Magazine Cinéma

Les Amours d'Hercule

Publié le 08 juillet 2014 par Olivier Walmacq

les_amours_d_hercule_poster_74707_27686

genre: péplum, fantastique
année: 1960
durée: 1h40

l'histoire: Désireux de venger sa femme assassinée par le roi d'Ecalia, Hercule s'éprend de la fille de celui-ci, Dejanire.      

la critique d'Alice In Oliver:

Suite du cycle consacré aux péplums avec Les Amours d'Hercule, réalisé par Carlo Ludovico Bragaglia en 1960. A l'époque, le genre péplum fantastique connaît un vif succès. En effet, le plus célèbre des demi-dieux de la mythologie a déjà connu plusieurs aventures sur grand écran sous le visage de Steve Reeves. Cette fois-ci, l'acteur n'est plus de la partie.
Il est remplacé par Mickey Hargitay, qui s'est fait connaître en remportant le titre de "Monsieur Univers" grâce à son imposante musculature. Au niveau de la distribution, viennent également s'ajouter Jayne Mansfield, Massimo Serato, Rene Dary, Moira Orfei et Gil Vidal.

Pour l'anecdote, Mickey Hargitay et Jayne Mansfield se connaissent déjà puisqu'ils sont tout simplement mariés. Jayne Mansfield fait partie des nombreuses "playmates" de l'époque, tout comme Marilyn Monroe, mais s'est distinguée dans plusieurs productions, entre autres, La Blonde et Moi ou encore dans La Blonde et les nus de Soho. Les deux tourtereaux sont donc enfin réunis à l'écran.
Quant à Mickey Hargitay, il a pour lourde tâche de succéder à Steve Reeves. D'ailleurs, Mickey Hargitay ne connaîtra pas une grande carrière au cinéma. Par la suite, il sévira surtout dans des westerns de seconde zone.

Il ne laissera pas non plus un grand souvenir dans son rôle d'Hercule au cinéma. Ce qui explique pourquoi les producteurs changeront souvent d'interprète par la suite pour incarner le guerrier bodybuildé. Au niveau du scénario, peu ou prou de surprises.
Nous voici encore une fois devant une histoire de vengeance, de trahison et de conquête du pouvoir par un vil comploteur. Attention, SPOILERS ! La femme de Hercule est tuée par le dirigeant du royaume d’Ecalia. Le fils de Zeus, furieux, se rend seul aux portes de la cité d’Ecalia pour se venger.

amoursdhercule02

Mais le tueur présumé de sa femme a déjà rendu l’âme. Qu’importe, le demi-dieu va rejeter sa colère sur sa progéniture mais, à la place, il s’éprend de la fille de l’ancien monarque, Déjanire. Toutefois, dans l’ombre, un usurpateur complote en secret pour prendre le pouvoir.
Comme je l'ai déjà souligné, Les Amours d'Hercule est un péplum dans la pure tradition du genre. Donc, aucune surprise au tableau de bord, si ce n'est quelques éléments fantastiques qui viennent parfois dynamiser cette production "nanarde" mais néanmoins sympathique.

Encore une fois, les qualités athlétiques d'Hercule seront mises à rude épreuve puisque le demi-dieu sera confronté à un taureau qu'il battra carrément à mains nues ! Mais le cinéaste, Carlo Ludovico Bragaglia, réserve pour le meilleur pour la fin via l'apparition d'un dragon à trois têtes.
Toutefois, comme l'indique le titre du film (donc Les Amours d'Hercule, au cas où vous n'auriez pas suivi...), le guerrier de la mythologie multiplie les conquêtes féminines. Néanmoins, toutes ces rencontres sont avant tout attirées par le pouvoir et l'appât du gain. Seule Déjanire, la fille d'un ancien monarque, fait figure d'exception et voue à Hercule un amour sincère.
En résumé, le scénario ne présente pas un grand intérêt et s'adresse avant tout aux fans du genre. Ensuite, cette production a bien souffert du poids des années via des effets spéciaux pas toujours convaincants, à l'image de ce dragon à trois têtes, dont le design prête surtout à sourire. Enfin, le couple Mickey Hargitay/Jaynes Mansfield se révèle au mieux soporifique.

note: 06/20
note nanardeuse: 12/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines