Magazine Cinéma

Un heureux evenement - 1/10

Par Aelezig

z01

Un film de Rémi Bezançon (2011 - France) avec Louise Bourgoin, Pio Marmai, Josiane Balasko, Thierry Frémont, Gabrielle Lazure

Spectateurs blues...

L'histoire : Barbara et Nicolas attendent leur premier enfant. Au fur et à mesure de sa grossesse, la jeune femme se demande si elle était bien prête à ce bouleversement...

Mon avis : Ma position se confirme, je n'aime pas Rémi Bezançon. Le train-train quotidien, les tranches de vie, les gens normaux, c'est-à-dire nous, NON, ça ne m'intéresse pas. Le cinéma, pour moi, c'est l'EXTRAordinaire, quelque chose qui me fait voyager géographiquement, ou philosophiquement.

z02

Cette histoire, qui n'en est pas une, puisqu'elle concerne des milliards d'êtres humains depuis la nuit des temps, aurait pu être touchante si le réalisateur avait su construire son film et privilégier le baby-blues proprement dit. Ce gros coup de déprime qui affecte de nombreuses jeunes mamans et qui reste un grand mystère pour les autres, nageant dans le bonheur et la félicité avant et après l'arrivée de bébé. Le propos pouvait être dérangeant, bousculer les a priori et apprendre à tout le monde à ne pas minimiser la souffrance de ces femmes.

Mais Bezançon nous raconte tout depuis le début, la rencontre, l'amour, la grossesse, l'accouchement (Seigneur... l'accouchement...çà dure trois plombes !), rien que du banal, affligeant ! Il faut attendre la dernière demi-heure pour comprendre que Barbara ne s'en remet vraiment pas et que son entourage hélas ferme les yeux.

En tant que femme, je me suis sentie un peu en empathie avec le personnage. Mais n'ayant pas eu d'enfant, j'avais du mal à m'identifier. J'en concluais au fur et à mesure que les garçons ont dû aussi trouver ce film bien barbant ! Et si l'on prend le recul naturel qu'imposent des situations somme toute assez normales qu'on ne vit pas soi-même, on a forcément tendance à se dire : oui, oui, ma poulette, c'est dur, c'est dur... mais quid de celles, innombrables, qui sont passées par cette expérience dans des milieux autrement plus difficiles, pauvres, ruraux, puritains... Moi j'ai un peu vu Barbara comme une enfant gâtée qui accepte mal le bouleversement de sa vie. Fallait se poser les questions avant, ma chérie.

z03

Je sais que ce que je dis est très réducteur. Mais je schématise : la dépression, quelle qu'en soit la raison et quel que soit l'environnement où l'on se trouve, est une souffrance, qu'il faut savoir reconnaître et soulager. Point-barre. Le baby-blues en est une forme. Mais une demi-heure de film sur le désarroi de Barbara, c'est bien trop peu pour la comprendre.

En ce sens, A perdre la raison, était beaucoup plus explicite, plus fort et dérangeant (même si je n'ai pas totalement adhéré, à cause de détails scénaristiques). Et puis... Emilie Dequenne est mille fois plus émouvante que Louise Bourgoin... Même si cette dernière livre une prestation très honorable.

Ou bien, je n'ai rien pigé, et c'est un film sur la grossesse en général. Mais alors franchement, je vois encore moins l'intérêt. Je veux qu'on me raconte des histoires folles... pas celles des gens normaux.  

Si encore c'était drôle... mais à part quelques petits gags sympas au début, on vire rapidement au psycho-drame, assez mièvre, avec des personnages très clichés (la mère soixante-huitarde, l'autre bourgeoise psycho-rigide, mais aussi le papa, complètement en dehors des réalités et pas du tout aidant).

z04

Le film est adapté du roman d'Eliette Abécassis, qui racontait sa propre expérience. Je me souviens qu'à l'époque je m'étais dit : "Pff... qu'est-ce que ça doit être barbant, ce bouquin !". Pas mon truc. Mais la version ciné m'intéressait, j'espèrais que la magie des acteurs et un scénario béton allaient me faire comprendre "l'enfer" que vivent mes consoeurs...

Les critiques sont plutôt positives. Ah ouais ? Sauf les Inrocks, dont mon ressenti se rapproche : "Point de cinéma ici, pas de langage, seulement de l'illustration de scénario psycho-sociétal à deux balles, à coups de champs-contrechamps ratés et sans âme".

Un film de femmes. De femmes ayant eu des enfants. Et encore...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines