Magazine Cinéma

L'arme fatale (Lethal Weapon)

Publié le 18 juillet 2014 par Cinephileamateur
L'arme fatale De : Richard Donner.
Avec : Mel Gibson, Danny Glover, Gary Busey, Mitchell Ryan, Tom Atkins, Darlene Love, Traci Wolfe, Damon Hines, Ebonie Smith, Steve Kahan, Jackie Swanson...
Genre : Policier - Comédie.
Origine : États-Unis.
Durée : 1 heure 50.
Date de sortie : 5 août 1987.
Synopsis : Deux hommes, deux flics associés : l'un d'eux, Martin Riggs est tireur d'élite surnommé "l'arme fatale", déboussolé depuis la mort de sa femme, l'autre Roger Murtaugh est un flic exemplaire parfaitement équilibré. L'amitié nait entre eux. Chargés d'enquêter sur le "suicide" de la fille d'un officier, ils découvrent un réseau de trafiquants de drogue dirigé par un Général et un mercenaire, Joshua.
Bande annonce originale
"- La vérité c'est que Dieu me déteste.
- Hé ben fais comme moi, rends lui la monnaie."

5.0
L'arme fatale
L'avis qui suit à été écrit il y à quelques années. Je le reposte aujourd'hui car j'ai revu le film récemment et mon opinion à son sujet n'as pas changé.
Ça doit faire à peu près cinq ans que je n'avais pas revu "L'arme fatale". Pour preuve, ce film fait parti de mes derniers avis de films que j'avais écris quand ce blog n'était qu'au départ qu'un simple classeur de fiches écrite à la main. Je m'étais refait la quadrilogie peu de temps avant donc de créer ce blog et depuis je ne l'avais pas revu. C'est donc avec un grand plaisir que je me suis remater ce film en blu-ray et qu'aujourd'hui, je peux enfin en reparler sur mon blog.
J'ai du le voir des dizaines de fois mais y'a pas à dire cette "arme fatale" fonctionne toujours sur moi. Ancré dans une époque ou ce genre de buddy movie était à la mode, ce film me rappelle un cinéma que j'affectionne et que je regrette de voir disparu (car depuis ce temps, je trouve que l'on a pas réussi à faire ce genre de film d'action efficace sans jamais lasser). Partant sur une base des plus classiques avec deux flics que tout oppose, le scénario écrit par Shane Black va nous entrainé tambour battant dans une enquête policière ou action et humour vont se mélanger formant une symbiose parfaite.
Un peu caricatural par moment, l'histoire reste captivante de bout en bout et nous offre une histoire comme on les aime avec des répliques qui fusent aussi rapidement que les balles des flingues de Riggs et Murtaugh. L'intelligence du scénario se veut aussi d'avoir su très bien intégré en plus de l'action et de l'humour une certaine sensibilité qui s'avère vite touchante. On es ému devant le désespoir de Riggs et on se sens bien devant l'image de la famille Murtaugh.
La recette fonctionne bien et le résultat n'est plus à prouver il n'empêche que ce duo qui se situe à l'extrême opposé l'un de l'autre va vite se retrouver à la fois complémentaire et redoutable. La fin est certes prévisible mais le scénario ne nous laisse aucun temps mort et fait que l'on se retrouve littéralement plongé dans le film qui passe à une vitesse folle. Il y à aussi un petit côté sombre qui donne de la consistance à cet opus. Une noirceur que j'ai apprécié même si le reste de la franchise la perdra au fur et à mesure des différents épisodes mais je reviendrais dessus.
Une grande partie de la réussite de ce film est due à la complémentarité parfaite de son duo de tête formé par Mel Gibson et Danny Glover. D'une part, nous avons Mel Gibson en Martin Riggs dont le talent n'est plus à prouver. L'acteur interprète à merveille ce personnage pas aussi fou qu'il n'y semble sachant à merveille alterner entre scène d'action et scène de réelle émotion (le plan où il tente de se suicider m'as toujours beaucoup ému). Son charisme et son débit de parole colle à merveille avec son rôle.
D'autre part, nous avons un Danny Glover en Roger Murtaugh au sommet de sa forme qui joue l'opposé de son collègue avec autant de maitrise que de talent. Incarnant à merveille la sagesse et l'image de la famille américaine modèle, l'acteur est là dans l'un des rôles les plus marquants de sa carrière (pour ma part en tout cas, il a joué dans pas mal de bon film - comme "La couleur pourpre" dans un autre registre où il est aussi excellent - mais instinctivement quand on me parle de lui, je pense à son rôle dans "L'arme fatale" ).
Ce duo est si complémentaire et tellement (n'ayons pas peur des mots) mythique qu'il est inconcevable pour moi de voir d'autres acteurs dans la peau de ses personnages. Même au début du film quand pourtant leurs personnages sont sensés apprendre à se connaitre, on sens une complicité à l'écran qui fait que cela fonctionne immédiatement. Les deux comédiens ont su s'imposer naturellement dans leurs duos à tel point que l'idée même de les remplacer nous apparait comme une hérésie.
Derrière ce duo imposant, n'oublions pas cependant le reste du casting qui n'as pas démérité à commencer par un Gary Busey impeccable dans son rôle de Joshua, le bad guy de service. Bien qu'il puisse paraitre lui aussi très stéréotypé, l'acteur en impose vraiment et permet de faire un très bon adversaire à nos deux agents de police. Il fait un très bon bras droit de Mitchell Ryan en Général Peter McAllister qui est lui aussi impeccable mais qui aurait pu voir son rôle plus étoffé avec le recul je pense au même titre que Tom Atkins qui n'est pas non plus en reste niveau charisme. Ses deux acteurs apparaissent peut être un poil trop en retrait au point que parfois on peut se demander si ce n'est pas le personnage de Joshua le leader.
La réalisation de Richard Donner est elle aussi un ingrédient important de ce succès. Bien que dans une première vision on puisse considéré que la réalisation est des plus classiques pour ce genre de film, j'ai trouvé qu'il y avait tout de même une certaine maitrise qui permet de la sortir du lot. Richard Donner est aussi habile avec sa caméra que Riggs ou Murtaugh avec leurs flingues. Succédant les plans ingénieux et efficace (celle de l'hélicoptère qui survole le désert quand Murtaugh essaye de récupérer sa fille, celle de Mel Gibson sous la pluie devant la tombe de sa femme ou même celle de son combat final face à Gary Busey, celle d'ouverture avec cette magnifique vue aérienne de Los Angeles etc etc), la mise en scène est visuellement très bonne et parfaitement exécuté.
Il y a un réel travail pour mettre en valeur le film sans pour autant l’étouffé ce qui est fort agréable (c'est chiant quand on sens que l'on fait tout pour faire le plan parfait au détriment du film en lui même). Le tout est très bien emballé par une sublime bande originale signé Michael Kamen et Eric Clapton qui nous offre une bande son qui colle à fond avec l'univers du film et qui en plus avec le temps nous rend nostalgique des années 80. Le travail sur la photographie ainsi que le montage est également impeccable à mes yeux.
Pour résumer, "L'arme fatale" est pour moi un film culte. Je ne me lasse vraiment pas de revoir ce film qui non seulement se bonifie avec le temps je trouve mais dont à chaque visionnage j'arrive à découvrir d'autres choses dont j'avais pas fait attention au départ. Il me rend nostalgique de ce genre de buddy movie qu'on a de plus en plus de mal à produire je trouve à savoir un film d'action sans prise de tête sans pour autant être vide de sens. Un vrai film comme je les aime et que je suis très heureux de posséder dans ma bluraythèque. Un excellent film à découvrir et redécouvrir sans modération.
L'arme fatale
L'arme fatale L'arme fatale



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines