Magazine Culture

Critique Ciné : Les Vacances du Petit Nicolas, mer calme

Publié le 29 juin 2014 par Delromainzika @cabreakingnews

185935.jpg

Les Vacances du Petit Nicolas // De Laurent Tirard. Avec Valérie Lemercier, Kad Merad et Dominique Lavanant.


Après un premier volet surprise adapté de la célèbre bande dessinée du Petit Nicolas à la fois réussi et restant l’un des succès populaires de ces dernières années, voici qu’ils reviennent mais cette fois-ci pour nous parler des vacances. Ce second volet est tout aussi sympathique que le premier, sans la surprise qu’il pouvait être. Avec un style daté réussi Laurent Tirard tire alors partie de ces vacances à la mer à merveille. On se retrouve avec une ode au soleil et à la bonne humeur avec des blagues potaches bon enfant et une ambiance qui sent bon les vacances. Le film sort donc à un très bon moment, nous permettant de saliver à l’avance des vacances que l’on pourra passer au soleil dans quelques semaines. Pour ces premières vacances, le film envoie le Petit Nicolas à l’Hôtel Beau Rivage. Les aventures oscillent entre les blagues des enfants pour aider Nicolas à ne pas se marier de force (ce qu’il croit) avec la fille d’un ancien ami retrouvé de son père et quelque chose d’un peu plus adulte sur la relation qu’il y a entre les deux parents. Cette relation a beau être adulte (notamment avec l’intégration d’une histoire avec un réalisateur italien), elle n’en reste pas moins bon enfant.
C’est la fin de l’année scolaire. Le moment tant attendu des vacances est arrivé.
Le petit Nicolas, ses parents et Mémé prennent la route en direction de la mer, et s’installent pour quelques temps à l’Hôtel Beau-Rivage. Sur la plage, Nicolas se fait vite de nouveaux copains : il y a Blaise, qui n’est pas en vacances parce qu’il vit ici, Fructueux, qui aime tout, même le poisson, Djodjo, qui ne parle pas comme eux parce qu'il est anglais, Crépin, qui pleure tout le temps, et Côme, qui veut toujours avoir raison et c’est très énervant. Mais Nicolas fait aussi la connaissance d’Isabelle, une petite fille qui le regarde tout le temps avec de grands yeux ronds et inquiétants, et à laquelle il croit que ses parents veulent le marier de force. Les quiproquos s'accumulent, et les bêtises commencent. Une chose est sûre : ce sera, pour tout le monde, des vacances inoubliables…
C’est cet esprit bon enfant qui réussi le plus au film. C’est même ce qui lui donne de vrais atouts afin de ne pas nous donner l’impression que l’on va s’ennuyer. Bien au contraire, le but est vraiment de passer un agréable moment. Le film adopte alors une esthétique datée mais toujours soignée. Laurent Tirard sait donc tiré bon partie des décors plutôt beaux qu’on lui offre, de même que tous ces objets d’un quotidien que personne n’a pas connu (la télévision, les splendides voitures - qui sont aujourd’hui de collection -, …). On ne pouvait pas demander mieux de la part de ce film de ce point de vue là. Les Vacances du Petit Nicolas gagne avant tout des points grâce à l’histoire du Petit Nicolas. C’est tendre et puis c’est drôle. Il y a toujours une petite blague potache qui fonctionne afin de nous faire passer un agréable moment. Il y a même eu des moments où je me suis senti seul à rire dans une salle bondée. C’est bien la preuve que le film a fonctionné sur moi en tout cas. Mais au delà de ça, j’ai été un peu moins passionné par ce qui se déroule autour de la mère de Nicolas. Disons que cette histoire de réalisateur italien était un peu trop présente par moment.
Du coup, le film appuie sur certains faits ce qui rend le tout parfois un peu moins bon que l’on ne pourrait le penser et c’et ce qui me déçoit le plus. Alors que le père de colas enchaîne les bonnes surprises que cela soit avec son idée de carte postale ou encore avec toutes ses théories au sujet de sa femme avec ce réalisateur. C’est donc de la comédie agréable sans trop en faire et qui finalement parvient à nous faire passer un agréable moment. Je crois que l’on ne pouvait pas demander mieux de la part d’un tel film dans le sens où le but n’est pas non plus de faire une comédie brillante. Simplement de nous offrir un divertissement que l’on peut déguster sans problème. Je suppose que l’on peut déjà dire qu’un troisième volet sera produit. Je vois mal en tout cas comment cela pourrait se faire autrement étant donné que le tout fonctionne bien et que le succès (bien qu’à confirmer) sera probablement an rendez-vous. C’est un film qui s’appuie sur le concept des vacances en période de vacances afin de permettre aux téléspectateurs de se sentir dépayser et de ne plus trop penser au reste.
Note : 6/10. En bref, une comédie sympathique, assez léchée et agréable pour toute la famille.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Lovelace - Critique

    Lovelace Critique

    Témoignage sensuel, poignant et émouvant d'une vie tragique !Amanda Seyfried prête ses traits à l'actrice X Linda Lovelace, célèbre pour son rôle dans le film... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Tonnerre - Critique

    Tonnerre Critique

    Coup de foudre à Tonnerre !Avec son nouveau film, Guillaume Brac nous livre une comédie sentimentale qui vire au thriller sombre sur la fin avec cette histoire... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • The Ryan Initiative - Critique

    Ryan Initiative Critique

    La mauvaise initiative !L'agent Jack Ryan reprend du service pour sa 5ème mission cinématographique, après À la poursuite d'Octobre rouge, Jeux de guerre, Dange... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • 12 Years A Slave - Critique

    Years Slave Critique

    Un des meilleurs films de ce début d'année !12 Years A Slave, drame de Steve McQueen qui a remporté le Golden Globe du meilleur film dramatique. Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Dallas Buyers Club - Critique

    Dallas Buyers Club Critique

    Oscars Buyers Club !En 1986, à Dallas, un cowboy homophobe Ron Woodroof (Matthew McConaughey) est diagnostiqué séropositif, il ne lui reste plus que 30 jours à... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • American Bluff - Critique

    American Bluff Critique

    That 80's show !David O'Russel réunit les vedettes de ses deux précédents films Christian Bale et Amy Adams (The Fighter) , Bradley Cooper et Jennifer Lawrence... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • La Voleuse de livres - Critique

    Voleuse livres Critique

    Le pouvoir de l'imagination prend ici tout son sens !La voleuse de livres, c'est le récit initiatique de Liesel (Sophie Nélisse), jeune orpheline recueillie... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Delromainzika 16081 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines