Magazine Cinéma

Critique: Edge of Tomorrow

Par Cinedingue @cinedingue

300170.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par : Doug Liman
  • Avec : Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton…
  • Durée : 1h53min
  • Pays de production :  Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Edge of tomorrow
  • Distributeur : Warner Bros Pictures France

Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n’a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n’a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l’espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

Game over, Try again… Le blockbuster du moment surfe sur l’univers du jeu vidéo en nous proposant une version SF d’un Jour Sans Fin! Point de jour de la marmotte ici mais plutôt jour de guerre contre des arachnides venues de l’espace et Phil Connors ne présente plus la météo mais se retrouve à tenter de sauver l’humanité en corrigeant à chaque "partie" ses erreurs pour progresser jusqu’au monstre final! Jusqu’à  ce film, on pouvait dire sans se tromper "un film avec Tom Cruise, ça peut pas être mauvais", l’acteur opérant toujours des choix judicieux. Force est de constater qu’il a craqué, cédant à cette nouvelle mode des blockbusters sans imagination, privilégiant les effets numériques à de vraies histoires. Le scénario n’offre en effet aucune surprise, contrairement à un film comme Looper dans lequel le voyage dans le temps exploitait toutes les possibilités et la mise en scène de Doug Liman ne provoque aucune émotion si ce n’est une conjonctivite lors des scènes d’action. Les scènes d’affrontement avec les bébêtes de l’espace ne brillent pas par leur lisibilité et les monstres sont d’une laideur à mourir!

Bref, à la vue de tous ces blockbusters de ces derniers mois, on a l’impression, à l’instar de William Cage, de revoir inlassablement le film!

NOTE: 3/10


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinedingue 14834 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines