quantified-self a pour but d’améliorer votre santé, via l’observation du nombre de vos pas, de votre sommeil, de vos calories ingérées… Et ce n’est que le début. Ce sont des données qui intéressent particulièrement les assurances. La maison connectée vous permettra de tout gérer par votre téléphone ou télécommande, voire par Internet. Ainsi, vous aurez sur Internet accès à vos caméras, votre thermostat, au contenu de votre frigo, votre télé…

« Le Big Data permet de récolter un grand nombre de données pour vous connaître au maximum. Il devient très difficile d’échapper aux radars »

Hors les informations détenues par les GAFA, les informations sont détenues par l’utilisateur qui choisit s’il partage ou non leur accès. Cependant, avec les usages des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram), l’utilisateur laisse de plus en plus de traces. Le Big Data permet d’en récolter un grand nombre pour vous connaître au maximum. Il devient très difficile d’échapper aux radars. Une professeur de psychologie de l’Université de Princeton en a tenté l’expérience, ce qui s’est soldé par un échec.

Ce qu’il faut en retenir

Internet donne un pouvoir politique et commercial à ses utilisateurs par les masses qu’il rassemble. L’utilisateur, devenant plus important, y est donc de plus en plus scruté. Il serait naïf de croire que l’on peut échapper à cette surveillance, nous avons d’ailleurs tendance à donner de plus en plus nos informations personnelles. Cependant, il faut prendre conscience de ce que nous faisons, de « l’empreinte digitale » laissée derrière nous.

réseauxsociaux

Il faut aussi se mobiliser pour garder ses libertés quand c’est nécessaire. La Loi de Programmation Militaire est passée en France bien trop facilement. Nous pouvons maintenant être surveillés par beaucoup d’organismes différents pour des raisons très diverses (même si elles sont toujours relatives à la sécurité). Prenons garde de la peur qui peut être trop bien exploitée et amenée à une diminution forte des libertés, celle-là même qui a conduit à l’adoption du Patriot Act aux États-Unis.

Il est très difficile de s’opposer aux forces politiques et commerciales, d’autant plus que le public n’est que peu sensibilisé à ces thématiques. Ainsi un recadrage du Patriot Act a échoué, mais son pouvoir a tout de même été limité par la diminution des fonds qui y sont alloués.

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair sur cette surveillance digitale omniprésente, finalement bien plus efficace que celle imaginée par Orwell dans 1984. Merci de m’avoir lu et bonnes lectures sur le blog de Thibault

;)

Auteur : Arnaud Milleker

@millekerar


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thibaultdelavaud 2843 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine