Magazine Culture

Le premier mardi c'est permis (28) : Jours tranquilles à Herchies (2)

Publié le 01 juillet 2014 par Litterature_blog
Le premier mardi c'est permis (28) : Jours tranquilles à Herchies (2) Chose promise chose due, je termine ce mois-ci la nouvelle commencée début juin. Pour le coup, c’est un peu excessif, je le concède. Juste une envie d’aller plus loin dans la crudité (j’ai pas dit vulgaire, certains pourront peut-être le penser mais peu importe). Le principal c’est que je me sois amusé et que j’assume tout cela à 100%, non ?
Jours tranquilles à Herchies (2)
Après le déjeuner, Frida me demanda si je pouvais la déposer en ville. Elle avait à faire, me dit-elle. Devais-je l’attendre ? Elle sourit : « Tu sais, ce sont des trucs de fille… Tu vas t’ennuyer. Je t’appellerai ». Je vaquai donc. Il bruinait, ce par quoi la région distingue l’automne du printemps, où il pleut à verse. J’aime la bruine. Le seul court métrage que j’avais alors réalisé, dans le cadre des travaux pratiques de la fac, s’intitulait « La blonde et la bruine ». L’essentiel de l’action se concentrait sur le parc jouxtant la gare. Une blonde s’y abandonnait aux ardeurs d’un jeune ouvrier – car le prof confessait son penchant pour les situationnistes, ce qui, déjà dans les années 90, apparaissait assez passéiste. Je flirtai avec la décence « en donnant à imaginer ce qui se tramait d’existentiel sous les jupes de la demoiselle ». La blonde qui jouait dans mon sept minutes était d’une belle ardeur. Elle était rhodanienne, de la petite ville de Craponne. Jamais ville ne justifia mieux son code INSEE : 69069. Et en effet ! Elle n’aimait rien tant que nos nuits buccales. Elle était de ces femmes qui dès la main sont nues. Je pouvais lui tirer des soupirs à l’arrondi de l’épaule, et des cris au creux de la clavicule. Je m’exerçais à la patience en butinant son cou mais, dès que mes lèvres harcelaient ses seins, qu’elle avait petits et fermes, je ne résistais plus. Je ne retrouvais un peu de mon calme qu’aux dernières côtes. Le sternum m’apaisait quelques minutes mais, sitôt le nombril, je sentais monter la transe.
J’en étais là de mes pensées que le portable scintilla. Quand Frida me rejoignit, elle portait trois sacs. Ses emplettes. « Je peux regarder ? » Elle secoua la tête, « Tu attendras ».
J’attendis jusqu’au soir. Je préparais un petit tagine de mouton. Elle entra sans rien dire, s’assit à la table et se versa un verre de cheverny blanc. « Sers-m’en un » dis-je sans me retourner. Quand elle dit « Cette nuit, rien que les yeux », je glissai l’œil vers elle. Elle était dans une merveille de délicatesse. Le soutien-gorge garance était cerné de guipures blanches ajourées posées là comme un semis de baisers. Elle se leva. Le string de même coloris présentait une fine largeur d’étoffe – elle se leva pour que je puisse n’en perdre aucun détail – échancrée dans l’entrejambe pour laisser voir le trait sombre de sa fente. Comme je m’approchais elle tint bon, « Ce soir, juste les yeux ». Je fis aussitôt glisser mon velours côtelé et mon slip. Je bandais, nom de Dieu ! A l’horizontale mais quand son regard vint caresser mon sexe, il se dressa à la diagonale. Du doigt je dénudai mon gland. Elle sourit, « Il n’y a rien de plus sensuel que de voir ton désir ».
Au lit, elle s’étendit sans rien dire. Nue, elle écarta les jambes. Ses doigts entrebâillèrent les portes du palais. Je m’agenouillai sur le tapis et plaçai la tête près de ses pieds pour admirer son con. Les poils frisottaient joliment, lacis noir sur la beauté sublime des chairs. Une légère écume cernait les grandes lèvres tandis que mon regard embrassait les dunes immaculées des cuisses et du ventre, d’où sourdait cette merveille. Des index elle déroula l’ourlet rose pour révéler ce qui se trame en ce palais : le sanctuaire rose vif des nymphes. Jamais nom ne fut plus mérité que celui, poétique, des petites lèvres. L’admirable dentelle incarnat guide les yeux vers l’alcôve haute du bouton divin qui frémit et palpite. Il suffirait d’y poser la langue pour voir se déchaîner un ouragan de désir, pour voir se creuser les vagues sous le plaisir et, entre les nymphes, s’ouvrir la fontaine magique où s’engouffre le foret. Je restai longtemps à contempler son oasis aux fruits fondants.
Le troisième soir, une voiture s’immobilisa dans la cour. Elle avait invité une amie. Une longue jeune fille aux cheveux nattés qui se présenta sous le prénom de Nezha. Du Maroc elle avait aussi le teint très mat et des yeux immenses. Elle était d’un commerce agréable, enseignait les lettres, dans un collège de la ville, à de jeunes boutonneux qui n’en voyaient que par le rap. Elle dit cela en souriant. Elle avait un joli sourire qui entrouvrait de longues lèvres pâles.
Je lui avais préparé la chambre d’amis. Elle monta se coucher. Du moins le crus-je. La soirée avait filé et je me rattrapais des baisers mis en réserve en dévorant la bouche de Frida. Ma main avait glissé sous sa robe et caressait ses fesses quand Nezha entra dans un déshabillé jaune canari. Elle happa ma bouche en souriant puis fit de même avec Frida. Elle ôta sa culotte et se mit en devoir d’embrasser le sexe de Frida. Instantanément je fus nu et approchai ma pine des lèvres de ma compagne. Nezha s’écarta et je pénétrai Frida, dont le con luisait de salive. Je fis quelques allées et venues. La langue de Nezha entra dans ma bouche avec lenteur. Frida, déjà, gémissait. A un moment, Nezha se cassa au-dessus du lit et fit glisser mon sexe hors de l’antre vaginal pour l’emboucher. Entre ses lèvres, je sentis mon membre durcir terriblement. Puis elle me poussa doucement vers le fauteuil. Je m’y assis. Elle enleva sa tunique et m’enjamba en offrant son dos à ma vue. Elle écarta les jambes et doucement guida mon sexe sur son anus. Elle mouillait et je coulissai vite avec frénésie. Elle avait une peau admirable, et un grain de beauté juste sous la saillie de l’omoplate droite. Elle avait pris appui des mains sur mes cuisses et montai et descendait avec régularité. Je bandais sec et bientôt le bruit des clapots rythma notre roulement d’essieux. Frida y allait de la bouche sur les petits seins érigés de son amie. Puis nous allâmes sur le lit. J’enfilai Frida par l’arrière pour pouvoir égarer mes mains sur le corps de Nezha. J’étais prêt de conclure. Elle le sentit et offrit à Frida son entrejambe. Je passai par-devant et nos bouches mêlèrent leurs salives fougueuses. Frida se dégagea et Nezha prit sa place sous mes coups de butoir. Tous les trois, nous nous laissions aller à de petits jappements qui enflèrent rapidement. Je me sentis couler en elle. Alors elle m’allongea sur le dos et leurs deux bouches, avidement, recueillirent la blanche semence. Je crus que je n’en finirais jamais. Je léchai leurs sexes qui étaient chauds et frémissants. La nuit fut d’une douceur infinie.
Le jour suivant, Frida m’annonça qu’elle partirait en fin de journée. Elle avait un rendez-vous incontournable à Paris. Je ne l’ai pas dit, elle travaillait dans l’édition. Elle négociait un contrat avec un auteur « important », un Suédois de premier plan qu’elle avait réussi à piquer à Actes-Sud. « Quarante ans et beau gosse, le Suédois ? » Elle ne répondit pas, d’abord, puis lâcha « Soixante-cinq, un charme fou mais… » « Mais ? » Elle m’entoura le cou de ses bras et murmura à mon oreille « Je t’aime ».
Fred vint dîner. C’était un copain de fac, un type que dévorait le cinéma. Un incroyable féru de la Nouvelle Vague. S’il n’avait pas vu « Pierrot le fou » vingt fois, il ne l’avait pas vu. Le repas fut animé, grâce à un petit écossais tourbé mais pas que. Fred connaissait tout et ses anecdotes faisaient mouche. Frida était aux anges. Elle m’embrassait toutes les cinq minutes. « Tu regardes le match ? » demanda tout à coup Fred. C’est vrai, c’était France-Bulgarie, le match qualificatif pour le Mondial. Un nul et on y était. « Bon, les garçons, je vous laisse » lâcha Frida.
Je ne vais pas refaire le match dont aucun détail n’aura échappé à vos souvenirs. Et surtout pas la connerie de Ginola, à dix secondes de la fin, quand il donne la balle à Penev qui lance Kostadinov sur l’aile droite. Un tir terrible en pleine lucarne et Gérard Houiller peut bouffer sa casquette. Un whisky et on monta se coucher. « Viens ! » dis-je à Fred. Il s’étonna mais je lui pris la main.
Frida soupira sous mes premiers baisers. Je lui susurrai « Regarde comme je t’aime ». Et les mains de Fred effleurèrent ses seins. Puis sa bouche lui picora le visage, la bouche, la poitrine. Moi, je léchais, plus bas, les sources sucrées. Elle ne sut qui la chevaucha. Elle gémissait de plaisir. Je la fis pivoter sur le côté et la sodomisai doucement car elle aimait quand je la prenais ainsi. Fred pétrit ses seins et, des doigts, lui caressa le con. Elle se laissa envahir par les sensations. A un moment je la basculai sur moi et lui écartai les jambes. Fred vint par-devant. Il posa les mains de part et d’autre et sa pine la pénétra lentement. Il entreprit avec précaution son va-et-vient. Frida échappait régulièrement de petits cris animaux. Le mouvement s’accéléra et les cris se firent continus. Elle agitait la tête de droite et de gauche, en proie à une excitation grandissante. Quand Fred à son tour gronda, je sus qu’il jouissait. Alors je déchargeai à mon tour. Mon sexe butait très loin en elle. Je la sentais sans résistance. Son corps s’abandonna. Nous restâmes longtemps ainsi, dans la même chaleur moite.
Au petit matin, Fred avait filé. Quand elle s’éveilla, le plateau l’attendait, thé et tartines beurre confiture. « Je te veux, toi ! » dit-elle en basculant sur moi et en agrippant mon sexe.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Litterature_blog 20313 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines