Magazine Cinéma

Le cinéma peut-il changer la perception de la Shoah?

Par Mickabenda @judaicine
sous-la-ville

L’association ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah)  propose pour son Université d’été des 9, 10, et 11 juillet 2014 à Marseille, de mener une réflexion sur la manière dont le cinéma conduit à considérer la Shoah.

Le choix du thème de cette année découle des débats suscités par les œuvres cinématographiques récentes qui abordent la question de la Shoah, comme le biopic de Margarethe Von Trotta Hannah Arendt, ou encore l’entretien de Claude Lanzmann, Le Dernier des injustes, film de presque quatre heures qui apparut brièvement sur nos écrans cet automne. Au programme des débats, le problème de l’homosexualité dans les camps. Les rencontres d’ARES seront clôturées par le film Welcome in Vienna.

Le film sur Hannah Arendt induit-il une réflexion nouvelle sur le concept souvent mal compris de « banalité du mal »? Quel impact peut avoir le film de Lanzmann sur le public d’aujourd’hui? La représentation cinématographique actuelle relative au génocide pose aujourd’hui des questions abyssales qui seront au centre de nos journées d’étude. La Shoah est-elle revisitée pour penser le monde contemporain? Adaptée à la pensée de notre temps? Le recul permet-il une approche plus efficace, plus directe du génocide, ou au contraire, conduit-il à véhiculer une vision dénaturée et édulcorée de celui-ci à des fins peu respectables?

Pour tout renseignement, ICI

L’association ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah)  propose pour son Université d’été des 9, 10, et 11 juillet 2014 à Marseille, de mener une réflexion sur la manière dont le cinéma conduit à considérer la Shoah.

Le choix du thème de cette année découle des débats suscités par les œuvres cinématographiques récentes qui abordent la question de la Shoah, comme le biopic de Margarethe Von Trotta Hannah Arendt, ou encore l’entretien de Claude Lanzmann, Le Dernier des injustes, film de presque quatre heures qui apparut brièvement sur nos écrans cet automne. Au programme des débats, le problème de l’homosexualité dans les camps. Les rencontres d’ARES seront clôturées par le film Welcome in Vienna.

Le film sur Hannah Arendt induit-il une réflexion nouvelle sur le concept souvent mal compris de « banalité du mal »? Quel impact peut avoir le film de Lanzmann sur le public d’aujourd’hui? La représentation cinématographique actuelle relative au génocide pose aujourd’hui des questions abyssales qui seront au centre de nos journées d’étude. La Shoah est-elle revisitée pour penser le monde contemporain? Adaptée à la pensée de notre temps? Le recul permet-il une approche plus efficace, plus directe du génocide, ou au contraire, conduit-il à véhiculer une vision dénaturée et édulcorée de celui-ci à des fins peu respectables?

Pour tout renseignement, ICI


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mickabenda 17549 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines